Après l’école, c’est le collège qui va payer l’idéologie socialiste

decretcollegeBOL’école idéale des socialistes ? C’est l’école des fans de Jacques Martin, celle où tout le monde a la même note.

Les études PISA (études qui ont lieu tous les 3 ans sur des élèves de 15 ans) sont analysées de travers. La ministre explique que les élèves ont des moins bons résultats en 2012 qu’en 2000 (première année de l’étude sans repère ni correctif)… et c’est vrai… mais oublie de dire que l’étude montre que les élèves progressent actuellement depuis 2006 (année la pire pour les élèves français). Mais quand on analyse les résultats des élèves de 15 ans, c’est leur scolarité des 4 dernières années, voir un peu plus, que l’on regarde… PISA 2000 : réforme Bayrou en 1995. PISA 2003 : Réforme Allègre 1997 PISA 2006 : Réforme Lang en 2000. PISA 2009 : Réforme Darcos depuis 2002. PISA 2012 : Réforme Fillon/De Robien/Darcos.

Et il est spécifié dans le rapport 2012 « les inégalités sociales se sont surtout aggravées entre 2003 et 2006 » soit suite aux réformes socialistes… mais qui en parle ?

Donc en résumé la plus grosse catastrophe PISA est suite à la mise en place pour les élèves des réformes socialistes et depuis les scores vont en s’améliorant doucement. En fait les scores s’améliorent pour les bons élèves et il y a de plus en plus d’échec scolaire. Doit-on tout mettre sur le dos de l’école ? Evidemment que non, c’est la politique globale de la ville en France qui est une des causes de tout cela. Mais curieusement personne n’en parle, on ne veut pas dire que d’autres causes puissent être responsables des problèmes des élèves. C’est à l’école de tout faire mais surtout à l’école de ne pas montrer les inégalités et comme il est plus simple de descendre le niveau que de le monter on va s’en donner à coeur joie.

Etape 1 la réforme de l’école avec la réforme inutile et néfaste des rythmes scolaires. Des enfants en difficulté n’ont pas accès à des activités culturelles et sportives ? La politique de la ville pourrait aider, on pourrait laisser les villes le faire, mais non c’est l’école qui va gérer… activités de base pour tous et c’est bien ce sont les villes qui vont payer et si en plus ça peut empêcher les activités que les méchants nantis pouvaient se payer c’est encore plus une aubaine. Comment faire passer la pilule ? Et bien PISA ! Dans les autres pays ils sont à un autre rythme que nous et ont des meilleures notes donc on va faire pareil. C’est un raisonnement aussi stupide que de se dire que les voitures qui sont rouges vont plus vite donc peignons les voitures en rouge pour qu’elles aillent plus vite. On pourrait aussi regarder plus finement et se dire que les autres pays ont une autonomie dans les programmes, un recrutement des enseignants différents, un statut des directeurs d’écoles différents, une politique sociale différente… mais c’est trop compliqué alors hop on impose une réforme ridicule sans s’attaquer au reste, on repeint la voiture sans regarder le moteur.

Etape 2 le collège : des enfants arrivent à faire du latin, du grec, des classes bilingues… Cessons tout cela. Un peu de latin pour tous et des langues dès le primaire enseignées par des enseignants de primaire qui ne sont pas spécialisés…  Certainement trop compliqué et sensible de revoir le statut des enseignants du secondaire pour les envoyer chez les « petits ». Tant pis ça fait plaisir aux parents, on leur fait croire que les enfants seront bilingues en 6eme… Mais la ministre dit que rien ne va changer… alors regardons ce qui pour elle est pareil.

Actuellement l’enseignement du latin et du grec c’est 2h par semaine en 5e, 3h en 4e et 3h en 3e. Avec la réforme cela devient 1 des 8 enseignements pratiques pluridisciplinaires qui doit être proposé aux élèves à raison de 1 à 2 heures par semaine sachant que dans l’année il doit y avoir au moins 2 enseignements de réalisés parmi les 8 et à la fin de la 3e, 6 sur les 8 proposés. Plus clairement, il ne sera possible de faire du latin qu’un semestre à raison de 1 à 2 h par semaine non pas chaque année mais en tout et pour tout pour les années de 5, 4ème et 3ème. Et avec 1h de latin (oups, plus de latin mais de « langue et culture de l’antiquité ») pendant 6 mois on va faire autant qu’avec un prof de latin pendant 3 ans avec 2 à 3h par semaine ??? Sachant que ces heures sont des heures « interdisciplinaires » donc des heures prises sur les autres cours. On pourra faire du latin et du Grec avec un prof de gym qui expliquera les courses dans les arènes ou le marathon. A coté de cela, pour ceux qui veulent du latin ou du grec, version « vrais cours »,  le ministère dans sa grande bonté prévoit de permettre une dotation horaire spécifique, aux établissements qui le souhaitent, d’une h par semaine en 5ème et de deux heures par semaine en 4ème et 3eme… donc au final, l’enseignement de latin et de grec perd une heure par semaine au minimum dans tous les établissements… Mais c’est pour le bien des élèves… enfin d’après la ministre. Et puis après tout, nous ne sommes pas notés sur le latin et le grec dans les études PISA…

La réaction d’un enseignant de mathématiques dans le JDD : « La réforme prévoit quatre heures d’enseignements pratiques interdisciplinaires [EPI] et d’accompagnement personnalisé par semaine pour les élèves de 5e, de 4e et de 3e. Chaque matière devra donner un peu de temps pour y contribuer. » La ministre a beau affirmer qu’aucune ­discipline ne perdra d’heures, qu’il s’agit juste d’enseigner autrement, le quadra soupire : « J’adorerais lancer un EPI consacré à Galilée avec les profs d’histoire et de physique, mais j’aimerais le faire en plus de mes cours de maths. Pas en sacrifiant les bases à enseigner aux élèves. » Jusqu’ici, précise d’ailleurs une collègue de français, le temps d’aide aux élèves venait s’ajouter aux heures des différentes matières.

Et l’accompagnement des élèves, la grande mesure phare de cette réforme ? Il y avait des heures de suivi personnalisé des élèves en primaire dans la réforme Darcos, mais elles ont été supprimées, dommage c’était justement ce qui était plébiscité dans les conseils d’école. Pas grave, on les enlève dans les écoles, là où justement il est encore temps d’aider les enfants avant d’avoir les des lacunes pour les mettre au collège où les enfants en difficulté commencent à bien nager et couler… car oui on oublie ce détail, au bout d’un moment les enfants passent en 6eme quoi qu’il arrive, surtout qu’il ne faut plus redoubler. Combien de parents d’élèves ont été effarés d’entendre des conseils de passage dire qu’un élève doit passer mais va couler en 6eme… Et bien pour eux, mais pas que pour eux car il en faut pour tous et donc donner moins à tout le monde pour ne pas donner plus à ceux qui ont moins ou plus à ceux qui ont plus, et bien il va y avoir 1h ou 2 « d’accompagnement personnalisé » fait par tous les enseignants donc indifféremment par les professeurs de mathématiques, sports, langue, etc. Donc tout cela se passera sur les heures de cours, pas en plus ! La ministre se contente de dire qu’il en faut 1h à 2h par semaine à partir de la 5e et le double en 6e. Actuellement les programmes prévoient « 2h hebdomadaires par classe d’aide aux élèves et accompagnement de leur travail personnel » mais … « en plus » des heures de cours… Mince ça existerait déjà et ce serait hors des heures de cours donc plus adapté ?

Bref une réforme qui évite les vrais sujets : Mettre les enseignants les plus compétents face aux élèves les plus en difficultés, donner une autonomie aux collèges, assurer les fondamentaux et permettre l’excellence… Mais non c’est trop risqué. Et surtout une réforme qui oublie de traiter le problème dans sa globalité. L’echec scolaire n’a pas comme solution la seule école et des programmes de collège et des heures dispersées. L’échec scolaire demande une vraie politique, des moyens… et tant qu’à se comparer aux autres pays, si on regardait tous les critères qui nous séparent des meilleurs et si on osait parler de tous et les modifier tous… Mais là il faut un courage politique bien supérieur.

 

 

 

 

Jean-François Le HellocoAprès l’école, c’est le collège qui va payer l’idéologie socialiste

Comments 123

  1. SANTIAGO

    @ Scoop

    Précisions :

    Point 1/

    Malheureusement si le chiffre de 265 M€ inclus le coût de la renégociation dûment signée de certains crédits, il ne comprend pas les conséquences à venir pour les crédits non « consolidés ».

    Point 2/

    Pour la renégociation, il ne faut pas se bercer d’illusions. Les crédits (essentiellement ceux de DEXIA) qui n’ont pu être renégociés après 7 ou 8 ans, ne le seront pas plus maintenant que DEXIA est en faillite.
    D’ailleurs la renégociation, quand elle est possible (C’est comme pour danser le Tango, il faut être deux à le vouloir) n’est pas nécessairement la meilleure solution.

    Point 3/

    Prouver que les emprunteurs ont été trompés ou que les contrats sont entachés de fautes ou d’erreurs …c’est rêver tout éveillé et il est peu probable que cela tienne en appel voire en Cassation.

    C’est ce que j’écris depuis des années et l’avancement des procédures ne me donne malheureusement pas tort.

  2. Scoop

    @Santiago. Je n’ignore pas que vous répétez un certain nombre de fondamentaux depuis assez longtemps pour que l’on constate qu’ils sont réalistes et souvent appropriés.

    Mon propos se développe également de façon continue sur une ligne que je prétends cohérente. Elle peut se résumer de la façon suivante :
    on ne doit pas gérer la chose publique comme on gère une entreprise privée.
    Les collectivités territoriales ne sont pas une entreprise.
    Je considère que le maire actuel prend plus naturellement et mieux en considération ces éléments de la gestion publique, en tout cas concernant cette affaire, même s’il n’est pas question ici de charger ses prédécesseurs. Il utilise mieux, en tout cas, concernant ce sujet, la totalité des outils dédiés à la gestion des affaires publiques, une panoplie d’outils adaptés.
    Parmi elles, la référence constante à la loi, tient une place différente et représente une meilleure garantie de la transparence et d’une circulation d’une information de qualité. Cela en gros s’appelle la démocratie…

    Et qui a dit que la démocratie était le mode de fonctionnement de la plupart des entreprises privées parmi lesquelles les banques, etc ?
    Il y a donc un problème à se laisser abuser par ces entreprises en jusqu’à épouser leurs modèles, pourtant forcément réducteurs, et de se laisser aller à croire trop avant que de tels modèles pourraient dynamiser la collectivité. Les emprunts toxiques ont pu être evndus parce qu’ils étaient présentés comme des modèles de développement. Il y a donc à mes yeux une forme de tromperie.

    Pourquoi considérerions-nous que la collectivité publique est une entreprise. N’est-ce pas là une autre forme de dérive idéologique qu’il faudrait dénoncer avant de se contenter de taper bêtement sur les socialistes en les accusant, très bêtement d’ailleurs car le plus souvent sans arguments, de tous les maux de l’humanité (nous devrions normalement faire des commentaires par rapport à la réforme des collèges, mais un seul homme à droite à fait des propositions et a accepté le débat: Bruno Lemaire. C’est peu !) ?

    J’insiste sur le fait qu’une collectivité publique n’est pas une entreprise. Cela peut paraître puéril et simpliste. Car tout le monde le sai déjt, n’est-ce pas. Alors pourquoi y a-t-il aujourd’hui tant de méfiance partout à l’endroit des élus ? Sont-ils tous pourris ? Sûrement pas en tout cas plus qu’ailleurs, ni plus qu’avant.

    Voilà pourquoi, je soutiens pleinement les actions du maire, en tout cas sur ce sujet. C’est cela la politique ! C’est savoir gérer les nombreux aspects de la chose publique.

  3. Lavarenien

    Personne ne comprend rien a cette reforme. Aucun politicien n’est capable de nous dire ce qu’elle contient réellement. Qui s’interresse au latin, au grec ou a l’allemand, matieres aussi inutiles que les universités qui produisent des wagons entiers de chômeurs? La reforme doit être faite sur l’apprentissage et les nouvelles technologies, notamment le tournant de l’internet .
    Nous subissons de la part des journaleux aux ordres un lavage de cerveau sur ce sujet comme tant d’autres.
    Laissons les faire, ne nous fatiguons pas en débats stériles qui ne servirons a rien car le gouvernement va légiférer par décret. Il reste 2 ans avant une remise a plat générale qui fera grand bien

  4. Le Curieux

    Citation :

    « Qui s’interresse au latin, au grec ou a l’allemand »

    Autre version tristement célèbre :

    Quand j’entends le mot Culture, je sort mon revolver !

  5. Lavarenien

    Le curieux,
    Je suis curieux de savoir a quoi vous sert le grec ancien dans vos conversations a wall street ou a la city vous qui semblez adepte d’economie.
    Ou peut etre est ce que ce ne sont que des conversations de salon ?

  6. Le Curieux

    Je parle effectivement plusieurs langues (dont une que j’ai enseigné bénévolement à SAINT MAUR à l’Université pour tous))

    Je suis effectivement un ex-professionnel de la Finance .

    Mes regrets :

    Ne pas connaitre le grec ancien et moderne
    Ne pas mieux connaitre le latin
    Ne parler en plus l’Allemand, le Russe, le Chinois mandarin, le Japonais, L’Arabe littéraire, L’hébreu etc…
    Ne pas mieux connaitre la Peinture, la Musique, La Danse, La poësie, la Litterature, L’Astronomie, L’histoire ….

    et j’en passe !!!

  7. jfvc

    C’est officiel = je fais acte de candidature à la présidence de la FIFA !
    Première réunion de mon comité de soutien sous huitaine. Vous pouvez adresser vos dons sur mon murFB. Afin de constituer mon équipe de collaborateurs(trices) , j’organiserai un casting de recrutement sous peu. Dans l’immédiat je cherche une directrice de cabinet, célibataire , blonde, 1,70 m, sachant parler l’anglais, l’arabe,le russe, le mandarin, et aimant le chocolat….

  8. Le Curieux

    IMPORTANT POUR LES SAINT-MAURIENS

    CREDIT TOXIQUES

    Selon mes informations, des possibilités sont offertes de se libérer du risque exponentiel liés aux crédits toxiques souscrits il y a 9 ans et non encore « traités »

    Les pénalités sont en partie prises en charge (+/- les deux tiers) par le fonds d’aide aux Communes affectées.

    Pour ce faire la dotation de l’Etat est en train d’être doublée.

    Il y d’autres conditions mais il serait trop long de les développer ici.

    Questions :

    – Avez-vous connaissance de ces procédures ?
    – La Commune de Saint-Maur est-elle éligible ?
    – Pour quel/quels crédits ?
    – Les Saint-Mauriens ont-ils été informés : Je n’ai rien vu sur ce blog ?
    – En avez-vous débattu ?
    – Qu’a décidé la Commune ?

    Pour obtenir les aides les plus favorables il faudrait prendre position avant la fin du mois de juin sauf erreur.
    Vous n’avez, sauf erreur, rien fait durant l’année écoulée et les pénalités ont doublé ou triplé durant cette période.
    Je pense que les Saint-Mauriens apprécieraient d’être informés sur un sujet qui concerne les finances de la ville et au delà leurs impots locaux

    Ceci constitue ma modeste contribution à l’information des habitants.

  9. Post
    Author
    Jean-François Le Helloco

    @Le Curieux : Merci pour ces informations mais évidemment que nous n’avons pas attendu votre réveil sur ce blog pour avancer. D’ailleurs, si vous lisiez un peu mieux mes commentaires je vous ai déjà parlé de ce fond de dotation de l’Etat et que la ville y avait présenté ses dossiers et était en attente du retour de l’Etat.

  10. Le Curieux

    @jflh

    Désolé mais vous n’avez jamais développé ce sujet comme il se doit à l’usage des Saint-Mauriens.

    Ni expliqué pourquoi vous n’avez pas endigué le risque il y a un an, quand le coût était trois fois moindre !

    Vous n’êtes pas plus prolixe aujourd’hui !

    Les Saint-Mauriens jugeront.

    Et vos actions juridiques : elles avancent ?

    Sans jfvc les Saint-Mauriens n’auraient pas connaissances de vos échecs dans cette voie sans issue.

    J’ai entendu dire que l’on vous surnommait « Le Matamore » et « La terreur des Banquiers » mais ce n’est sans doute que pour rire (comme disent les enfants).

  11. Gerard

    @Le Curieux

    Votre ton tourne à la croisade personnelle. Jflh vous apporte des éléments mais cela ne vous suffit jamais avec une mise en accusation permanente pas vraiment tournée sur l’échange…

    Et sinon la réforme du collège ! Si j’ai bien compris, la seconde langue démarrera dès la 5ème au lieu de la 4ème, comme ça les enfants qui ont déjà du mal vont être aidés !!!
    Tant qu’on ne fera pas des langues principalement à l’oral et en demi-groupes….je ne vois pas de salut !

  12. Le Curieux

    @ Gérard

    Je comble les lacunes d’information de jflh, rien de plus.

    La dette par habitant (nouveaux nés compris) est à Saint-Maur de 2700€ par habitant ( 10 800€ pour un couple avec 2 enfants).

    Si de bonnes mesures ne sont pas prises d’urgence Saint-Maur sera en cessation de Paiement avant 4 ou 5 ans.

    Conséquence : mise sous tutelle du Préfet dont la première tâche sera d’augmenter les impôts locaux de +/- 30%.

    PS Pour les langues je partage votre point de vue. : privilégier l’oral et des groupes de 10 élèves constituent un grand maximum.

  13. Scoop

    Jflh, rappelons-le, n’est strictement pour rien dans les diverses entreprises de privatisation de la collectivité publique qui ont amené à la surface ces problèmes de dette, comme d’autres relatifs, par exemple à Bygmalion, etc. La liste est assez longue…
    Je me trouve assez souvent en désaccord avec lui pour dire que j’apprécie la continuité et le suivi de son attitude concenant le fait de replacer systématiquement ce dossier en particulier dans la sphère publique.
    Si les intérêts de la ville n’avaient pas quitté des vues d’intérêt public au profit de points de vue plus personnels relevant davantage de la sphère de la gestion du privé, il n’y aurait jamais eu de problèmes d’une nature « toxique » aussi élevée à Saint-Maur.

  14. SANTIAGO

    @ Scoop

    Recentrons nous.

    Jflh n’est pour RIEN dans l’existence des crédits toxiques à Saint Maur.

    Ces crédits ont été souscrits sous la Mandature de Monsieur BEAUMONT mais en pratique par le tandem THONUS/CLODONG qui croyait avoir découvert, les naifs, la panacée.

    Jflh est responsable des calomnies qu’il a écrite pendant la période PLAGNOL/LEROY.

    Il est responsable de n’avoir pas agi il y a un an quand la pénalité de sortie était 3 fois moindre qu’aujourd’hui.

    Ceci est la conséquence de son entêtement à croire en une solution juridique vouée à l’échec et dangereuse pour la Ville.

    Tout le reste n’est que Littérature et l’affaire Bigmalion n’a rien avoir avec les crédits dits toxiques qui affectent la Ville de Saint-Maur.

  15. jfvc

    les surfacturations Bygmalion(depuis plus de 8 ans) ont alourdi considérablement la dette et c’est à mettre au compte de cette droite sarkosyste, locale et nationale , complice ! Beaumont comme premier magistrat d’alors est plus que responsable de ces emprunts et avoir adoubé un incompétant comme Thonus fut sa dernière erreur….La suite , on la connait et réécrire l’histoire n’y changera rien.La calomnie est un instrument courant pour des politiques incapables….et depuis l’INTOX la remplace ici et maintenant et en ce domaine JFLH est un maïtre.A tel point qu’il s’en charge et pour St Maur , et pour Vincennes…MDR.

  16. Scoop

    L’affaire Bygmalion n’est que la suite logique de la méthode qui consiste à trouver de l’argent facilement en détournant la gestion de la collectivité publique du service auquel elle est pourtant dédiée.

    Au demeurant, je suis assez d’accord avec vous jfvc, mais ne nous livrons pas, quant à nous, au fait de « crever le bègue ».
    Un autre en a fait sa spécialité au sein du parti… Vous savez, le Parti-qui-n’a-Plus-de-Nom !

    (Jentends pour ma part par bègue, quelqu’un dont l’exression politique hésite le plus souvent au point que sa communication manque de clarté.)

  17. jfvc

    le retour de la censure politique à St Maur =http://94.citoyens.com/2015/la-collaboratrice-de-lancien-maire-ne-sera-pas-invitee-a-saint-maur-en-poche,09-06-2015.html?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

  18. lavarenien

    Le curieux
    Quel rapport entre la réforme du collège et la dette?
    Vous vous trompez de post
    Oui il y a une dette, que nous devons rembourser collectivement
    Oui les élus ont joué au loto avec NOTRE argent (et continuent et continueront), pourquoi les élus ou les partis ne rembourseraient ils pas de leur poche leurs gabegies?

  19. Scoop

    Bonne idée, merci, lavarenien ! « … ,pourquoi les élus où les partis ne rembourseraient-ils pas de leur poche leurs gabegies ? »
    … D’accord, à condition, bien entendu, que ce prélèvement sur leur manque de conviction dans leur travail au service du public, soit fait à la source (puisqu’on en parle)… 🙂
    En d’autres termes, ce serait à eux, seulement après prélèvement conservatoire sur leurs économies ou sur leurs biens, de démontrer qu’ils ont tenu le cap de ce pourquoi ils avaient été élus.
    Ce processus de prélèvement conservatoire sur leurs biens et économie serait enclenché, cela va de soi, seulement dans le cas où une faute aurait été commise pendant l’exercice de leur gouverne… Ce serait à eux, ensuite de démontrer leur entière bonne foi dans l’exercice de leur travail d’élus.
    Une garantie pour les citoyens de ne pas être pris en otage, pour une fois, de leur arrivisme bien souvent invétéré.

  20. Scoop

    Tiens, étant donné que jfvc se présente à la FIFA (je vote pour lui pour ce poste de président), je vous annonce que quant à moi, je fonde un parti. J’ai déjà trouvé le nom : LA FRANCE ! J’ai choisi quelque chose de modeste.
    Je communiquerai à jfvc une fois qu’il aura été élu à la FIFA le montant de la cotisation annuelle à mon parti. La FIFA en étant membre de droite.
    En attendant, je demande à toutes les filles et garçons qui s’appelleront France, de bien vouloir sursoir au procès qu’ils entendent nous adresser (à jfvc et moi) lorsqu’ils seront nés, pour le détournement de la majuscule de leur prénom.
    Pour les autres, vous pouvez être membres sans vous acuiter d’une cotisation. Il suffit de parler correctement la langue françoise. Il y aura interro écrite.

  21. Le Curieux

    @ Lavarenien

    Merci pour votre commentaire dont la profondeur et la pertinence contribuent grandement à l’information des Saint-Mauriens.

    On voit clairement que vous dominez le sujet !

    Encore Merci !

    Après des propos tout aussi affûtés :

    QUOTE

    Je suis curieux de savoir a quoi vous sert le grec ancien dans vos conversations a wall street ou a la city vous qui semblez adepte d’économie.

    UNQUOTE

    Je suis impressionné !

    PS Sachez qu’a la City ou a Wall street, contrairement a ce que peuvent croire des personnes qui n’y ont jamais mis les pieds, on ne parle pas « que » de finance.

    On parle aussi peinture, littérature, poésie, Musique, Tennis, Foot Ball etc…

  22. Lavarenien

    Bien sur le curieux
    Parler de peinture a la city revient a parler de l’inversion de la courbe du chomage a l’elysée
    Il est vrai que les traiders ne sachant pas quoi faire avec leur argent sont les seuls au monde avec les politiciens a pouvoir s’offrir des oeuvres d’art ou s’acheter un place pour roland garros.
    Pendant ce temps le travailleur moyen (je n’ose pas dire esclave moderne) trime et s’use pour avoir une prime de 10 euros a la fin du mois, je ne vous parle même pas des ouvriers.

  23. lavarenien

    Je rajoute :
    Cette dette (municipale, départementale,régionale,nationale,mondiale) dont on nous rabâche les oreilles n’est pas notre dette. Le peuple n’a rien demandé, n’a contracté aucun prêt sauf ceux à titre privé.
    A ceux qui ont contracté de rembourser sur leurs deniers personnels.
    Moi, en tant qu’emprunteur j’ai l’honneur et l’obligation de rembourser l’établissement de crédit. Que les responsables remboursent!!!

    Petit rappel même si ce n’est pas le sujet du topic, la France est endettée depuis Colbert … Une seule solution, revenir à une vie simple et ne pas vivre au dessus de nos moyens (par exemple on aurait pu mettre à disposition un téléviseur à manuel et sa famille au lieu d’un jet privé pour aller voir des milliardaires courrir derrière un ballon).

  24. Le Curieux

    @ Lavarenien

    On ne « rabache pas les oreilles » on les « rebat ».

    On ne les rabat pas non plus, c’est réservé aux cockers.

    Comme quoi on a besoin de culture (même basique) à SAINT_MAUR comme à Wall street, à la City et partout.

  25. Scoop

    Je suis d’accord avec vous, jfvc, il ne faut pas grand chose pour que ça décolle.
    Le président le sait. Le premier ministre lui, est un peu impatient: il décolle au moindre match de la « ligue des champions », sélection et conccurence des élèves, quand tu nous tiens !
    C’est bien une question de se sentir sécure… Pas seulement les élèves. Mais aussi bien dans le domaine de l’enseignement tout entier… Aussi, la réforme par petites touches demeure le passage obligatoire. Après, on peut toujours critiquer. Mais quel ministre de l’EN a laissé un souvenir impérissable de son passage, du moins, de notre vivant… Il y a bien eu René Monory ( Cher Le Curieux 😉 ), l’exemple d’un homme qui est parvenu à faire quelque chose avec peu de diplômes, mais son nom reste attaché dans ce domaine à la réforme des universités de Alain Devaquet auquel il fut reproché trop de sélection. Il y allait un peu fort à ce qu’on a dit. Et, il y a eu la mort de Malik Oussekine, les interventions de l’impayable Charles Pasqua, (l’un de vos héros JFLH), qui ont tout fait capoter.
    Donc, si vous souhaitez une VRAIE réforme dans l’enseignement, monsieur JFLH, rapprochez-vous de Daech. Ils savent comment s’y prendre. Ah, mais notre pays est en guerre avec eux ! Vous n’obtiendrez donc pas immédiatement d’informations qui pourraient vous être utiles de ce côté-là.
    Alors, ça vous décolle ou ça vous « d’école » ?

  26. Scoop

    « Séklection des élèves et concurrence, quand tu nous tiens… ! »
    Pardon.

  27. Le Curieux

    @ Scoop

    Autodidacte moi-même, je ne peux qu’admirer des personnes comme René MONORY auquel j’associerai volontiers Pierre BEREGOVOY par souci d’honnêteté intellectuelle.
    Je note – mais ce n’est pas surprenant – que vous ne citez même pas BAYROU à qui je décernerais volontiers le Titre de pire Ministre de l’Education de la Ve République en dépit d’une concurrence rude pour ce « trophée » virtuel.
    Quant à la réforme actuelle, elle est le symbole de culture de la médiocrité développée par les socialistes et leur soi-disant égalitarisme qui tire l’ensemble des élèves (el l’ensemble du Pays) vers le bas.
    Il est clair que l’école doit avant tout :
    1/ Transmettre les savoirs de base
    2/ Transmettre les « Valeurs » universelles issues de notre Culture et de notre Histoire, Révolution comprise bien entendu
    L’esprit de compétition fait bien entendu partie de ces « Valeurs ».
    C’est d’ailleurs cela seul qui justifie le sport à l’école.

  28. Scoop

    @Le Curieux,
    Il ne reste pour le moment en France, que vous et N. Sarkozy, qui parliez assidûment de François Bayrou alors que nous étions tous, comme il se doit, en train de l’oublier.

  29. Le Curieux

    @ Scoop

    C’était pour vous faire plaisir !

    C’est raté !

    Désolé !

  30. Lavarenien

    J’apprend ce jour que la municipalité va voter en catimini une hausse tarifaire des cantines scolaires et la fin de la gratuité des garderies du matin et du soir. Y aura t’il une baisse des impots locaux en conséquence ?

  31. Post
    Author
    Jean-François Le Helloco

    @Lavarenien : il ne s’agit nullement de « voter en catimini », mais de voter lors du prochain conseil municipal de nouveaux tarifs pour la cantine et l’accueil de loisir du matin et du soir. Non, il n’y a pas de « baisse des impôts locaux » de prévue, il s’agit au contraire de mieux tarifer les prestations scolaires, en particulier pour venir en aide à ceux qui sont les plus démunis, d’obtenir des aides de la CAF qui ne sont attribuées qu’en échange d’un paiement des accueils de loisir et aussi, du coup de mieux tarifer ces prestations qui coûtent très cher à notre ville et qui seront payées un peu plus par ceux qui les utilisent que par tout le monde. Une gestion saine à mon sens et je vous invite à regarder ce qui se pratique dans les villes du département ou d’ile de France et ensuite nous pourrons parler de la « hausse » que vous évoquez…

  32. Le Curieux

    @ Lavarenien

    Tenez-vous compte de la dette de la ville supérieure à 265 M€ ?

    Ce montant ne comprend pas le coût des pénalités de sortie des crédits toxiques non encore couverts !

    Or ce le montant a grosso modo triplé depuis un an pendant que jflh poursuivait se actions en justice, fidèle en cela à ses copier/coller glanés sur internet !

  33. jfvc

    Baratin et intox de JFLH…..Si nous parlions CHB ?

    Laissons cette équipe d’incapables brader à des tiers privés ce qui reste encore à la ville ….Pour ce qui est du club hippique , les investissements à réaliser sont tellement lourds (çà fait 10 ans que TOUS les acteurs ont laissé la situation se dégrader…) que dans un premier temps la mairie va déléguer à un gestionnaire privé pendant 5 ans, lequel rachètera à son son seul profit (à terme) cet outil magnifique….vous pariez ?
    A la limite je pourrai m’en foutre car il est probable que j’aurai déménagé…mais amoureux du cheval, je suis écœuré d’assister à cette incompétence d’élus successifs qui dure depuis au moins 10 ans localement et que je n’ai cessé de dénoncer !
    Et là je suis bien curieux de ce qu’un JFLH a à répondre…..

  34. SANTIAGO

    Que l’on soit un particulier, une entreprise ou une collectivité locale, face à une situation financière déterioré il n’y a que 3 issues :

    – Augmenter les recettes (les impôts)
    – Diminuer les dépenses (frais de fonctionnement et investissements)
    – Vendre des actifs non stratégiques
    Le reste n’est que littérature.

    C’est, évidemment, aux élus de faire ces choix difficiles, que cela plaise ou non à tel ou tel.

  35. Le Curieux

    Ainsi jfvc envisagerait de déménager !
    C’est son affaire et on peut comprendre qu’il veuille mettre fin à son calvaire, lui qui vit dans une Ville qu’il déteste, dont il déteste les habitants (ceux de La Varenne en particulier) et dont il a toujours détesté leurs élus, TOUS !
    Alors… Comment et pourquoi vient-on vivre dans une ville que l’on déteste ? C’est un mystère !
    MASO peut-être !

  36. jfvc

    je n’ai jamais détesté les habitants de ma ville…seuls les andouilles et les élus irresponsables m’insupportent et à St Maur , ce sont des espèces protégées, mais fort heureusement non majoritaires et en voie de disparition….quant à la ville , elle est contrastée et je me sens bien partout , mais pas plus là qu’ailleurs!
    Le reste n’est que rumeur entretenue par certains dont l’ostracisme frise le racisme et dont la bêtise n’a d’égale que la fierté….

  37. jfvc

    Quant aux élus, j’ai ne vous déplaise, quelques solides amis parmi eux…il est vrai , dont beaucoup sont dans l’opposition,question de valeurs communes.

  38. Le Curieux

    Je suggérerais Saint-Denis.

    Non pas pour la présence du tombeau de Rois de France, mais parce que c’est la dernière ville de France dirigée par un Dinosaure survivant de la période de glaciation.

    Un Dinosaure et un Ringard = le couple parfait !

  39. Scoop

    La ville a un défaut d’investissement, pas seulement une dette. Les deux sont certes les faces d’une même pièce. Mais ces emprunts avaient été contractés pour favoriser ses investissements. Nous ne devrions pas l’oublier, parce qu’aujourd’hui, c’est la capacité d’investissement de la ville qui est grévée.
    Je trouve très bien les interventions de la mandature précédente, sauf que, si monsieur Plagnol avait accompli un second mandat, ses capacités d’investissement réduites à peau de chagrin, son programme pour la ville n’aurait pas pu être suivi d’effets.

    Pourquoi de telles erreurs ont-elles pu avoir lieu ? De la part des élus de l’époque, nous le savons: il s’agissait d’investir pour gagner les élections. Mais, de la part des banques ? Nous posons-nous la question des banques prédatrices ? Certes, la question fut posée à une certaine époque. Je me souviens que monsieur Plagnol passa à la télévision et menaça d’avoir recours à la justice. Le problème est complexe parce que la justice elle-même et son mode opératoire, ses modus operandi, sont complexes. Nous ne réfutons pas la complexité.

    Mais l’une des bases du problème, ce problème à deux faces, n’est-il pas que les banques se sont comportées vis à vis des collectivités comme des prédateurs, et qu’il demeure du ressort de la justice de l’affirmer clairement. Pourquoi la doxa officielle refuse-t-elle d’admettre ce principe ? Car ce sont les banques qui en l’occurrence ont investi, à peu de frais pour la circonstance, et les villes contractantes qui se retrouvent aujourd’hui SPOLIéES par ces établissements car elles ne peuvent se développer normalement.
    Or, la doxa, veut que nous défendions les banques coûte que coûte. Au détriment de la démocratie ?

  40. SANTIAGO

    J’ai écrit 100 fois ici même que le CREDIT LOCAL DE FRANCE avait proposé aux Collectivité Locales en général et à la Ville de Saint-Maur en particulier des crédits totalement inadaptés.
    Par ignorance ?
    Peut-être : Le CLF était une Banque historiquement « domestique » (travaillant essentiellement sur le territoire national)
    Par excès de zèle commercial ??
    Peut-être…mais c’est de peu d’importance sur le fond.
    Par malignité ?
    C’est assez peu probable (mais pas totalement impossible) car il n’est évidemment pas de l’intérêt d’un prêteur de fragiliser son emprunteur.
    Les autres Etablissement ont sans doute répondu à la demande de Collectivités Locales séduites par ces crédits absurdes pour elles mais au taux alléchant….surtout durant les premières 6 années !
    Constatons au passage que 6 ans c’est la durée d’une mandature !…Hasard ?
    Le cas de Saint-Maur est malheureusement caricatural puisque la naïveté, la crédulité et l’incompétence de l’équipe THONUS et Consort les a conduit à rembourser des « Crédits sains » en souscrivant des « Crédits toxiques ».
    C’est ainsi qu’au moment des élections des élections de 2008, sur les 200 M € d’endettement de la ville, 190 M€ étaient des crédits toxiques.
    Il est donc faux de dire que les crédits toxiques correspondaient à un besoin pour financer des retards d’investissement (dont je ne nie pas l’existence d’ailleurs)
    La dangerosité de ces crédits pour les emprunteurs pouvait-elle être détectée ?
    Je réponds OUI sans hésiter !
    Comment ? Par le simple bon sens !
    Un site d’annonce de vente d’objets d’occasion (vous le reconnaissez !) écrit en tête de ses recommandation de prudence : « Méfiez-vous si le prix de l’annonce vous paraît trop faible. »
    Or, le crédit, comme toute chose à un prix. Si l’on vous propose un objet visiblement en dessous du prix, c’est qu’il y a un risque : objet volé, non homologué, contrefaçon, faux etc…
    Le crédit n’échappe pas à la règle.
    Lorsqu’en 2008 Nicolas CLODONG m’a annoncé publiquement quelques paramètres de la dette de Saint Maur, j’ai immédiatement détecté une anomalie flagrante. Conclusion de l’époque : soit les chiffres communiqués étaient faux soit ces crédits étaient « risqués ».
    Lorsque pour justifier ses exploits il m’a dit publiquement « que je ne connaissais peut-être pas les techniques modernes de financement » j’ai immédiatement été convaincu que nous allions vers la catastrophe !
    Et encore…Je reconnais humblement que je n’en soupçonnais pas l’ampleur.
    N’ayant pas accès aux dossiers, je ne pouvais penser que des banques avaient fait des montages aussi absurdes pour une collectivité locale ni que des élus avaient pu signer des contrats si ridicules pour des durées par ailleurs excessive.
    D’ailleurs, si les actions en justice n’ont que peu de chance d’aboutir c’est que les clauses d’indexation des taux sont clairement écrites noire sur blanc.
    Alors…des actions en justice uniquement pour satisfaire la curiosité du profane….Pourquoi pas Mais…..Attention :
    – – au coût induit
    – – à l’impossibilité de procéder à des « endiguements » efficaces tant que l’on est en période d’incertitude….
    – – à ne pas se priver de la possibilité de signer des protocoles de sortie transactionnelle
    – – de ne pas perdre des possibilités d’aide du Fonds d’aide

  41. Scoop

    « D’ailleurs, si les actions en justice n’ont que peu de chance d’aboutir c’est que les clauses d’indexation des taux sont clairement écrites noire sur blanc. »

    D’accord. C’est possible !

    « Alors…des actions en justice uniquement pour satisfaire la curiosité du profane….Pourquoi pas. »

    Il ne s’agit pas de satisfaire la curiosité du profane. Mais, par l’intermédiaire de la justice ,de satisfaire la curosité légitime des habitants concernant leurs propres affaires. Le maire de Saint-Maur représente les habitants, et, dans l’état, c’est son devoir d’ester en justice…

    N’oublions pas que ça ne date pas d’hier matin mais d’une bonne trentaine d’années au bas mot: à Saint-Maur les habitants n’ont strictement aucune possibilité d’informer, de renseigner directement le maire. Si vous aviez une information importante à communiquer, dont vous voulez que son destinataire puisse la récupérer et la lire, elle ne lui parvient pas, sauf si vous connaissez Untel ou Untel à la mairie.
    Ils ne vont tout simplement pas chercher les recommandés. Un citoyen doit donc s’en référer directement au Juge s’il veut obtenir des éclaircissements. Mais, parfois, on ne souhaite pas seulement interpeller de manière négative: on veut seulement soumettre un dossier et que la personne concernée s’en occupe. Qu’on ne vienne pas me parler de la prise de rendez-vous avec les élus. Il n’y a dans ce cas aucune trace de l’échange.
    J’espère que cette pratique profodément malsaine, pour le moins, qui détruit le fonctionnement ad hoc de l’institution n’a plus cours à Saint-Maur. Toujours est-il qu’elle sévissait sous la dernière mandature de monsieur Beaumont. Et, on a vu le résultat. Quand quelqu’un se trompe, on ne peut même pas lui dire qu’il se trompe, autrement qu’au cours de réunions publiques où le meilleur est apprécié comme étant celui qui se débrasse le plus vite de son interlocuteur en lui répondant n’importe quoi (l’exemple que vous avez vous-mêmes vécu, amis que d’autres ont également vécu avec d’autres élus).

    « Mais…..Attention :
    – – au coût induit
    – – à l’impossibilité de procéder à des « endiguements » efficaces tant que l’on est en période d’incertitude….
    – – à ne pas se priver de la possibilité de signer des protocoles de sortie transactionnelle
    – – de ne pas perdre des possibilités d’aide du Fonds d’aide. »

    Entièrement d’accord ! Personnellement, le maire de Saint-Maur me fait pas l’effet, pour le moment, d’être un irresponsable en la matière au point de ne pas tenir compte de ce genre de préconisations. Cependant, il se doit avant tout de rétablir un minimum de confiance entre élus et habitants. N’oublions pas qu’il y a eu entre temps, le(s) Bygmalion local (locaux), qui en ont rajouté une couche sévère en matière d’opacité.

  42. SANTIAGO

    @ Scoop

    Je note – et vous remercie – pour votre réponse à mon commentaire : «entièrement d’accord ! ».

    Pour le surplus je n’ai rien contre une meilleure information des habitants, bien au contraire.

    Je voudrais en fin vous faire part d’une chose curieuse.

    Dans la plupart des Communes, face à un problème d’urbanisme, juridique ou autre on fait appel à de cabinets de conseils.

    Lorsqu’il s’agit, à Saint-Maur par exemple d’une dette de 200 M€ on bricole, on improvise, on fait n’importe quoi.

    Je me rappelle en 2008, un Docteur en Médecine Maire Adjoint me débitant des sornettes et trouvant normal que la modeste Commune de Saint-Maur emprunte à un taux inférieur à celui auquel se finançait la République Française, meilleur « signature » du Pays par définition.

    Depuis plusieurs années nous avons ici-même un Vétérinaire qui donne des cours de finance internationale à partir de copier : coller glanés sur internet.

    Je trouverais comique si la facture ne s’était pas alourdie de dizaines de Millions d’EUROS en un an du fait de l’appréciation (prévisible) du CHF contre XEU (XEU = EURO).

    Quant à penser à un retournement des taux de change EURO/FRANC SUISSE il n’y faut pas penser.

    Durant les dernières 50 années la parité FRF puis XEU/CHF n’a cessé de se détériorer de manière constante quoique non linéaire.

    1965 : 1 CHF = 1.15 FRF
    2015 : 1 CHF = 1 XEU = 6.55 FRF

    En résumé on peut conclure : « tout élu devient, par grâce du Peuple omniscient dès le jour de son élection ».

    Si ce n’est pas digne de Coluche …..!!!!

  43. jfvc

    C’est sans doute pour une meilleure confiance élu/citoyen que le camion qui permettait aux uns de rencontrer les autres une fois par moi sur les marchés n’est plus que destiné aux démarches administratives simples, pour joindre les élus , des boites bleus recevant çà et là les courriers à eux réservés ?
    Revenons en à notre centre hippique municipale , le CHB de Marolles, qui perd bon an mal an quelques 350 000 euros chaque année ,voit le prix de ses prestations croitrent, les propriétaires se tourner vers d’autres clubs voisins , etc…..
    J’en discuttais encore avec JFLE HELLOCO il y a 3 ans, chargé alors des sports dans la précédente municipalité et l’interrogeais il y a quelques semaines ,maintenant second maire adjoint dans l’actuelle municipalité à ce sujet pour n’obtenir que des réponses évasives….
    L’aveu d’incapacité de gerer ce problème par la nouvelle équipe vient de tomber, puisque lors du prochain conseil municipal de jeudi25 juin on peut lire ce ci à l’ordre du jour : » N°7 Principe de lancement d’une délégation de service public pour la gestion du centre hippique municipal de la ville deSaint Maur des fossés ».
    On commence donc à brader tous les actifs de notre cité, qu’ils sont dans l’incapacité de gérer…ce qui se confirme par le point N°8 pour une délégation de service public vers le privé pour la gestion du stationnement dans notre commune.A quand la braderie du service municipal des eaux, la cantine centrale, etc…?
    Et avant la fin de mandature , sur l’ex maison du peuple , notre mairie, pourra-t-on lire  » Liquidation totale, tout doit disparaitre » ???

  44. Scoop

    @Santiago,
    Votre analyse de l’aspect financier du problème me paraît, en effet, difficilement contestable.
    J’y ajoute, la mienne propre. Elle concerne les obstacles indus à la circulation des informations. Dans de nombreuses communes d’une certaine importance, il existe au moins un citoyen tel que vous, attaché, au respect de la logique élémentaire qu’en d’autres temps on aurait appellé honnêteté (aujourd’hui tout le monde a de l »honnêteté » plein la bouche). Imaginez que vous ayez pu vous adresser directement au maire ou à son premier adjoint en recommandé avec AR à l’époque. Il vous aurait répondu, noblesse oblige (si je puis dire). Devant les réponses certainement non satisfaisantes, vous auriez suivi l’affaire, toujours en recommandé avec AR. Il vous aurait répondu par la même voie. Les formes de l’immense respect que nous lui devons en tant qu’élu auraient été respectées pour le faire, toutefois il aurait fini par « lâcher », tout simplement parce que ses arguments à lui, ne tenantt pas la route, il se serait tout de même rendu compte que les choses allaient dans le mur. Evidemment, très peu de monde se serait souvenu de votre nom. Mais, la ville, elle, ne se trouverait pas aujourd’hui dans cet état, livrée aux barbares de la politique des mots dont la signification change tous les deux jours, selon l’air du temps. Bref, il faut parfois peu de choses.
    J’ai assisté récemment à la procédure dans une commune de 20.000 habitants. Je n’étais personnellement pas impliqué. Aussi, j’ai pu constater froidement le résultat éloquant obtenu par un citoyen tout seul, dénonçant le risque d’imposture dans une affaire immobilère dont les tenants étaient pour le moins douteux. Foin de l’opposition ! Elle s’était contentée de voter contre. Autant dire, dans ces cas-là, ça ne sert pas à grand chose si l’on ne développe pas d’arguments précis en tant qu’opposants. Seulement voilà, le maire de cette ville, lui, accepte les recommandés avec AR (c’est ballot, hein !). Et pourtant, cela lui a évité de commettre une belle bourde… Comme il était obligé de répondre. Il a répondu quelque chose qui voulait dire que le contrat en question n’étant pas signé à ce jour, on pouvait sous-entendre qu’il ne le serait peut-être pas.
    Les formes étaient respectées !

    Ne confondons pas toutefois médecins et vétérinaires. Ce sont des métiers très différents. Les médecins ont en effet sévi sous les mandatures de monsieur Beaumont. Il n’y en avait pas qu’un seul ! Le problème avec les médecins est qu’une fois devenus élus, ils en viennent à penser qu’ils sont devenus psychiatres. Ce problème n’existe pas avec les vétérinaires de formation. Le fond de commerce n’est pas du tout le même !

  45. Scoop

    Pardon pur les coquilles que j’ai immanquablement laissées en écrivant trop vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *