Demain l’école le mercredi matin ?

A peine la semaine de 4 jours mise en place que déjà on parle de changer à nouveau. Le Ministre Xavier Darcos a changé le calendrier scolaire en enlevant les samedis (bonne idée attendue par beaucoup de familles) mais n’a pas touché à la journée scolaire, sauf par l’adaptation des heures de soutien qui ne concernent qu’une partie des élèves mais sont désormais utilisées par les tenant de la doctrine chronobiologique pour faire évoluer la journée scolaire.

Sur Saint-Maur les 2 heures de soutien hebdomadaires seront effectuées par les enseignants et les élèves en difficulté en deux séances d’une heure durant la pause méridienne (temps de cantine) du lundi et du jeudi car nous avons la chance d’avoir 2 heures pour le déjeuner ce qui laisse encore une heure pleine aux élèves qui seront concernés par ces heures de soutien. D’autres communes ont allongé la durée journalière de 30 minutes ou placé ces heures le mercredi matin. Pour la mise en place de ce soutien aucune directive officielle n’était donnée si ce n’est de faire 2h sur la semaine. Donc sur la base d’une journée scolaire classique il a fallut ajouter 2 heures. Pour ma part je pense que l’idéal pour les enfants aurait été une heure le soir après les cours mais il y a l’étude organisée par les enseignants également donc difficile à mettre en place… La solution choisie par les enseignants sur Saint-Maur me parait la plus équitable pour les enfants et la plus simple à mettre en place. C’est moins dur que de stigmatiser un enfant en lui disant que lui doit aller à l’école le mercredi matin pour 2 h supplémentaires que ses copains ne feront pas.

Mais il reste encore le sujet de l’aménagement de la journée scolaire…

Les chronobiologistes et quelques uns de leurs amis poussent depuis des années à une prise en compte des temps biologiques de l’enfant. D’après leurs études (parfois contradictoires et toujours très peu nombreuses) il faut, pour qu’un enfant travaille de manière optimale (un peu comme on règle le moteur de sa voiture) qu’il travaille plus tard et finisse plus tôt mais sur 5 jours au lieu de 4.

J’adore ces calculs faits pour des résultats améliorés (on parle bien de résultats et pas de bonheur ou de bien-être sauf à dire qu’un enfant est plus heureux entre 9h et 11h quand il est meilleur en maths dans la journée). Selon ces études on devrait faire commencer plus tard les enfants, allonger la pause du midi d’une heure encore et ensuite finir un peu plus tard. Quel parent peut amener son enfant à 9h, le reprendre le midi pour lui éviter le stress et le bruit de la cantine et venir ramener à l’heure dite et le reprendre encore un peu plus tard ? Et oui, nos grand scientifiques du temps scolaire semblent oublier qu’il y a également des familles, et même… oh surprise des parents qui travaillent ! C’est beau de nous vendre une belle journée pour les enfants mais comment pouvez-vous avoir oublié la nécessité de déposer son enfant le matin tôt pour prendre son RER et le reprendre tard à son retour. De là à me dire que ces scientifiques ne savent pas ce que c’est d’aller travailler chaque jour il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas… La réponse à cette objection est souvent que c’est aux parents de s’adapter aux besoins de l’enfant et à la société entière de changer (c’est simple à mettre en place d’un coup vous ne trouvez pas ?).

Je pense personnellement que la meilleure journée pour un enfant est celle où ses parents peuvent s’occuper de lui, qu’il passe une journée bien encadré à l’école, qu’il a des amis en classe et qu’il se sent bien sans regarder sa montre à attendre son cycle circadien.

Sans compter que pour une ville comme Saint-Maur, passer au mercredi matin école serait un vrai casse tête. Finies les activités du mercredi matin (sportives ou religieuses), bonjour la course des autocars pour rejoindre les centres de loisirs (avant ou après le repas ?). Sans compter que pour beaucoup d’enfants la demi journée d’école du mercredi matin se traduira par une journée entière en centre de loisir.

Messieurs les chronobiologistes, cessez la biologie et les calculs sur nos enfants, laissez l’Ecole avancer à son rythme, peut-être imparfait mais malgré tout suffisant pour arriver à des résultats. Consacrez votre énergie à la réussite des élèves : celle qui leur permet de lire et compter pour toute la vie, pas l’heure de la journée où il gagneront 10 secondes pour résoudre un calcul mental. Pensez également à la vie des familles qui ont un travail (et heureusement qu’il y en a), rappelez vous que la vie dans une Ville n’est pas la vie dans un petit village. Pensez également qu’il y a un paramètre que vous oubliez trop souvent d’étudier … le bonheur des enfants.

Sur ce sujet des heures, je suis partisan que chaque école, chaque ville puisse choisir son temps scolaire en fonction de ce qui correspond à la réalité de sa vie locale (ce n’est pas forcément pareil d’une ville à l’autre, du Nord au Sud, à l’Est ou à l’Ouest). Le débat peut être ouvert, on peut tenir compte, et c’est bien souvent déjà fait, de la fatigue des élèves dans la journée pour leur faire faire des maths quand ils sont concentrés et d’autres activités quand ils le sont moins. Tout cela s’appelle la liberté pédagogique et ça existe déjà. Mais ne mettez pas sans cesse les enfants dans des cases d’autant que les études le prouvent, la semaine de 4 jours a donné des résultats positifs et je n’ai jamais encore vu une seule étude publiée qui montre une supériorité des élèves dans la formule 9 demi journées. Alors attendons que des résultats soient prouvés avant de vouloir généraliser à tous un système qui n’est pas probant en France et ne tient pas compte de la réalité économique de notre pays.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *