Logement social, Duflot passe à 25 %… et pourquoi pas 50 pour aller deux fois plus vite ?

Notre verte ministre de la ville veut ajouter des logements sociaux pour loger tous ceux qui attendent un logement social. Evidemment on pourrait aussi se dire que lutter contre la précarité et faire en sorte que les salaires soient plus hauts, le chômage plus bas, tout cela permettrait d’avoir moins de personnes en attente de logements sociaux… On pourrait aussi laisser les parents donner à leurs enfants au lieu de baisser le montant des donations, mais non ce n’est pas à l’ordre du jour. Comme on ne peut pas monter le niveau de vie des gens on baisse le prix des logements… un nivellement par le bas en quelque sorte.

Pour cela, après avoir bloqué les loyers (voir article précédent), elle a trouvé une nouvelle solution miracle ! Il faut augmenter le quota prévu par la loi Gayssot ! C’est vrai, c’est si simple, on monte le curseur et on règle le problème… On fait des quotas pour tout désormais et curieusement ils ne sont jamais respectés… Quelle méconnaissance de la réalité que de décréter cela.

« Il y a deux façons de faire de la politique. Il y a ceux qui ont des formules, et ceux qui agissent. Moi je me range dans la deuxième catégorie » a dit la Ministre, pourtant là c’est une formule mathématique qu’elle nous a sorti, pas des m2 de foncier pour construire, pas un financement, juste un chiffre… 25 % et ensuite aux villes de s’exécuter.

Il y a 927 villes (voir la carte) qui n’ont pas leur quota de logements sociaux et parmi ces villes il y a Saint-Maur avec ses 6,35 % de logements sociaux ! Pour notre ville il manquerait à peu près 6000 logements pour arriver aux 25 % demandés. La ministre est gentille elle laisse jusqu’en 2025 pour atteindre le chiffre, cela fait “juste” 462 logements par an !

On les finance comment et on les met où ? Certains diront que c’est possible car il y a des immeubles qui se construisent régulièrement sur la ville… mais ces constructions font généralement 10 – 20 logements… cela ferait donc 20 immeubles neufs tous les ans pendant 13 ans juste pour les logements sociaux ! Rien que les logements prévus pour la ZAC des facs (et on voit combien de temps cela prend pour que la construction se fasse…) il n’est prévu que 150 logements sociaux… On voit bien que ce n’est pas possible ! Qui dit logements dit surface pour les construire (emprise foncière) mais également investissement ! On sait tous qu’un logement privé est rentable sur Saint-Maur et c’est pourquoi il s’en construit régulièrement, mais si c’est un logement social qui va le financer ? En plus, si on veut que ces logements se fassent dans de petites unités intégrées dans le tissu urbain de la ville, seule chance d’une intégration réussie, il faut construire encore plus et permettre ce mélange… Donc au moins le double… près de 1000 logements neufs par an… Il n’y a manifestement pas la place !

Le problème n’est pas la volonté de faire de la mixité sociale, si on avait partout en France, dans toutes les villes 20 % de logements sociaux ce serait merveilleux, à condition que ces 20 % soient bien intégrés… Sur Saint-Maur on le sait tous, la grande partie de nos logements est regroupée sur deux zones : le pont de Créteil et le quai de la Pie… Les autres logements dans la ville on ne les repère pas et pourtant il y en a également, même à La Varenne ! Preuve que c’est bien l’intégration dans le tissu urbain qui est la solution et pas un chiffre ! Saint-Maur, même sans avoir son quota de logements sociaux, a déjà des problèmes d’intégration. En effet, dans les années 70 la répartition n’a pas été faite correctement, on a construit des tours car c’était un moyen rapide d’entasser du monde. Et désormais il faut gérer l’intégration, notamment l’école pour ces habitants avec des enfants souvent en difficultés scolaires et là la carte scolaire n’aide pas car elle concentre les problèmes sur une ou deux écoles qui n’ont pas forcément les moyens adaptés pour y répondre malgré tous les efforts des enseignants et des parents. C’est de là qu’est venu le problème. Si dans ces années 70 on avait pensé l’intégration autrement on aurait aujourd’hui des villes avec des logements sociaux mieux répartis, sans problèmes de mixité. Là, on veut faire payer aux villes qui ont refusé cette mise en barres et tours le fait d’avoir été visionnaires et d’avoir désormais moins de problèmes à gérer que les autres. Sans compter que comme l’emploi est mal réparti en Ile de France et en France, on cherche des logements pour tout le monde au même endroit. Dans le Cantal comme dans bien des endroits de France il reste de la place et des villages meurent. Ce n’est donc pas seulement de logements qu’il s’agit mais de logements liés à un emploi ou un bassin d’emploi. Voilà pourquoi tous les efforts sont concentrés.

La clé est dans la répartition homogène sur la ville, même la ministre le dit “Tout le monde s’est rendu compte que mixer les populations, c’était une très bonne chose”. Mixer c’est le maître mot, mixer cela veut dire mélanger donc construire des petits ensembles disséminés, mais comment construire 6000 logements disséminés ? Il n’y a pas sur toute la ville des terrains libres pour construire autant de logements ! Alors comme il n’y a pas les terrains, difficile de le faire, donc de respecter la règle… C’est un cercle vicieux. On nous annonce que l’Etat va céder des parcelles pour construire des logements… très bien, quelles sont les parcelles de l’Etat sur notre ville ? Les terrains de l’Observatoire, près du centre sportif Brossolette, c’est à peu près tout. Avec ces surfaces on est bien loin des 6000 logements nécessaires et loin d’une répartition homogène sur la ville.

Pour obtenir de tels chiffres, si on veut vraiment atteindre un pourcentage et non tenir compte de la réalité de la commune, il faudrait remettre à plat tout notre urbanisme. Dire adieu à la règlementation qui limite la hauteur des constructions, dire adieux aux zones réservées aux pavillons. On sait que si notre ville avait la densité de certaines de ses voisines, comme Vincennes qui est 3,5 fois plus dense, il n’y aurait pas 80 000 habitants comme actuellement mais 250 000… C’est une toute autre ville dont on parle là. Et, s’il faut respecter la loi, il faut également respecter la libre administration des communes, ou alors l’Etat prend tout en main et on passe à un “centralisme démocratique”.

Pour l’instant c’est une amende qui pèse sur le budget de la ville, encore que depuis quelques années l’amende n’est pas payée, sa valeur étant utilisée dans l’investissement dans le parc social… Demain il faudra certainement payer… Alors que faire ? Le rejet des intercommunalités nous a également affaibli et maintenant que nous sommes considérés comme “la Grèce” du département cela va être difficile de trouver des voisins accueillants.

On pourrait dire comme cela a été le cas, on paye et circulez, il n’y a rien à voir… mais on sait où cela mène, à une pression de l’Etat insupportable pour notre ville, n’oublions pas que nous avons déjà vécu cela au moment de la ZAC des facs quand le précédent maire voulait faire un parc et qu’il a vite cédé face au “Programme d’Intérêt Général” agité par le préfet. Un PIG c’est le Préfet qui prend la main sur l’urbanisme de la ville… Il faut donc être prudent car sinon on ne pourra plus rien faire sur la ville.

L’autre voie est d’essayer de trouver un bon compromis en essayant d’avoir des logements un peu plus nombreux mais en tenant compte de la réalité de notre urbanisme. Nous avons tous des amis, des enfants qui ont du mal à se loger sur la ville, il y a donc bien une demande et c’est une réalité, notre ville a aussi besoin de se développer. Pour être plus sereins dans nos discussions avec le préfet, représentant de l’Etat sur le département et qui aura certainement à faire appliquer ces nouveaux textes, il faut surtout être clairs sur notre orientation politique et aussi… avoir des finances un peu plus florissantes que celles que nous avons actuellement qui ne sont malheureusement, faute de courage politique et en raison des dépenses inutiles nombreuses faites par le maire Henri Plagnol, pas en train de s’améliorer contrairement à ce que l’on veut bien nous faire croire. Des villes ont réussi à remonter leurs chiffres de logements sociaux mais leur point commun était d’avoir du foncier disponible et d’avoir également une densité supérieure à la notre. Saint-Maur a des caractéristiques à faire valoir, un dialogue intelligent avec l’Etat peut peut-être nous sauver. En attendant, il est encore plus urgent de redresser les finances de la ville pour prévenir le risque d’amende !

 

79 comments on “Logement social, Duflot passe à 25 %… et pourquoi pas 50 pour aller deux fois plus vite ?

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @Basile

    Pas “dans” Silex in the City, juste la couverture.
    J’aurai pensé qu’avec un pseudo comme le vôtre, vous ayez un minimum d’humour…

    Plus sérieusement, dans ZAC des facs, je pose la question du concours du collège ? Et vous, ou puis-je lire une contribution de ce niveau ?

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ La Bonne Fée de l’Est
    Sauf erreur, il y a une contribution de Basile le 5/9/2012 dans cette même rubrique.
    Et en plus….elle ne manque pas d’intéret ! (même si je n’en partage pas nécessairement tous les termes)

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @ Basile
    Merci au Curieux de me rappeler votre commentaire.
    Je m’incline, aussi bien devant la mention de la communauté portugaise que du crime de ceux qui ont laissé leur urbanisme a volo.

  • Pinocchio , Direct link to comment

    Henri Plagnol devrait-il faire appel à un chasseur de tête pour trouver la personne qui conviendrait mieux à sa communication ? (si toutefois la Direction existe à l’Hôtel de ville)

    En page 30 de “Votre magazine préféré” (Saint-Maur le mag.), on a un extrait du Conseil municipal du 5 juillet 2012 qui fait état des différentes acquisitions et cessions réalisées au cours de l’exercice voire des projets en cours d’études.
    Pourquoi ce genre de récapitulatif n’a-t-il pas été repris dans la feuille de choux qu’il nous a fait parvenir, à grand frais ? Ca aurait au moins illustré la question des petites opérations judicieusement réparties… à défaut de ZAC des Facultés (?)
    Au risque de partir dans certaines longueurs, j’en rappelle les opérations, de manière à permettre à chacun de s’exprimer sur une base concrète.

    (merci à Olivier de nous avoir amené à nous reposer la question du droit de péremption de la Ville)

    Acquisitions réalisées :
    60 rue Léon Bocquet ;
    94-94bis bd. de Bellechasse ;
    107-123 rue du Dr. Roux
    116 av. Foch / 1-3 rue Camille Desmoulins

    Cessions réalisées :
    60, rue Léon Bocquet (*) ;
    1 rue des Tournelles / 9 av. Pasteur / 3 rue des Tournelles ;
    21-23 rue Delerue / 102 av. Carnot ;
    116 av. Foch / 1-3 rue Camille Desmoulins (*) ;
    107-123 rue du Dr Roux (*) ;

    Projets à l’étude :
    1, villa Froch / angle carrefour du 8 mai 1945 ;
    9 rue Albert de Mun.

    (*) : quelqu’un sait-il interpréter ses éléments (et les autres) et de dire qui sont les acquéreurs ; voire ce qu’il ont dans leur cahier des charges en terme de programmation /SRU ?

    @ Delphine
    je réponds tardivement à la question que vous vous posiez il y a quelque temps, à propos de l’opération “en cours”, située à l’angle des avenues Foch & Erables.
    C’est de toute évidence une opération moribonde qu’on tente de relancer avec des petites mises en scènes du type l’auvent en cours de travaux.
    Sachant combien le béton a été exposé aux intempéries, c’est grave qu’on n’en aie pas demandé la démolition…

  • JRN , Direct link to comment

    Je terminerai cette matinée littéraire sur une idée de Monsieur Gibert Noël.
    Ce matin, on m’a rapporté que Gilbert Noël venait d’émettre une idée à propos de projet(s) de construction en couverture du RER A.

    A ma connaissance, M. Noël était décédé en 1999…
    Toujours est-il que j’ai fait la même proposition, dans le cadre de mes réflexions portant sur l’aménagement de la ZAC des Facs et de l’épineuse question des logements sociaux qui y sont programmés.
    Sans aller jusqu’à proposer de construire au-dessus des voies de chemin de fer (ce qui est techniquement difficile et donc coûteux), j’ai proposé d’y déplacer des équipements tels que les tennis de l’avenue du Nord et autres éléments de programme assimilables, du Centre Brossolette, notamment ; avec le triple objectif : raccommoder le tissu urbain isolé de part le passage du « train » ; améliorer le confort acoustique du quartier ; permettre la construction d’une part de ville au droit des terrains libérés.
    Pour ceux que ce genre d’idées intéresse, je vous invite à (re)lire les réflexions que j’ai remises dans le cadre de la récente enquête publique portant sur l’aménagement de la ZDF.

    Etant donné que la mairie n’a ni réagi à ces réflexions ni même répondu à mes différents courriers (voir notamment celui portant sur la consommation énergétique de l’Hôtel de ville) et que j’ai, parallèlement, appris qu’un certain nombre de marchés publics ont été signés sans qu’on aie eu la patience d’attendre au moins les conclusions du commissaire enquêteur, j’ai rempli mon devoir de citoyen en adressant un courrier recommandé audit Commissaire, pour demander des éclaircissements.
    A ce titre, je rejoins Pinocchio (?) pour dire que je ne comprends pas qu’autant d’élus aient laissé faire…

    (voir notamment la réflexion #3 sur http://zacdesfacs.blogspot.fr/)

  • sphinx , Direct link to comment

    @jrn : peut-être tout simplement que l’emplacement des voix férrées n’est pas la propriété municipale et que la construction (qui est au demeurant une fort bonne idée) sur ces voix est liée à la cession du terrain par la SNCF/RATP. Reste que de mémoire, la voix est entièrement aérienne : difficile de constuire au dessus, non ? Même un tennis viendrait défigurer le paysage ou alors il faudrait enterrer le RER ce qui serait couteux. Du coup je ne vois pas où mettre les équipements que vous citez (je reconnais avoir rapidement lu les contributions)
    spx

  • JRN , Direct link to comment

    @ sphinx

    Vous me donnez le même type de réponse que ce brave Monsieur du service de l’Urbanisme qui est venu nous rejoindre, pendant les deux heures où je me suis entretenu avec le Commissaire enquêteur pour la ZDF.
    Je ne vous en veux pas pour autant ; d’autant plus que c’est là un sujet assez spécifique.
    Lisez donc la fin de ma réflexion #3 ; illustrée avec le projet qui a été mis en oeuvre autour de la place Pereire, à Paris (couverture d’une portion des voies ferrées dites de la Petite ceinture).

  • JRN , Direct link to comment

    @ sphinx

    P.S : il y a d’autres projets du même genre, ailleurs à Paris, où d’anciennes ruptures urbaines deviennent tout à coup des lieux de rassemblement pour boulistes, tennismen et autres surfeurs à roulettes.
    Inutile pour l’instant d’en faire l’inventaire si nous sommes si peu à être sensibles à ses questions. J’aurai espéré que la question d’une nouvelle forme de réserve foncière aurait fait sourciller au moins nos élus.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    L’emprise des voies n’est certainement pas la propriété de la Commune mais celle de la SNCF (probable) ou de la RATP (éventuellement).
    La Commune ne peut donc :
    – ni construire au-dessus, ce qui serait de toute façon d’un coût prohibitif
    – ni couvrir pou en faire un espace de jeu ou autre.
    Ajoutons que ce ne serait sans doute techniquement pas possible du fait que la hauteur des rames + les pantographes + le passage des caténaires serait supérieur au niveau du sol
    Même si tous ces obstacles étaient surmontés, je ne pense que les finances de notre Commune nous permettent ce genre de luxe.
    Les surfeurs et autres boulistes devront attendre sans doute longtemps !

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @QQ

    M’enfin, vous ne voyez pas que vous vous étiez fait un copain!?!? Vous nous faites une rechute ou quoi ?

    JRN nous dit qu’il y a plein d’exemples du genre et que les terrains rapporteront de l’argent…
    Il faut vous l’expliquer comment ?

    (Pour ce ce qui est des immigrants bretons et bougnats, c’était avant 14-18 ; les ritals & co c’est après…)

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ La bonne Fée de l’Est
    1/ Je ne m’amuse pas à déformer votre pseudo, merci d’avoir envers moi les mêmes marques de respect.
    2/ Je n’ai sur ce BLOG ni ami ni ennemi puisque je n’attaque jamais des personnes mais commente seulement des propos ou des actions. Je peux donc être amené à les approuver ou à exprimer une position divergente.
    3/ Cela ne nuit nullement à mon respect pour JRN
    3/ Je ne connais pas la « recette » pour que la Commune construise sur des terrains qui ne lui appartiennent pas.
    Je ne vois pas non plus comment des terrains qui n’appartiennent pas à la Commune peuvent lui rapporter.
    4/ Pour mémoire l’ « émigration » interne des bretons, auvergnats et autres, s’est poursuivie jusqu’à la deuxième guerre mondiale et même au-delà.
    Pour ce qui est des Italiens (je suppose que ce sont eux que désignez sous le vocable « respectueux » de RITAL), il y à deux vagues distinctes d’immigration : Une que l’on peut qualifier de « politique » (fuite devant la montée du fascisme) entre les deux guerres et une « économique » entre 1945 et 1960 grosso modo. Il y avait aussi eu des flux antérieurs concentrés généralement sur le sud de notre pays

  • Avocat , Direct link to comment

    @La fée de l’est : Vos propos sont navrants.
    Saint Maur est habitée par une population très variée (y compris en terme de revenus) et très respectable.

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @ Avocat

    Navrant en quoi? C’est en même temps une forme indirecte d’autodérision…
    Il faut peut-être savoir que ma parenthèse s’applique à une discussion entre QQ et JRN, sur une autre page, à propos de tout autre chose. (D’où mes parenthèses…)
    Si vous êtes comme QQ à préférer des termes comme “afro-américain” à “black”, je comprends que vous soyez un peu ému(e) en lisant des termes comme “rital” ou “bougnat” ; sachant toutefois que c’est comme ça qu’ils se faisaient appeler.
    Je ne comprends pas que vous fassiez allusion à la diversité saint-maurienne. J’en déduis qu’il y a clairement un malentendu.

  • JRN , Direct link to comment

    (en attendant jeudi soir)
    Je voudrai revenir sur les petites opérations bien intégrées que l’on aime se rappeler… Hormis que ces opérations ne sont pas des exemples de mixité, je voudrai soulever la question de leur architecture. D’une manière plus générale, je soulève la question de l’architecture de tout ce qui se construit à Saint-Maur, ces dernières années, et des emplacements choisis pour ces réalisations.
    Quand est-ce qu’on a pour la dernière fois vu une belle réalisation voire même une belle réhabilitation ? Combien de fois aura-t-on démoli un bâtiment pittoresque pour une réalisation aux airs d’immeuble semi-balnéaire voire d’HBM ?

    Si la population ne réagit pas par rapport à ces chantiers, c’est peut-être notamment parce qu’on reste dans des schémas administratifs purs ; du type « si vous voulez voir le projet, rendez-vous aux services d’instruction du permis ». Ce qui demande une motivation telle que personne ne cherche plus à suivre les évolutions de la ville.
    Je pense donc que la ville devrait obliger les constructeurs à afficher une image représentative de leur futur projet, à côté des panneaux de chantier ; de manière à permettre à la population de s’exprimer.

    Voici un exemple d’opération préoccupante (autre que la ZAC des facs) : la SIEM vient d’acquérir le petit bâtiment pittoresque qui jouxte le Lycée Teilhard de Chardin, sis angle rue du Four/ av. de Marinville. Ce petit bâtiment participe à l’atmosphère d’un quartier déjà bien défiguré. Qu’allons-nous avoir à la place ? (vous aurez certainement déjà admirer l’extension du Lycée…)
    Dito avenue de la République et ailleurs.

    Si nous aimons tant que cela ce Saint-Maur, il va falloir songer à mettre en place des mécanismes participatifs, rédiger une chartre et veiller à sérieusement encadrer les services techniques qui semblent avoir la main sur tous ces sujets délicats.

    Mais y a-t-il une véritable volonté de préserver cette ville ? Comment dès lors expliquer qu’on aie pu faire appel à un ARCAME, pour composer les grandes lignes d’une ZAC des facs ?
    (Allez donc faire un tour sur leur site et demandez-vous sur quels critères cette équipe a bien pu être approchée voire retenue.)
    http://www.arcame.fr/4.aspx?sr=1&CatID=385f9284-717d-4d0c-bf3f-68c3877ed22d&champs=32768&rech=Logements

  • Banana republic , Direct link to comment

    @ Jrn

    Il n’y a quasiment que des images de synthèse ; parlantes toutefois…

  • Pinocchio , Direct link to comment

    Jean-Marc Ayrault a annoncé ce mercredi matin l’annulation de la loi sur le logement social par le Conseil constitutionnel.
    (dans les faits le CC ne s’est pas encore prononcé officiellement ; chose qui devrait être faite sous peu.)
    Nouveau vote en perspective ; sachant que l’annulation, dont on parle aujourd’hui, porte plus sur un vice de forme que de fond.
    Une occasion pour Super Fantôme de se redorer le bason ?

  • JRN , Direct link to comment

    @ Banana republique

    On parlait justement de précarité énergétique au JT de France 2, hier soir (20h00).
    C’est apparemment un français sur deux qui ne se chauffe pas comme il voudrait… (rapport ministériel pour cette fin 2012). Il faut effectivement se réveiller !

    Le documentaire montrait une petite vieille, chauffant à 11°C et une autre qui doit consacrer deux mois de salaire à son chauffage, du fait d’un (petit) logement d’une autre ère.

    On parlait aussi de béguinage, à Douais (Floralys) : une alternative séduisante, au moins partielle, à la maison de retraite. 3-4 fois moins cher pour le locataire ; inclus la jolie petite infirmière qui vient faire la petite piquouse.
    A la ZAC des facs, on prévoit quoi : une salle commune où chacun se meurt à petit feu et plein de télés couleurs ?
    On dit quoi : “Merci Sylvain !”

  • jfvc , Direct link to comment

    ce matin au marché d’Adamville ,j’ai pris en photo (sur mon mur de FB) un jeune à la recherche de nourriture périmée dans des poubelles devant un magasin d’alimentation….alors que je lisais sur ce blog,que notre maire avait honteusement augmenté”ses frais de bouche” récemment !
    Elle est pas belle la vie ? LAMENTABLE….

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Il y a une dizaine d’année j’ai été témoin d’une scène similaire à PARIS : Un sdf récupérant un demi-sandwich que quelqu’un avait jeté dans une corbeille à papier.
    Pratiquement sans un mot je l’ai accompagné jusqu’à une boutique située à une centaine de mètres afin qu’il se choisisse un sandwich.
    J’avoue humblement :
    1/ ne pas avoir pensé à le prendre en photo pour m’en faire un trophé
    2/ ne pas avoir non plus modifié mon budget de “frais de représentation”.

  • sphinx , Direct link to comment

    @jfvc & co
    Lors de mes dernières années d’études il m’est arrivé de manger dans les poubelles du quick les sandwich déposés la car fabriqués depuis trop de minutes. Cela pour économiser pour acheter une carte de téléphone et appeler mon amour.
    Maintenant je n’achète plus que du bio pour mes enfants et je ne donne jamais un rond aux mendiants. Je le faisais lorsque je n’avais pas un sou mais j’ai arrêté pour deux raisons :
    – les filières de l’est : leur donner des sous c’est encourager le trafic et l’import de mutilés et autres à venir mendier chez nous
    – Pourquoi donner à celui ci plutôt qu’à celle la ? Car même en donnant à tous ceux que je croise (et donc en prévoyant un budget conséquent) ce ne sont que ceux que je croise.
    Voila et tant pis si on me trouve égoïste. Je sais ce que c’est que de n’avoir pas un rond pour manger.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ Sphinx

    Rassurez-vous !

    Jfvc n’a pas dit qu’il lui avait donné quoi que ce soit.
    Il a dit qu’il l’avait pris en photo. Nuance !

    Et tout le monde sait que toute la misère du monde n’a qu’une seule origine :

    Le Maire de Saint-Maur…Bien-sur !

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ jfvc
    Dommage que votre appareil soit un “Reflex” Numérique de la dernière génération !

    Avec un vieux “Polaroid” vous auriez même pu lui faire dédicacer la photo ! La Classe… quoi !

  • Le petit prince , Direct link to comment

    Moi aussi j’ai connu la faim. Grave ! J’achetais trop de disques et pour compenser, je mangeais des biscuits pour chien. (véridique !) En d’autres mots, je me droguais.

    C’est extrêmement malheureux à dire, mais je pense qu’on est nombreux à penser comme vous, sphinx. Combien de fois ne voit-on pas les mêmes têtes, année après année, dans le métro ou ailleurs. Les vrais pauvres, les faux,… Les petits jeunes qui en font un jeu ; et à qui je n’hésite pas d’aller tirer les oreilles !

    Il y a trente ans, je me suis dit : je donnerai toujours au accordéonistes ; et je m’y suis tenu. Les autres, c’est vraiment à la tête du client ; le plus souvent quand il n’a visiblement pas le charisme nécessaire pour faire craquer la rame.

    Maintenant, quand je vois des français-bien-de-chez-nous* qui, l’air de tout sauf de profiteurs, fouillant des poubelles, je m’interroge sur ce que la société peut faire pour eux ; de durable.

    * : la Bourgogne aux escargots ! (je ne suis pas français)

  • jfvc , Direct link to comment

    on fait d’excellent témoignage photo avec un téléphone pas cher(je n’ai pas de reflex numérique…un luxe peu utile) ! Moi aussi j’ai connu la faim pendant mes études…..et je collabore aux restos du coeur et à emmaüs depuis plus de 10 ans déjà,mais çà ne regarde que moi !
    pour le reste je ne faisais que rappeler le mépris de certains de nos élus pour les plus démunis=et çà ,çà devrait tous nous interpeller…..Lamentable !
    En tout cas, moi je m’en souviendrai à la prochaine consultation électorale.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ jfvc
    L’ancien était un Canon EOS avec un objectif Lumix 55-200 je crois.
    Le nouveau, je ne sais pas !
    Ceci-dit votre vie privée ne nous regarde pas !
    Mais….POURQUOI MENTIR ?
    Pour le surplus, rien de nouveau…..vous méprisez tous les élus….le Maire en tête bien sur.
    Ah, si seulement vous étiez encore à CRETEIL !

  • jfvc , Direct link to comment

    je n’ai jamais eu de Canon EOS,achetez vous des lunettes ,et je ne mens jamais,je laisse ce comportement à nos élus ….Faux, j’admire les élus courageux et sincères, mais c’est si rare !
    Les autres je les respecte mais ne laisse rien passer .

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ jfvc
    Pas de complexe. Il n’y a pas de honte à posséder un Reflex Numérique
    Ce qui est dommage c’est que, contrairement au Polaroid, on ne peut avoir la photo immédiatement pour la faire dédicacer par les malheureux !
    Il n’est pas non plus criticable (comme vous le faites habituellement) de rouler au volant d’un 4 X 4 pour ceux qui aime.

  • sphinx , Direct link to comment

    EN parlant de BTP : qui tiendra la réunion du 12 novembre à la mairie sur les travaux de la gare des Bagaudes, heu pardon de créteil, mince, de saint maur créteil ?

    Le Maire ? Son assistante de direction de cabinet qui l’a déjà représenté pour les débats sur le grand paris ? le nouvel adjoint en charge de l’urbanisme ?

  • JRN , Direct link to comment

    @ Sphinx

    C’est à mon avis essentiellement la société du Grand Paris qui présentera le tracé de la ligne et les caractéristiques de notre future gare.

    Le Grand Paris ne sera apparemment pas cette réflexion socio-économique tant attendue. Business as usual.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *