Loi sur le logement Social : Saint-Maur ridiculisée par Plagnol !

C’est fait, la nouvelle loi sur le logement social a été votée à l’assemblée. Henri Plagnol a encore raté une occasion de défendre correctement notre ville. Il a même été repris sèchement par la ministre lors de sa question d’actualité qui l’a également ridiculisé en le traitant de “fantôme” pour son absence des débats et de “dernier des Mohicans”. Triste bilan qui pourrait presque être drôle si, en plus de se décrédibiliser une nouvelle fois, Henri Plagnol n’avait pas fait de notre ville la ville à sanctionner pour l’exemple !

L’histoire commence, comme toujours avec Henri Plagnol, par une désinformation massive via les moyens municipaux. Un tract de 4 pages, réalisé en urgence, nous montre des tours en train d’être détruites, nous explique que la nouvelle loi obligera à construire 6000 logements de plus à Saint-Maur, que cela coûtera 10 millions d’euros d’amende par an. Le tract nous fait également croire qu’une pétition permettrait d’éviter que la loi passe… On nous prend pour des idiots ? Il n’a jamais été question de tours et évidemment tout élu responsable sait que le projet de loi sera voté puisque la gauche a la majorité. Il est donc irresponsable de faire croire que le “grand Plagnol” va sauver la ville et faire plier le gouvernement…

On ne compte plus les dossiers importants où Henri Plagnol a été inefficace (Grand Paris, Eiffage, survol des avions, emprunts toxiques…)… Dans tous ces dossiers on a fini par avoir ce qui était prévu initialement, parfois pire ou parfois rien… Là encore, il nous explique qu’il sera “un des principaux orateurs de l’opposition sur ce dossier” et qu’il faut l’aider en signant une pétition pour montrer combien son peuple l’aime et le soutient ! Je veux bien l’aider mais qu’au moins il aille participer aux débats et qu’il y défende Saint-Maur !!

Car au global, maintenant que cette loi est votée et repart au Sénat, le bilan est bien maigre pour notre héros local !

Henri Plagnol a brillé par son absence durant les débats. Dès le premier jour, le lundi soir, Cecile Duflot pointe son absence ““La position de M. Plagnol me semble extrêmement délicate. Je regrette de m’adresser à un fantôme, mais sans doute son absence s’explique-t-elle, car son cas est un bon exemple.”  

Le lendemain c’est jour de télé alors Plagnol est là ! Il a bien posé sa question d’actualité en tripotant fébrilement le micro… mais ce qu’il n’avait pas prévu c’est qu’il allait se faire reprendre sèchement par la ministre qui lui rappelle qu’il aurait mieux fait de se taire et se faire oublier, comme l’ont intelligemment fait toutes les députés-maires des villes et arrondissements emblématiques (Versailles, Neuilly, Paris XVI, etc.) qui ne respectent pas le quota de logements sociaux !

Vexé, il ira même se plaindre au président de l’Assemblée au début des débats suivants… mais il a sera une nouvelle fois débouté…

Pour ceux qui veulent revivre ce grand moment de télévision voici la vidéo :

 

Dans le reste des débats, c’est un sans faute ! Aucun amendement adopté : c’est à dire qu’Henri Plagnol n’a pas fait bouger le projet de loi d’une virgule !

Et, cerise sur le gâteau, Henri Plagnol n’était même pas là pour défendre le seul amendement qu’il a déposé seul et donc qui n’a pas été débattu, bravo ! A croire que ces amendements ne sont là que pour faire du chiffre en prévision de la prochaine élection partielle qui devrait avoir lieu en tout début d’année prochaine après l’invalidation de son élection par le Conseil Constitutionnel. C’est certainement en prévision de cette future invalidation qu’il a fait le choix d’être là à une réunion de l’UMP (lui qui est désormais à l’UDI) mercredi soir à Saint-Maur plutôt que d’être à l’Assemblée où les débats n’étaient pas finis…

Dans ce dossier, Henri Plagnol a choisi l’attitude la plus RISQUEE pour Saint-Maur !

Dès le début il aurait fallu faire valoir la réalité de Saint-Maur. Ce que l’on ne dit pas assez c’est que Saint-Maur a peu de logements sociaux mais a des cités qui ont des problèmes, qui ont été mal entretenues, mal gérées comme la plupart des cités de France ! Nous avons des écoles avec des élèves en difficulté, nous aurions dû pouvoir répartir mieux nos actuels logements sociaux. C’est justement en réaction à la création de ces cités dans les années 70 que la majorité des habitants a fait le choix d’élire Jean-Louis Beaumont qui défendait l’urbanisme “village”. On pourrait étudier ce que sont devenues les villes voisines qui n’ont pas fait le même choix et montrer que cette idée n’était pas si mauvaise, même si après elle aurait du déboucher sur plus de logements accessibles disséminés et sur une vraie politique sociale. Il aurait fallu parler de cette réalité “historique” de notre ville au lieu de courir devant les caméras attaquer le projet en faisant passer Saint-Maur pour une petite ville riche et prétentieuse. Plagnol a cherché à faire du Beaumont mais manifestement le costume est encore trop grand pour lui et il a oublié que nous sommes désormais dans une autre époque.

Il aurait fallu, à titre d’exemple, insister sur notre enclavement dans la boucle de la Marne, notre difficulté foncière, rappeler le nombre exact de nouveaux logements “privés” qui se font chaque année, rappeler la situation financière de la ville… Insister sur les efforts faits et à faire. Bref avoir une attitude constructive. On a déjà vécu il y a des années l’échec de la politique d’arrogance quand Jean-Louis Beaumont et Jean-Bernard Thonus proposaient un “grand Parc” au lieu de la ZAC… on connaît la fin ! Et aussi se rappeler qu’aucun gouvernement de droite n’est revenu sur cette obligation de logements sociaux dans les grandes villes… Jean-Louis Borloo, que Plagnol soutient désormais, a été l’artisan de la loi de rénovation urbaine sur laquelle la ministre Duflot s’appuie aujourd’hui.

Des logements sociaux on en a besoin à Saint-Maur ! Alors évidemment quand on a été nourri pendant des années avec des tracts municipaux dignes de la Corée du Nord on a du mal à penser aux enfants des habitants de la ville qui ne peuvent se loger. Du mal à penser à ces jeunes couples qui ont un enfant ou deux et doivent partir plus à l’Est faute de budget. Ou tout simplement les fonctionnaires municipaux, les institutrices, les policiers, tous ceux qui travaillent à notre bien-être quotidien, au service de nos enfants mais n’ont pas des salaires adaptés à la réalité immobilière de notre ville. Ces gens-là sont aussi des demandeurs de logements sociaux, ceux à qui la loi est aussi destinée.

Plusieurs fois la ministre a rappelé dans les débats que la loi prévoyait de tenir compte de la “bonne volonté” des villes. La ministre a même insisté  : “Il est inexact de dire que les communes qui font des efforts et sont limités par les contraintes de leur foncier verront leurs pénalités quintupler. J’ai souhaité maintenir la possibilité pour les préfets de ne pas infliger de pénalités aux élus de bonne foi qui ne peuvent respecter le taux de logements sociaux. Le débat a eu lieu sur la question de l’automaticité du quintuplement des pénalités. Je pense pour ma part qu’il faut conserver la souplesse que donne la possibilité de déroger aux sanctions. Cette souplesse a permis l’an dernier à dix-huit communes qui, en dépit de la bonne volonté de leurs élus, n’ont pu satisfaire à leurs obligations, de ne pas faire l’objet de pénalités. Je comprends bien la difficulté que cela représente pour certaines communes, quelle qu’en soit la couleur politique. Il faut cependant rappeler que c’est à force de volonté qu’on lève les difficultés.”

Quelle est la crédibilité sur un tel sujet d’un député “fantôme” ? Est-on de “bonne volonté” quand on attaque devant les caméras et qu’on n’a même pas la décence de participer aux débats parlementaires ?

Notre ville court désormais le risque énorme d’être la ville symbole de cette future loi et la ville qu’on voudra faire plier ! Quand il ne sera plus élu, Henri Plagnol ne reviendra pas, comme il le fait actuellement quelques journées par semaine sur Saint-Maur (oui le maire ne vient pas tous les jours en mairie…). C’est nous qui continuerons à payer ses dettes toxiques et regarderons impuissants se construire les logements sociaux gagnés par sa maladresse politique. Il manque à Saint-Maur un député qui la défende vraiment…

 

Sources : Débats de l’Assemblée Nationale : cliquez ici

 

89 comments on “Loi sur le logement Social : Saint-Maur ridiculisée par Plagnol !

  • JRN , Direct link to comment

    @ Le Curieux

    Je repense à notre petite discusion (ci-dessus) et à cette question qui me préoccupe.
    Je comprens qu’on est hors sujet par rapport au St. Maur ridiculé et je m’en excuse.

    Je vous propose, ci-dessous, un lien vers un article très concis sur l’histoire de Champigny.
    Personnellement, je trouve intéressant de lire comment la pression immobilière de la Capitale et la fermeture de ses usines a amené une partie de la population parisienne à aller se réfugier dans ce patelin alors semi rural. Que les guinguettes tiennent leur origine à des taxes imposées par la Capitale.
    Parallèle à ce rôle de soupape pour la Capitale, je note que ce genre ville a eu à assumer le rôle de bouclier, dans les batailles conventionnelles. Ce qui apporte certaines lumières quant au besoin de construire des logements dans l’urgence, pour des populations dans l’ensemble plutôt pauvres dès le “départ”.
    A l’étude de la cartographie politique, on comprendra mieux aussi comment cette ville à tendance modérée en soit venue à intégrer la banlieue dite rouge…

    http://www.champigny94.fr/infos-ville/histoire.html

    http://politique-pcf.over-blog.com/article-que-reste-t-il-de-la-banlieue-rouge-1-2-63075682.html

  • JRN , Direct link to comment

    @ sphinx

    Blog participatif ? Vous voullez dire sans la photo de BlueEyes, en haut à droite et sans couleur politique du tout ?
    Je pense personnellement que ce blog est participatif dans le sens où chacun a la possibilité de s’y exprimer, librement. Le fait que certaines personnes y participent de manière plus ou moins passive ne me dérange pas plus que cela ; c’est un peu comme avec l’humour : il y a ceux qui animent et ceux qui sont ravis de rire avec eux.
    Pour ce qui est des Trolls d’un Basile, je pense que malgré tout ils arrivent parfois à passer certains messages.

    En conclusion, je pense que notre seule et véritable préoccupation devrait être d’amener un maximum de personnes à s’exprimer ; aussi parce que ça stimule la qualité des débats…

  • JRN , Direct link to comment

    @ sphinx

    Vous avez cependant raison de faire votre proposition. Ce qui nous intéresse tous (?), c’est de mener une réflexion commune, loin des a priori politiques ; dans le sens où il convient avant tout de comprendre les problèmes et d’analyser les possibilités d’y répondre.
    Si on finit par sortir un Clodong du chapeau, je pense que ça serait de mauvais goût de le faire sur ce blog…

    Personnellement, je ne suis pas prêt d’oublier comment des Clodong-Thonus ont osé proposer un schéma pour la ZAC des Facs, comme celui que BlueEyes garde si précieusement dans sa caverne d’Ali Baba. Même si on accepte l’idée d’un parc, urbainement c’est du niveau Monopoly junior… (et puis on sent le coup venir ; sachant que la Nature a horreur du vide)

    @JFLH
    Merci à vous JFLH d’entretenir notre mémoire commune.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ jrn
    Ce petit échange n’est pas anodin.
    Nos analyses ne sont nullement contradictoires au contraire.
    D’autant plus que l’héritage du passé est le fruit d’un faisceau de causes et non d’une seule.
    Ainsi, si la présence du Château de Versailles peut avoir influer sue le phénomène en cause l’influence des vents dominants est avérée et n’a rien a voir avec la poésie.
    Pour ce qui est de l’ « immigration interne » entre les deux guerres, les principaux « réservoirs » n’étaient pas le Nord ou l’Est mais la Bretagne et l’Auvergne (au sens large) ceci n’étant pas exclusif.
    Pour l’immigration « externe » il faudrait faire une analyse par pays d’origine et même quelquefois la subdiviser comme pour l’Espagne où le phénomène est différent pour l’émigration « politique » due à la guerre civile et l’émigration « economique » dans les années soixante.
    A quelques exceptions près (Maroc pour le secteur automobile) l’immigration n’a jamais été « organisée » ni par le monde industriel ni par les Autorités publiques elle a été surtout été subie (problème des clandestins) . De toute façon nous nous éloignons du sujet.
    Ce que l’on peut retenir c’est que tous ces éléments mettent en exergue l’absurdité d’une loi nationale type SRU/GAYSSOT qui :
    – Ne tient pas compte des réalités historiques du terrain
    – Ne tient pas compte des caractéristiques du marché de l’emploi LOCAL
    Prenons un exemple :
    Une ville A, au Nord a un bassin d’emploi faiblement qualifié et à revenu modeste.
    Une ville B au sud a un bassin d’emploi tertiaire et voué à la recherche avec des salariés au salaire beaucoup plus « confortable »
    Avec 25 % de logements sociaux la ville A ne répondra pas aux besoins locaux tandis que dans la ville B les logements sociaux resteront vacants ou obligeront les travailleurs à un long temps de transport de B vers A et retour.
    C’est absurde !
    Pour votre plus récent message je vous répondrai prochainement

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ jrn
    Je ne suis pas sûr de l’impartialité des sources que vous citez :
    – Ville de Champigny Communiste ?
    – PCF ?
    L’origine des guinguettes est aussi liée au besoin des citadins d’aller à « la Campagne ». Or Joinville, comme Champigny, étaient à la campagne sans avoir à subir un long et coûteux transport qui n’aurait pas été à la portée, par exemple, de « Casque d’or » et consorts.
    Le rôle de bouclier de Paris est tout à fait exact surtout durant le siège de Paris en 1870.
    Paris était cerné de Forts du style « Vauban » Gennevilliers, Rosny, Ivry, Bicêtre, Champigny, Nogent..
    Un auteur de l’époque les appelait les « Chiens de garde de la Capitale »
    Je connais un peu cette Histoire car un de mes ancêtres s’y est illustré, pendant le Siège de Paris, notamment par ses actions à Nogent et Champigny ce qui lui valut d’avoir une rue (petite) à son nom à PARIS.
    Les Parisiens ne sont donc pas si ingrats

  • JRN , Direct link to comment

    @ Le Curieux

    Ayant des affinités profondes avec l’Auvergne (et avec Paris), je ne vous contredirai pas sur le fait que de nombreux aveyronnais – notamment – sont montés à Paris. Ils restent cependant minoritaires par rapport aux autres vagues d’immigration venu de Lorraine et d’ailleurs.

    Comme vous le rappelez, l’immigration n’a jamais été organisée ; une question sur laquelle on doit commencer à réfléchir un jour, sans pour autant se sentir fascisant pour autant.
    Une question qu’on doit probablement aussi se poser à l’échelle locale, sachant qu’il n’est pas idiot ou fascisant de se demander pourquoi nous construirions des logements pour une population qui participe dans les faits à une économie dont nous ne profitons pas toujours localement.

    Pour ce qui est des autres points, je pense que nous ne pouvons pas abuser de ce blog pour en débattre, malheureusement.

    Je reviendrai cependant sur la loi SRU et ses évolutions, dans la mesure où nous semblons TOUS d’accord – même Mme Duflot ! – pour dire qu’en l’état, cette loi n’est pas crédible.
    JFLH développe cette idée dans son article et nous sommes plusieurs à nous être exprimés dans ce sens…

    Ne nous faisons donc pas dire des choses que personne, pour l’instant n’a écrites ; du type “bien Madame, on va vous les construire ces logements et on payera l’amende sur la part de logements manquant à l’appel ; quitte à en crever et quitte à dénaturer notre cadre de vie”.

    Olivier nous a fait une démonstration des plus logiques quant à la faisabilité du “projet” ; une démonstration sur laquelle il n’y a pas besoin de revenir, tellement elle est irréfutable. Le type d’argument qu’il nous aurait plu de lire dans le tract de M. Plagnol… Mais ce n’est pas une excuse suffisante pour ne pas réfléchir aux tenants et aboutissants des différentes questions qui nous préoccupent.

    Comme Olivier, j’aurai tendance à dire qu’il faut que nous veillions, chacun, à ne pas détruire nos volontés d’action respectives ; sachant que nous sommes dans l’ensemble d’accord et, surtout, parce que nous sommes dans le même bateau.

  • JRN , Direct link to comment

    @ Le Curieux

    (je dois vous laisser ; je vais donc être bref)

    1. j’adore vos citations ; on apprécie visiblement une même forme de culture ;

    2. pour ce qui est des guinguettes, lisez donc la page web de nos voisins : “Longtemps, la vigne a revêtu les pentes de Champigny. Le cru local, le piccolo, s’appréciait dans toute l’Ile de France. […] Les vignerons campinois vendent la plus grosse part de leur récolte. Mais les droits d’octroi sont élevés à Paris et c’est en banlieue que l’on va consommer. Ainsi se multiplient, sur de nombreux sites autour de la capitale, les cabarets et guinguettes.”
    (on est un peu loin de St-Maur ridiculisé ; je file)

  • sphinx , Direct link to comment

    @jrn : je pense à un blog où on parle de projet d’avenir pour la ville, pas de réaction à un article d’actualité. Le Dard était à mon sens un bon exemple (mais lui à l’échelle de la nation)

  • JRN , Direct link to comment

    @ sphinx

    Cette noble idée sous-entend qu’il y ait une forme de comité de rédaction, assidu, engagé et capable de tenir le haut du pavé.
    Ceci dit, c’est avec plaisir que je participerai à un tel blog ; sous réserve que ce ne soit pas que du bavardage.
    En attendant, je m’identifie parfaitement aux questions et aux réponses d’un JFLH.

  • titi94 , Direct link to comment

    Bonsoir ,
    je suis entièrement d’accord avec vous Mr JFLH…la manière de considérer ses propres employés…les salaires !!!à la baisse…que faire ??

  • goudron , Direct link to comment

    @JRN…

    ….sachant qu’il n’est pas idiot ou fascisant de se demander pourquoi nous construirions des logements pour une population qui participe dans les faits à une économie dont nous ne profitons pas toujours localement….

    J’adorerai que vous m’affiniez tres clairement, tres précisement cette position effectivement non fascisante car je ne comprends pas :
    Qui est cette population ?
    Quelle est cette économie ?
    pourquoi n’est ‘elle pas local

    Merci pour vos éclairages

  • JRN , Direct link to comment

    @ Goudron

    Vous avez raison de vous interroger à propos de ce que j’écris ; parce que c’est un thème sensible, sujet à des approches plus ou moins discutables ; mais auquel nous allons tôt ou tard devoir faire face.
    Je suis toutefois surpris par vos a priori, dans la mesure où ce que j’ai écrit le 1 octobre (16h17) ne permet pas de penser que je sois en train de vous tenir un discours du type FN…

    Ma réflexion, portant sur les relations entre la Capitale et ses satellites, m’a amené à me poser la question de la politique d’immigration, à l’échelle régionale voire à l’échelle locale.

    En termes de logements sociaux à produire, conformément à une loi SRU : je me pose par exemple la question du « profil » des personnes qu’on nous demande d’héberger ; c’est-à-dire aussi : d’assister financièrement.
    Ce faisant, je pense quelque part rejoindre la réflexion d’un JFLH qui rappelle que, parmi les candidats aux logements sociaux, il y a aussi bon nombre de personnes sans lesquelles notre petite société locale ne pourrait pas fonctionner : personnel hospitalier, enseignants, caissières, nourrices, éboueurs,…
    (p.m : tous ces points figurent dans mes réflexions ZdF de juin)
    Sachant que c’est aussi vous et moi qui payons pour cette hospitalité, ceci m’amène à me proposer de faire le distinguo entre les personnes qui participent effectivement à notre « économie locale » et ceux qui contribuent ailleurs.
    On comprendra peut-être mieux en extrapolant le raisonnement, le temps de la réflexion : le Saint-Maur que tout le monde adore devrait-il proposer des logements pour TOUS les enseignants, caissières, etc. d’Ile-de-France ; ou bien est-il réaliste d’estimer qu’on peut imaginer raisonner en termes de quotas ?
    Cette réflexion en est à ces débuts et je ne doute pas qu’on puisse traiter chacun des paramètres de ce sujet complexe.

  • goudron , Direct link to comment

    @JRN
    C’est bien ce que je redoutai. Vous faites un parallèle entre les immigrés, mere de tout les maux c’est bien connu et les logement sociaux.

    Le soucis, c’est que vous faites 2 familles : les immigrés et les metiers.

    Soyons clair : Que faites vous pour un français nationalisé qui est arabe et qui est eboueur ?

    et puis pour ses copains aussi qui sont francais black et personnel hospitalier

    et pis aussi allez encore un sous métier : les caissieres

    comme faites vous pour la chinoise qui a 6 enfants qui est francaise qui est caissiere.

    vos propos sont evidemment pas admissible mon ptit garcon

  • JRN , Direct link to comment

    @ Goudron

    J’aurai peut-être du utiliser le mot “migration”, pour monter que ce n’est pas aux critères ethniques, religieux ou autres que je pense.

    Si je parle de certains métiers, c’est avant tout pour montrer quelles catégories sont susceptibles de candidater pour des logements “aidés”.

    Merci pour votre aimable contribution.

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @ JRN

    Ne vous formalisez pas JRN : Goudron est visiblement complètement bourré…

    A-t-on déjà vu une “chinoise à 6 gamins” ?

    Et puis toutes ces fautes de frappes !!! (?)

    Enfin : ce “mon ptit garçon” d’anthologie : est-ce bien du français ?
    Qui donnerait du “mon p’tit garçon” à un autre ? Pas à l’école, pas chez les camionneurs, le zoo est fermé,…
    J’en déduis qu’il doit être rond comme une pelle à mazout, notre goudron d’EIFFAGE !
    J’espère qu’il ne s’est pas pissé dessus ; le BlackBerry !!

    (Allez, au lit !)

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ La Bonne Fée de l’Est

    Il y a belle lurette que – à l’instar de nombreux autres – je ne dialogue plus avec ce mal élevé.
    Et puis…. pour choisir comme comme pseudo “goudron” il faut être souvent dans le coltard.

  • goudron , Direct link to comment

    Bien sur qu’il y a des chinoise a 6 gamins en…France.. vous ne sortez pas a priori

    Pour le reste candidater a un appartemement social n’est pas lié au métier mais au revenu du couple, c’est différent et je sens bien dans votre bouche cette petite supériorité propre a ses gens qui n’ont pas connu ou pas encore connu les misères de la vie. Vous pouvez etre commandant de bord, puis divorcer, perdre le boulot et votre appart, vous rajoutez les pensions alimentaires et vous postulez, croyez le bien mon ptit garçon

    Vous comprendo ?

  • La Bonne Fée de l'Est , Direct link to comment

    @ goudron

    Nous avoir compris tout ça, mon brave gou-gou…

    Nous aussi y en avoir parlé des cellules monoparentales et tutti frutti.
    Nous bien sur connaître aussi enseignants qui y en a habiter dans belle maison cossue…
    Nous essayer simplement de proposer schémas types; même si savoir que beaucoup cas particuliers.
    Tous caissières pas habiter avec commandant de bord.

    Nous y en a comprendo surtout que gou-gou y en pas suivre parce que avoir cicer arietinum à la place du cerveau.

  • goudron , Direct link to comment

    @Caprice des dieux

    manifestement non, tu n’a rien compris, c’est évident et pour essayer de te tirer d’affaires, tu veux faire de l’amour

  • Jean pensque , Direct link to comment

    Quand on entend la maire-adjointe vers qui les Saint-Mauriens en difficulté se tournent pour demander un logement social dire en apparté “les gens qui n’ont pas les moyens ne devraient pas faire d’enfant” ou le responsable technique (ouf, il n’est pas en position d’être vraiment décideur) de la Siem annoncer, je cite : “Nous n’aimons plus y installer des employés de Mairie, parce que leur salaire est trop bas”, on se pose d’autres questions…

  • Banana republic , Direct link to comment

    Je viens de recevoir le tract de Saint-Maur Demain, dans lequel Don Quichotte mène à son tour une croisade contre la loi SRU.
    Pour changer, on y entretient la peur des tours et de barres. Par contre, pas un mot sur les ghettos en projet, comme celui de la ZAC des facs, avec ses 50% logements locatifs sociaux et 50% logements en accession libre (soit 100% de mieux que la loi Duflot ?). Pour cause, lui aussi a voté en faveur au CM ainsi que le commissaire-enquêteur ; c’est ça la démocratie.

    NC nous rappelle à quel point il peut parfois être visionnaire, en suggérant de rappeler à Madame Duflot combien Saint-Maur compte encore de logements loi 1948 ; faisant abstraction du fait que le blocage des loyers visés par sa remarque ne correspond pas à une forme d’aide PUBLIQUE. (on est pro ou on ne l’est pas)
    Comme JL, il n’oublie pas les nécessiteux et semble se féliciter des “nombreux” saint-mauriens qui ont la chance de vivre dans des HLM, plutôt que dans des cités…

    Comme tous ceux qui mènent une croisade dans ce sens, il ne pense pas utile de rappeler que le quota des 25% devra être atteint à l’horizon 2025 et n’hésite pas à s’ériger contre ce chiffre de 6000 logements que personne n’aura cherché à vérifier. (le chiffre est a priori faux si on en croit le dernier recensement de l’INSEE ; au même titre que ceux annoncés par JL – jeudi dernier – le sont aussi. C’est en fait près de 7000 logements sociaux qu’il manquerait. Mais qu’importe.) Tout le monde bricole donc, dans la joie et dans la bonne humeur.

    Sauf erreur de ma part, là où une loi Duflot présente un autre point de faiblesse, c’est qu’il n’y est pas clairement précisé ce qu’est un logement « social ». Car de toute évidence un PLAI, un PLUS, un PLS, du fait de la forme d’aide qui diffère, n’ont pas des coûts comparables ; la question des surfaces et des typologies n’est pas non plus clairement précisée ; …
    A relire le laïus d’un JL, on peut se demander dans quelle mesure, on ne doit pas raisonner avec une unité de mesure unique, l’euro sonnant et trébuchant ; sachant que SM affirme avoir dépensé 8,5 Mn€ en subventions logement, ces cinq dernières années (cf. page 33).

    http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/DEP/94/COM/DL_COM94068.pdf
    http://www.saint-maur.com/IMG/pdf/Reunion_publique_projetee.pdf

  • Pinocchio , Direct link to comment

    Ce qui paraît frappant avec tous ces tracts, c’est le caractère superficiel de tous ces effets d’annonces. A cet égard, l’affichage d’un HP, au moment des législatives, était particulièrement parlant.

    A propos de la feuille de choux de SM Demain, vous oubliez, de mentionner l’interminable litanie à propos du manque de réserves foncières.
    Outre le fait que chaque ville se reconstruit généralement sur elle-même, par petit bout, il y a à SM un certain nombre de possibilités pour faire des projets à des échelles exceptionnelles ; ce qui est d’autant plus “dangereux”. A ce titre, on peut estimer qu’un blog comme celui-ci soit une mine d’idées pour ceux qui ont la volonté d’aller de l’avant. Devant des idées comme couverture partielle du RER (où on basculerait les éléments de programme de Brossolette, les tennis du nord,++), les terrains de l’Observatoire, ceux d’Essilor, etc., j’aurai pensé qu’il y a bel et bien de la réserve foncière et une multitude de sujets passionnants qui nous permettrait d’améliorer la qualité du tissu urbain. (C’est sûr qu’en procédant façon ZAC des Facs, c’est un moyen de dénaturer la ville très rapidement…)

    Il est certain que si on se déclare vaincu avant même de commencer à réfléchir aux vrais sujets, négocier avec l’Etat, la SNCF et autres, on ne va nulle part.
    En d’autres termes, il faut arrêter de pleurer en pensant aux X.000 logements à produire si on ne se pose aucune question.

  • Pinocchio , Direct link to comment

    @ sphinx

    Que ce soit avant le retournement d’un Berrios ou après, on ne peut que conclure que la majorité d’entre nous sont plus préoccupés à regarder les politiques faire choux-fleur qu’à se poser des questions de fond.
    Bien sûr que la loi Duflot est à l’ordre du jour ! On parle de la loi SRU, qui constitue en soi un objectif auquel SM est incapable de même réfléchir. Peu importe si la dernière mouture a été retoquée !

    Tout ceci, c’est comme faire la cuisine : on ne laisse pas brûler le plât de résistance sous prétexte qu’on est occupé avec le dessert…
    Vous qui faites a priori partie du haut du panier de ce blog : ça ne vous choque pas plus que ça de voir tous ces perroquets répéter ce chiffre de 6000 logements -alors que BR en a calculé près de 7000-, etc. ?
    Vous ne trouvez pas grave, non plus, que le directeur financier de la ville se plante dans ses calculs ?
    Ne me dites pas que vous êtes ici pour faire salon !

    Plus d’un mois avant les prochaines élections ! Il y en a qui n’ont pas la même notion du temps et du travail que d’autres…

  • Banana republic , Direct link to comment

    @ JRN
    Alors que j’étais aux services d’instruction de la mairie, j’ai demandé à voir le projet de résidence étudiante qui doit se faire rue du Four, à côté de Teilhard de Chardin. Je confirme : on rase le petit bâtiment pittoresque, pour le remplacer par un projet lambda, sans aucun rapport avec le vieux Saint-Maur. Il paraît que le nouveau projet plaît aux élus !
    (on s’en rappellera de l’équipe Plagnol)

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ Banana republic
    Dans le “privé”, dénigrer publiquement les choix du Conseil d’Administration et divulguer à l’extérieur des informations obtenues dans l’exercice de ses fonctions entrainent un licenciement immédiat sans indemnité ni préavis.
    Heureux les fonctionnaires ! fussent-ils municipaux !

  • jfvc , Direct link to comment

    Le Curieux préfère le mensonge à la transparence…..Ah ces admirateurs de Riri le dégourdi!
    C’est sûr= on s’en rappellera de cette “équipe Plagnol”,solidaire de RIRI pendant 4 ans, et de ses admirateurs inconditionnels (en 1 seul mot)….

  • sphinx , Direct link to comment

    @Pinnochio : Merci, c’est assez rare sur ce blog de voir des compliments passer. Les insultes et les pics fusent en général.
    Sinon : si bien entendu que cela me choque ou plutôt non car je ne vérifie “plus” ce genre de chiffres. Ce qui me choque c’est le manque de transparence.
    On ne peut pas “souvent” vérifier les éléments apportés par exemple par JFLH sur le fonctionnement interne. Mais je pense que l’on peut prendre le festival Rock comme exemple représentatif pour l’un des deux problèmes de la ville : les sous. L’autre étant de garder notre “patrimoine” de type village de province.
    A partir de la, il ne sert à mon sens plus à rien d’écouter le “DAF-mairie” nous parler de la dette, ou le maire des économies réalisées par de la pub dans l’agenda annuel. J’applaudirais des deux mains s’il s’agissait de la nieme disposition pour économiser un sou à la ville. Mais à rapprocher des “autres” dépenses de comm’ la c’est ouvertement se moquer du monde. Et c’est sans doute la raison de l’inconnu du coût du festival rock et du ral de bol des élus.

    En l’occurrence, pour la cuisine, c’est plutôt le dessert qu’il faut laisser tomber car on un gros problème avec le plat qui est en cours (et qui ne se résout pas simplement en le sortant du four). Ce que je veux dire c’est que remis à l’échelle du temps, le problème actuel est de l’ordre du mois alors que celui de la Cécile D est de l’ordre de la décennie. Réglons celui qui est l’ordre du mois ce qui permettra de se concentrer pour traiter correctement celui de l’ordre de la décennie.

  • sphinx , Direct link to comment

    @pinnochio :
    “Plus d’un mois avant les prochaines élections ! Il y en a qui n’ont pas la même notion du temps et du travail que d’autres…”
    justement : groupez vos forces, faite un plan de bataille, mettez un leader coté législatives et un autre coté mairie,

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ Banana Republic
    Je n’ai de haine pour personne et surtout pas pour vous.
    Contrairement a d’autres c’est un sentiment que je ne connais pas.
    Même fonctionaire, faites quand même attention, je ne suis pas sûr que la calomnie publique de ses supérieurs et la divulgations d’informations acquises dans le cadre de ses fonctions n’expose un fonctionnaire à des sanctions
    Vous voyez je prends soin de vous..

  • Banana republic , Direct link to comment

    @ Le Curieux

    L’allusion de l’administration au goût des élus n’était en aucun cas sarcastique.

  • Banana republic , Direct link to comment

    @ Jean pensque (13 oct. 12h36)

    Un petit mot pour dire qu’il y en a au moins un à être choqué par ce que vous nous dites…

    Les politiques, comme les habitants, doivent comprendre qu’il faut arrêter les mondanités et commencer à agir très sérieusement.

    Si une SIEM hésite à héberger les fonctionnaires de la ville, où va-t-on ?
    Qu’en est-il aussi de la cohérence des discours quand, parallèlement, certains se veulent rassurant en affirmant que la ZAC des facs va servir à loger les fonctionnaires (dont la SIEM ne veut déjà plus…)

    Dans ce genre de contexte, n’est-il pas un peu grottesque de lancer un concours intitulé énergie positive ?
    Sachant que les logements à énergie positive sont des logements qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment, j’ai tendance à penser qu’on ne sait pas de quoi on parle, à la direction du développement durable de la ville…
    Je suis d’autant plus choqué de voir ce genre d’opération que nous avons identifié 28% de non-imposables, sans toutefois chercher à connaître leur profil exact ; que 13% de ménages français sont touchés par ce qu’on appelle la précarité énergétique,…
    A ce propos, je vous propose l’article suivant, qui me semble être plutôt bien fait : (voir Constats & Causes)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Précarité_énergétique

    Commencons peut-être à identifier les pauvres de Saint-Maur ; combien de personnes sont en précarité énergétique ; combien de fonctionnaires de la ville sont contraints d’habiter à 40 km d’ici (et ne sont donc pas comptabilisés comme Saint-mauriens à proprement parler) où ils vivent chichement, en surnombre, pour leurs petits appartements.

    Vous ne voyez pas non plus les dizaines de personnes, habillées très comme-il-faut, se jetant tous les soirs sur les poubelles des supermarchés ?

  • Banana republic , Direct link to comment

    Ma fin est un peu hors-sujet. Désolé. On finit par perdre le fil, à force de s’exprimer dans ce petit carré qui défile.

  • sphinx , Direct link to comment

    @bananeRep : est-ce vraiment 28% de non imposables ou de personnes ne payant pas d’impôts ? Parce que nous avec toutes les déductions nous sommes comme Tapie : on ne paye pas d’impôt sur le revenu.
    Par contre ces 28% prennent ils en compte ceux payant l’ISF ?
    JE trouve vraiment ce chiffre incroyable. Avez-vous le chiffre pour la varenne ?

  • sphinx , Direct link to comment

    et le foncier et la taxe d’habitation ? c’est dans les 28% ?
    ce n’est pas possible.

  • Banana republic , Direct link to comment

    @ Sphinx

    Vous me demandiez si les 28% que j’évoquais sont « non imposables » ou « ne payent pas d’impôt ». D’après le tableau de la présentation c’est « non imposables ».
    Ceci dit votre question est très intéressante et mérite qu’on vérifie avec quelle précision le tableau de Vincent Billard a été fait.
    Voir page 27 http://www.saint-maur.com/IMG/pdf/Reunion_publique_projetee.pdf

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *