Conseil municipal du 28 février 2013

Nous venons de recevoir les documents pour le conseil municipal du 28 février. Comme à mon habitude, je vous donne les documents préparatoires à ce conseil, pour recueillir vos remarques et commentaires avant le conseil.

A l’ordre du jour  (télécharger l’ordre du jour complet):

– Le rapport sur la situation en matière de développement durable de la ville de Saint-Maur présenté par Catherine JUAN

– Le débat d’Orientation budgétaire et le point sur la situation de la dette présenté par Jacques LEROY.

– L’approbation de l’avant-projet d’aménagement des bords de Marne présenté par le maire et Jacques LEROY. Stéphane CARDARELLI, conseiller municipal qui a porté ce projet depuis le début, s’apercevant qu’il était désormais exclu des réunions sur ce projet par Jacques LEROY, nouveau maire adjoint à l’Urbanisme, a démissionné de sa délégation “aux respects des normes environnementales et de l’aménagement des bords de Marne” le 14 janvier dernier. En tant qu’habitant du quai de la Pie, je tiens à saluer le travail réalisé par Stéphane en matière de concertation, ainsi que les nombreuses réunions de synthèse qu’il a pu mener pour arriver à ce qui est, je pense, le meilleur projet au regard des contraintes d’espace et liées au mur anti-crue. Reste à voir comment tout ce travail, sera poursuivi par le nouveau responsable du dossier qui semble si prompt à s’en emparer. Nous suivrons donc avec attention la prochaine étape qui consiste en l’élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE), c’est à dire préparer le choix des entreprises qui auront ce marché estimé ici à 20 millions d’euros !

– Et d’autres points, dont une augmentation généralisée du droit à construire de 20 %, ainsi qu’un lancement de la procédure de PLU et un nouveau règlement des piscines de la ville où le bonnet de bain devient obligatoire !

Je salue également par avance la nouvelle conseillère municipale, élue sur la liste de Jean-Bernard Thonus, madame Marie-Laure DEFONTAINE VIVE CURTAZ en remplacement de madame Jacqueline MORALES qui a démissionné.

Vous pouvez télécharger tous les documents en cliquant sur les liens ci-dessus si vous les voulez séparément, ou en cliquant ici pour avoir le tout en un seul fichier, et comme je suis gentil avec les lecteurs de ce blog je vous ai ajouté des liens dans le PDF depuis l’ordre du jour pour aller directement aux points demandés. Cliquez ici pour tout télécharger

Je suis heureux de voir qu’une partie des points que nous avions dénoncés depuis le mois d’octobre évoluent :

– Nous avions dénoncé le projet de hausse d’impôts des commerçants : il a été abandonné

– Nous avions dénoncé les hausses d’impôts : il est prévu que les impôts n’augmentent pas en 2013

– Nous avions signalé l’urgence de passer au PLU : il est prévu d’initier le processus dans ce conseil

Il reste néanmoins beaucoup de travail sur bien des points : notamment la transparence financière globale et surtout au niveau des marchés et appels d’offre. Il reste également une omerta totale sur la gestion du cabinet du maire. Cette volonté, du maire et de son adjoint aux finances, de cacher à tout prix les factures et les vrais coûts des dépenses n’augure rien de bon…

38 comments on “Conseil municipal du 28 février 2013

  • Debain , Direct link to comment

    Bonjour m. Le Helloco
    J’apprécie la contenance, le contenu et la fréquence de votre newsletter.
    Sandrine

  • Boudier MARCELINE , Direct link to comment

    Merci de ces informations Monsieur LE HELLOCO
    Pouvez-vous nous en dire plus au sujet des emprunts toxiques de la ville de ST MAUR
    Sont-ils en renégociation ?

  • Sphinx , Direct link to comment

    C’est tout de même étrange, lorsque l’on parle des xxx conseillers et maires adjoints “frondeurs” on parle ne parle pas des élus de la liste de henri P. Alors que pour Jacqueline M. au lieu de parler de la liste “des villages dans la ville” on parle du Jbernard T. Un gars que l’on n’a jamais revu depuis les municipales. C’est tout de même renier le travail fait par nicolas C. Certes numéro 2 de la liste “DvDlV” mais si la liste “DVdlV” était amenée/menée par Jbernard T cela reste la liste “DVdlV”.

    Quel sera le point de vue de notre député sur le point 4 ?

    Doit on comprendre du point 13 que les promoteurs vont se dépécher pour mettre à sac notre cadre avant l’instauration d’un PLU ?

  • Hope , Direct link to comment

    trop fort riton : il peut prévoir que la ville n’aura plus de dettes en 2051, il a l’intention d’etre encore là pour les 40 prochaines années et a deja prévu de ne rien emprunter pendant 40 ans ?

  • Hope , Direct link to comment

    ce n’est que maintenant qu’on rends obligatoire les bonnets de bain ? c’est pouratnt obligatoire quasi partout.
    c’est comme pour le tri selectif, st maur toujours bon dernier.

  • goudron , Direct link to comment

    Pour les bonnets de bain, faudrait demander a lehelloco, il a été au sport pendant 4 ans et n’a même pas pensé a ce détail, c’est dire le reste !

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    @ Goudron : Je vous rassure, j’ai pensé aux bonnets de bain… tellement que justement je n’ai pas souhaité imposer leur utilisation dans le cadre de l’utilisation “publique” de la piscine. Ils sont obligatoires pour tous les cours collectifs, ils ne l’étaient pas pour les usagers individuels. C’est un grand débat… Ils ne sont pas obligatoires à la piscine de Nogent, ni à celle de Sucy, ils le sont à Paris. Dans le nouveau règlement ils deviennent obligatoire à Saint-Maur… Je ne suis pas certain que le fait de ne pas avoir de bonnets obligatoires faisait partir beaucoup de nageurs, en revanche j’ai peur que l’inverse ne soit pas vrai… Mais on nous dira que c’est pour l’hygiène, ce que je comprends, mais si chacun prend une douche, les cheveux longs sont bien attachés, on peut déjà résoudre bien des problèmes je pense. D’autant plus que le système de filtration de Brossolette n’est pas aux normes et l’eau des gouttières n’est pas recyclé mais jeté… la piscine consomme plus de 340 m3 d’eau par jour ! Avec un tel renouvellement, l’eau reste plus propre que dans bien des piscines…

  • goudron , Direct link to comment

    Tout le monde ne prenant pas de douches, il faut des bonnets de bains et il n’y a pas de débât à avoir, point à la ligne. Vous n’avez donc pas fait votre travail. Idem pour le système de filtration qui n’est pas aux normes, il fallait en parler avant au lieu de pleurnicher sans cesse maintenant. arretez de nous rassurer, tout va bien.
    allez a vous car vous avez je suis sur forcement raison

  • goudron , Direct link to comment

    L’ancien maire adjoint aux sports c’est :

    – 4 ans a rien faire, a tout signer, a tout voter, a tout dépenser

    – 1 an a tout dénigrer, a tout critiquer, a tout rejeter, a tout découvrir.

  • jfvc , Direct link to comment

    analyser,critiquer est le droit fondamental de tout citoyen,n’en déplaise….se présenter aux suffrages est un autre droit qui implique des devoirs dont celui d’accepter la critique des autres citoyens,c’est la règle !Si çà té file des boutons laisse ta place….

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    @ JFVC : Si je n’acceptais pas la critique, je ne laisserais pas ce blog aussi “libre” 😉 Mais il y a critique et critique… J’ai aussi le droit de demander ce qu’on fait ceux qui critiquent 😉

  • Santiago , Direct link to comment

    Je ne vais sûrement pas entrer dans un débat sur les bonnets de bain !
    Ce débat est surréaliste.
    C’est un peu comme si, voyant une famille en train de pique niquer sur la voie du TGV j’interpellais le père pour lui dire qu’il devrait mettre un chapeau de paille sur la tête de son jeune fils à cause du soleil !
    Au risque d’en lasser certains je reviendrai sur la dette de la Ville !
    Sur la base des tableaux annexés (dont seuls les premiers présentent un réel intérêt) il semble que, SEULEMENT un tiers du volume des crédits présentent des caractéristiques adaptées à la situation d’une ville comme SAINT-MAUR !
    C’est beaucoup mieux que la situation héritée de l’ancienne équipe (La quasi-totalité de la dette était dangereuse) mais la part non « traitée » ( les deux tiers) reste excessive.
    Or, au total moins de 40 M € ont été « sécurisés » l’an passé. C’est très insuffisant car plus le temps passe plus « le prix à payer » pour la « neutralisation » du risque ira en augmentant
    Il est vrai que cela est dû pour une bonne part aux contraintes budgétaires (le « traitement » à un coût), mais, à mon avis il aurait fallu avoir une politique plus volontariste en matière d’augmentation des recettes (impôts) ou même accepter une certaine augmentation en volume de la dette comme « prix à payer » pour réduire l’exposition aux risques de ces crédits absurdes et inadaptés (Merci CLODONG).
    En ce qui concerne les tableaux prospectifs, ils sont totalement dénués d’intérêt étant sujets à des aléas difficilement prévisibles.

  • jfvc , Direct link to comment

    pour ceux qui n’auraient pas compris Santiago n’envisage pas de se pacser avec Nicolas Clodong….le contraire non plus d’ailleurs,car Le Curieux est bien trop difficile à vivre au quotidien !
    Curieux tout de même que quelqu’un qui se dit financier n’envisage jamais d’autre voie que la sienne ? La démarche judiciaire choidie par le conseil général du 93 commence à porter ses fruits avec l’annulation des taux “de toxiques” DEXIA…..que St Maur n’ait pas suivi cet exemple ???

    Fais gaffe le Jacquot,un train peut en cacher un autre !Te concernant, pour le soleil ,le chapeau c’est trop tard….

  • goudron , Direct link to comment

    => Goudron… et vous… qu’avez vous fait ? J’aime les critiqueurs qui n’ont rien fait…

    Moi qu’ai je fait ?

    Et bien comme tout bon citoyen, j’ai voté et donc via cette démarche délégué mes pouvoirs à des gens comme vous qui :

    – ont rien fait pendant 4 ans, ont tout signé tout voté et tout dépenser

    et qui maintenant par haine et désoeuvrement et depuis 6 mois

    – dénigre tout, critique tout, rejete tout, découvre tout.

    Et il normal que je critique votre position qui n’est motivé que par des haines personnels. C’est très clair pour tout le monde !
    .

  • Scoop , Direct link to comment

    Il faudrait également faire l’effort de sortir du rite des attaques de snipers contre un commentateur en particulier ou contre une personne qui fait de la politique dans la ville. Chacun possède son héritage. Et il est, pour tout le monde, particulièrement difficile de se dépatouiller d’un héritage. Nicolas Clodong est le dernier d’une famille qui a abondamment profité du népotisme des mandats précédents. Les parents ont mangé les raisins verts et les dents des enfants en sont agacées. En d’autres termes : fichez-lui la paix, et laissez lui développer sa personnalité propre. Il a des preuves à fournir plus que d’autres. Sa position n’est pas enviable. Je préfère être libre et pauvre comme je le suis, plutôt que de trimballer ce genre d’héritage comme un boulet. Car le public n’oublie pas, quoiqu’on en dise, même en politique (et sis’il oubliait nous serions là pour rappeller l’Histoire récente de la ville).
    Je ne dois ma carrière à personne, et ne dépend pas et n’ai jamais dépendu de monsieur Beaumont ou de quiconque. Aussi, je dispose d’un certain nombre d’élements clairs pour analyser son bilan. L’erreur de la dette est la conséquence, monstrueuse, la plus visible des mauvais aspects de ce bilan. Il y a d’autres aspects qui sont excellent ! Ceux qui se réclament de la totalité de ce bilan n’ont pas compris. Ceux qui débarquent sans connaître ou avoir subi, comme ce fut et c’est le cas de nombreux employés municipaux, parlent souvent trop vite, se laissant emporter ou manipuler.
    Monsieur Plagnol a menti, et continue de mentir. Il avait promis une rupture avec le mauvais côté de ce bilan. Mais il faut croire qu’il y avait trop goûté, car il s’est vautré à son tour dans le clientélisme et nous ne parlons pas du népotisme, qui chez lui, suinte. Tandis que monsieur Beaumont le pratiquait avec une vision pour le service de la ville qu’il dirigeait, monsieur Plagnol lui, l’a pratiqué pour son service personnel. Rien, en face de cela, ou presque rien, pour contrebalancer cet état de fait qui ressemble à de la corruption systématique de la vie municipale.
    Santiago, en effet, vient de donner une première indication sur ce qui aurait pu être fait et n’a pas été fait. La comppétence a visiblement été insuffisante au service des intérêts de la ville concernant la monstruosité de la dette.
    Je sais que le monde n’est pas parfait, mais il faut renouveller le personnel politique de la ville. Il y a urgence. Monsieur Plagnol rendez pour une fois service à la ville : démissionnez !
    Dans ce cas, il y aura un maire de transition. Et les élections pourront avoir cours normalement en 2014 dans le respect de chacun des impétrants et dans un vrai combat de programmes.

  • Santiago , Direct link to comment

    Pour le farceur de permanence qui ne comprend toujours rien à la situation financière de la Ville, je rappellerai quelques évidences concernant une soi-disant alternative judiciaire.

    1/ Il n’existe, à ce jour, AUCUNE décision judiciaire faisant jurisprudence sur le sujet. Les quelques sentences en première instance sont sans intérêt, même si certaines d’entre elles limitent, dans une première phase les intérêts à payer. Cela ne présage en rien de l’issue finale.

    2/ La procédure judiciaire comme « remède » à la situation de la Ville est une vue de l’esprit car une procédure mettra environ 10 à 12 ans, peut-être plus pour aboutir.
    Pendant ce temps la Ville continuerait à assumer les risques sans que l’on ne puisse préjuger de l’issue finale de la procédure. Je ne pense pas qu’il soit sain de jouer à ce type de roulette russe.
    En outre, il convient d’être pragmatique, les décisions de justice c’est très beau …A condition que la partie adverse soit solvable !
    Concernant le principal adversaire, en cas de condamnation dans tous les crédits dans lequel il est impliqué, il est probable qu’il se trouve en situation d’insolvabilité ! Alors ! Que gagnera la Commune ?

    3/ L’urgence est donc bien de neutraliser les risques liés à ces crédits par l’une des deux voies possibles :
    – A- La renégociation quand c’est possible (il faut être deux à le vouloir !). Une action judiciaire peut, le cas échéant constituer un moyen de pression utile mais rien de plus.
    – B- La neutralisation du risque par la signature de contrats adaptés (de sens inverse) avec des Etablissements bancaires offrant les meilleures conditions : pas nécessairement le prêteur

    4/ Cette « neutralisation » ayant un coût, il sera toujours possible dans l’hypothèse B- de demander par voie de justice l’indemnisation de ce préjudice. Dans l’hypothèse A- il est probable que l’accord amiable signé avec le prêteur aura prévu la renonciation réciproque aux recours judiciaires.

    Pour l’heure je constate que la proportion de la dette « traitée » (un tiers environ) est TRES insuffisant.

    Cela dit, la stratégie ci-dessus est à priori celle que je suivrais si j’avais à décider dans le contexte décrit dans les documents présentés. Elle serait le cas échéant sujette à amendements en fonction du détail de chaque crédit en question, mais sans doute pas pour l’essentiel.

    Je suis intéressé par toute suggestion contradictoire à condition qu’elle soit étayée par de réels arguments et non par des « copier/coller » pris de bric et de broc.

  • jfvc , Direct link to comment

    Hormis les règlements de compte,les intérêts particuliers et l’intérêt général il faut prendre en considération l’aspect psychologique du comportement des acteurs;pour eux il y a une dimension de combat contre un adversaire et dans celui-ci l’avenir de notre ville passe par trop au second plan et j’ai bien peur que ce soir encore nous ne soyons dans ce type de scénario=la fierté de l’un contre celle des autres….
    Pour chacun des acteurs je pense de plus en plus que la recherche de pouvoir prime sur l’avenir de la ville et chaque jour qui passe le met un peu plus en évidence.

  • Santiago , Direct link to comment

    Lire en 2/ dernier § “Concernant le principal adversaire, en cas de condamnation dans tous les crédits dans lesquels il est impliqué, il est probable qu’il se trouve en situation d’insolvabilité ! Alors ! Que gagnera la Commune ?”

  • jfvc , Direct link to comment

    et puis tirer sur la comète est autant idiot qu’improductif…Le maire reste maire encore un an,les autres attendent sans broncher et une guerre de tranchée se met en place et l’histoire va se répéter comme en 14=ce sont les survivants qui en feront les frais.

  • Santiago , Direct link to comment

    Alors ! Vos conseils concernant la dette GRAND GOUROU de la finance et du copier / coller (Plagiat oblige).
    Peut-être pourriez-vous demander aux poufiasses de FEMEN de venir faire un petit show à Saint-Maur pour conjurer le sort ?

  • goudron , Direct link to comment

    Qui vient ce soir ? on pourrait peut etre se retrouver dans les tribunes ? Perso, c’est simple, j’essaierai comme d’etre dans la tribune de gauche ( c’est une petite habitude) et j’ai une ptite moustaphe. Voili voili

  • Santiago , Direct link to comment

    BRAVO !
    Alors…Les pouffes n’ont pas su vous inspirer une stratégie alternative pour résoudre la problématique de la dette ?
    Allons…Un copier / coller, un plagiat de plus et…Hop !
    Comme l’écrirait un comique Saint-Maurien : «LAMENTABLE » !
    PS Curieusement, en français le mot « lettre » est féminin mais les lettres prisent elles sont masculines.
    Ainsi on dit UN « S » et non UNE

    PS (2) je ne suis pas certain que ce genre de remarque n’intéresse beaucoup de monde !

  • jfvc , Direct link to comment

    En conseil municipal… 23 élus sur 36 de la majorité suivent Sylvain Berrios dans les votes. Henri Plagnol sauve ses délibérations avec les voix de la gauche et de Nicolas Clodong… Source Mur FB de JFLH

    ce témoignage de JFLH en direct, montre que le cirque a commencé son spectacle municipal pitoyable….et demain chacun dira “c’est pas moi,c’est l’autre qui a commencé”?
    Je pourrais écrire MDR,si çà ne devait pas perdurer encore 13 mois à l’issue desquels la note ne risquait pas d’être salée !

  • jfvc , Direct link to comment

    Henri Plagnol n’a t-il pas entendu l’expression des habitants lors des dernières législatives ?

    Henri Plagnol trop orgueilleux, n’a t’il donc pas compris qu’il ne pouvait pas s’affranchir de sa majorité dans l’intérêt de Saint-Maur ?

    Les points non présentés hier seront présentés lors du prochain conseil municipal où doit être proposé le budget. L’irresponsabilité et l’obstination manifeste du Maire pourra avoir des conséquences graves lors de ce prochain conseil municipal.

    Source=Mur Facebook de Roméo de AMORIM (conseiller municipal)

    Le pire est déjà la….PITOYABLE !

  • Sphinx , Direct link to comment

    et donc au final il en est ressorti quoi du conseil ?
    On démoli le pos avec 20% de plus ?
    y’avait il autant de monde qu’apres les legislatives ?
    merci
    spx

  • jfvc , Direct link to comment

    la conclusion de Nicolas CLODONG est sans appel :

    “Au point 17 de l’ordre du jour du Conseil municipal du 28 février 2013, Sylvain Berrios, élu sur la liste d’Henri Plagnol, deuxième adjoint, a quitté la séance avec une dizaine d’élus, bloquant ainsi le fonctionnement du Conseil et obligeant le Maire à lever la séance. Des points importants* concernant la vie des habitants de Saint-Maur restaient à débattre et n’ont pu être adoptés.

    Je condamne avec la plus grande sévérité ce type de comportement politicien, contraire à l’éthique politique et à l’intérêt général, qui méprise les habitants de Saint-Maur.

    Je condamne également avec la plus grande fermeté le blocage complet de notre Ville qui est annoncé pour le 11 avril prochain, date de la séance du Conseil municipal pendant laquelle est prévu le vote du budget 2013. Le Maire, son 1er adjoint Jacques Leroy et son 2ème adjoint Sylvain Berrios sont incapables de s’entendre pour préparer et voter le budget (dont j’ai dénoncé les dérives en matière d’endetttement et de dépenses de personnel) : par leurs divisions et leur irresponsabilité, le budget de la Ville risque de devenir, en application de l’article 1612-2 du CGCT, celui du Préfet et de la Chambre Régionale des Comptes qu’il aurai saisie.

    Ce serait le degré zéro de la politique, le degré zéro de l’action municipale. C’est l’image de Saint-Maur qui serait durablement abîmée. H.Plagnol, J.Leroy et S.Berrios en porteraient collectivement la lourde responsabilité devant les Saint-Mauriens.”

    Je partage la fin de cette analyse= cette”majorité”municipale est devenue irresponsable….

  • Santiago , Direct link to comment

    @ Sphinx
    Justement, quand une situation est « difficile », c’est le moment de définir les priorités parmi les nombreux problèmes à traiter.
    Quand votre maison brûle, que faites-vous en priorité ?
    Appeler les pompiers ?
    Appeler le tapissier pour choisir la couleur des futurs rideaux ?
    Selon moi, la ville de SAINT-MAUR a 3 priorités à traiter :
    1/ Le risque sur la Dette
    2/ Le risque sur la Dette
    3/ Le risque sur la Dette
    Selon les chiffres du document préparatoire au Conseil Municipal (point 06B), dont seule la première page présente un réel intérêt, le risque découlant des clauses d’indexation s’applique encore sur 171 M€.
    Certains évaluent le risque à +/- 30% (pourcentage sujet à caution et tout à fait arbitraire).
    Sur ces bases que l’on va retenir, faute de mieux, cela donne les chiffres suivants :
    Dette globale 256 M€ + Risque potentiel 50 M€( 30% de 171 M€). On dépasse les 300 M€. Il n’est pas certain que quand un tel degré d’endettement apparaîtra de manière comptable la mise sous tutelle de la Ville puisse être évitée.
    Alors vous verrez si le Préfet se préoccupe des petites misères du quotidien ou s’il commence par augmenter drastiquement les impôts pour pouvoir « traiter » sérieusement le problème.
    D’aucun m’ont accusé de partialité en faveur du Maire…je m’en suis toujours défendu. A ce jour toutes mes analyses –mêmes basées sur peu d’éléments précis et détaillés- se sont avérées exactes y compris et surtout quant à la dangerosité des crédits souscrits de manière absurde par Nicolas CLODONG et consorts que j’ai détecté avant même les dernières élections municipales.
    Je dénonce aujourd’hui, avec la même objectivité et virulence le manque de volontarisme dont il a été fait preuve depuis les dernières élections.
    En 5 ans, il a été « traité » à peine le quart de la dette « risquée » pour arriver à un volume de risque des 2/3 de la dette totale.
    C’est beaucoup trop peu ! Il faut à tout prix passer d’urgence (dépassée) à une vitesse vraiment supérieure.
    On a perdu trop de temps à faire des audits qui certes éclairent le problème mais ne le résolvent pas.
    Il en est de même d’actions juridiques qui seront peut être un jour nécessaires et utiles mais qui pour l’immédiat ne changent rien au risque que court la Ville (et ses contribuables).
    A-t-on exploité la voie du traitement du risque, avec les « outils financiers adaptés » existant sur le marché et auxquels on peut accéder. Via des Banques qui ne sont pas nécessairement nos créanciers. Rien n’apparaît sur ce point dans le document précité.

    Alors, désolé SPHINX, je comprends facilement qu’il soit plus divertissant de spéculer sur les chance de gain ou de perte de tel ou tel dans la querelle de Palais qui sévit depuis un an mais la priorité de SAINT-MAUR, c’est le traitement du RISQUE de sa DETTE.

  • Santiago , Direct link to comment

    Contrairement à certains, je ne suis pas prompt à m’indigner.
    Cela dit, la déclaration de CLODONG provoque plus que de l’indignation : Un écœurement proche de la nausée.
    Qu’un Monsieur qui a soutenu, approuvé et défendu publiquement des opérations financières insensées incluant la substitution de crédits « toxiques » à des crédits “sains” pour plus de 200 M d’ €, n’estime pas devoir démissionner, c’était déjà blâmable.
    Qu’il s’érige maintenant en donneur de leçons dépasse les limites de l’indignité !
    Au fait, pourquoi ne vient-il pas sur ce BLOG apporter la contradiction à mes analyses ? CHICHE !
    Pour un « expert » ayant découvert la pierre philosophale de la finance, ce devrait être aisé !

  • Scoop , Direct link to comment

    J’ai déjà eu l’occasion de remarquer que ceux qui “condamnent” en langage diplomatique, “avec la plus grande sévérité”, ou avec sévérité, se posent dans la vie comme des bras cassés et des incapables. Ce sont les officiers de réserve diplômés planqués, des décorés méritants qui n’ont pas participé aux combats, des légionnés d’honneur à la Johnny Hallyday, etc.
    Néanmoins, selon ce qui est rapporté plus haut par jfvc, il n’était pas non plus de la première intelligence de se retirer à l’occasion d’une délibération portant sur un “voeu”, d’une part, par définition inutile. D’autre part à l’occasion d’une délibération à propos du décret du ministre de l’Education. Nos amis, n’ont pas choisi, cette fois, le meilleur créneau alors que le souci de tous (entièrement d’accord avec Santiago), est la ruine annoncée de la ville. Le tibétain n’attendait que ça pour se gagner les faveurs des élus des diverses oppositions et conforter ses alliances toutes nouvelles qui vont désormais de la “bande” à Bernard Vincens à la gauche en passant par l’inénarable formation “villages” à l’origine du problème de la dette.
    Nos amis sont tombés dans un piège. Ils devront faire attention, que diable !

  • Santiago , Direct link to comment

    Il y a des moments pour être sérieux et parler de sujets sérieux. La toxicité de la dette de SAINT-MAUR par exemple.

    Il y a aussi des moments de franc divertissement tel, par exemple, la lecture du post de jfvc hier à 15:40.

    « ……et une guerre de tranchée se met en place et l’histoire va se répéter comme en 14=ce sont les survivants qui en feront les frais. »

    Petit-fils d’un « Poilu » mort au front dans le Pas de Calais en 1914, je pense qu’il doit y avoir une petite ( ?) erreur d’identification de ceux qui ont « fait les frais » du premier conflit mondial !

  • jfvc , Direct link to comment

    celles qui en ont fait les frais ce sont toutes ces femmes,ces veuves ….restées seules pour élever les enfants tout en faisant le travail des hommes tués au front….une génération de femmes sacrifiée!

  • jfvc , Direct link to comment

    Les Grenouilles qui demandent un roi

    Les grenouilles se lassant
    De l’état démocratique,
    Par leurs clameurs firent tant
    Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.
    Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique:
    Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant,
    Que la gent marécageuse,
    Gent fort sotte et fort peureuse,
    S’alla cacher sous les eaux,
    Dans les joncs, les roseaux,
    Dans les trous du marécage,
    Sans oser de longtemps regarder au visage
    Celui qu’elles croyaient être un géant nouveau.
    Or c’était un soliveau,
    De qui la gravité fit peur à la première
    Qui, de le voir s’aventurant,
    Osa bien quitter sa tanière.
    Elle approcha, mais en tremblant;
    Une autre la suivit, une autre en fit autant:
    Il en vint une fourmilière;
    Et leur troupe à la fin se rendit familière
    Jusqu’à sauter sur l’épaule du roi.
    Le bon sire le souffre et se tient toujours coi.
    Jupin en a bientôt la cervelle rompue:
    «Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue.»
    Le monarque des dieux leur envoie une grue,
    Qui les croque, qui les tue,
    Qui les gobe à son plaisir;
    Et grenouilles de se plaindre.
    Et Jupin de leur dire:« Eh quoi? votre désir
    A ses lois croit-il nous astreindre?
    Vous avez dû premièrement
    Garder votre gouvernement;
    Mais, ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire
    Que votre premier roi fut débonnaire et doux
    De celui-ci contentez-vous,
    De peur d’en rencontrer un pire.»

    Jean de La Fontaine, Fables

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *