Matinée du 13 octobre : l’Education Nationale se moque des parents et des villes.

L’information est tombée, d’un coup, par une simple lettre, sans consultation préalable… L’Education Nationale décide d’organiser une concertation des enseignants sur les futurs programmes et le tronc commun de connaissances et décide que les écoles et les collèges seront fermés lundi 13 octobre matin.

Voilà des mois que le gouvernement nous explique que les enseignements sont trop concentrés, que les matinées sont des moments magiques pour apprendre, que les maires, qui refusent l’école 5 matinées par semaine sont des mauvais maires et même des gens qui ne pensent pas à l’intérêt des enfants… Mais quand l’Education Nationale veut organiser une concertation, tous ces beaux discours sont oubliés.

Il y a quelques semaines la Ministre de l’Education Nationale a trainé au tribunal des maires qui ont eu l’audace de ne pas ouvrir l’école un mercredi matin. Mais qui va trainer au tribunal la ministre de l’Education Nationale qui ferme les écoles un lundi matin ? Les parents ? Les maires ? Il n’y a qu’une Ministre de l’Education Nationale pour croire que tous les français sont au chômage et peuvent comme ça garder leur enfant le lundi matin au lieu d’aller travailler. Il est vrai que le gouvernement oeuvre chaque jour pour que de plus en plus de français soient sans emploi mais leur objectif n’est pas totalement atteint et donc beaucoup travaillent.

La Ministre de l’Education Nationale avait d’autres choix : 

– Elle pouvaient demander aux enseignants d’utiliser le crédit de 108 heures de concertation qu’ils ont dans leur emploi du temps annuel… Étrange elle n’y a pas pensé, certainement pour ne pas en rajouter sur des enseignants déjà remontés, comme les parents et les villes contre les rythmes scolaires pensés et imposés en dépit du bon sens.

– Elle pouvait demander à ce que cette demi-journée soit prise sur un samedi matin afin que les conséquences soient plus simples à organiser pour les villes et les parents.

– Elle pouvait décréter cette journée comme incluse dans le Service Minimum d’Accueil, qui permet aux villes de mettre en place avec un cadre légal l’accueil des enfants en prenant à la charge de l’Etat cette dépense.

Dans le Val de Marne, la Seine et Marne et La Seine Saint-Denis la décision est tombée, la Rectrice, qui a libre choix de la date,  a décidé de sacrifier le lundi 13 octobre matin pour les écoles élémentaires mais également les collèges ! Juste à côté de nous, dans le 91 la décision a été moins inadaptée puisque le Recteur a décidé de fermer le mercredi pour les villes ayant école le mercredi et le samedi pour celle qui ont choisi le samedi. 

Face à une telle décision, le Conseil Municipal, sur proposition du maire Sylvain Berrios, a voté à l’unanimité un voeu demandant que la demi-journée soit prise sur un samedi matin. Comme d’autres demi-journées sont annoncées dans l’année il a également été demandé que le samedi soit aussi choisi dans ces cas là.

Le lundi 13 octobre au matin, comme les enseignants sont appelés eux à être dans l’école pour ce concerter, que le support légal n’est pas mis en place pour autoriser la ville et ses animateurs à prendre en charge les enfants, la Ville, même si elle arrivait à trouver au pied levé les 400 animateurs nécessaires pour respecter les normes d’encadrement et remplacer les 240 enseignants, ce qui est évidemment impossible, n’a pas le droit ni la possibilité d’organiser l’accueil des enfants !

Cette décision montre combien le gouvernement se moque et des parents, à qui il impose de prendre leurs dispositions pour garder leur enfant, et des villes à qui il impose de trouver des solutions car les villes ne peuvent imaginer de laisser ainsi les parents dépourvus (sans compter les coûts induits d’une telle décision pour la cantine, les animateurs, le personnel municipal, …). Et faire venir un lundi matin des enseignants qui devront garder leur enfant cas il n’y aura pas d’école ni de collège c’est bien mal parti pour la concertation car certains risquent d’être absents de leur travail pour garder leur enfant qui ne va pas à l’école… le serpent aime parfois à se mordre la queue…

C’est pourquoi Sylvain Berrios mobilise actuellement tous les maires du Val de Marne pour que la décision soit modifiée.

voeuecoles

 

 

Commentaires (11)

 

  1. Grande déesse dit :

    Bravo pour cet article que tous les parents devraient lire afin de connaître la réalité des absurdités de l’éducation nationale.
    En tant qu’enseignante je trouve ridicule d’être concertée car nous savons tous que les futurs programmes sont déjà élaborés et cette consultation n’est que de la poudre aux yeux !
    Et la cerise sur le gâteau c’est que cette consultation soit programmée un lundi matin, comme si tous les parents étaient chez eux ce jour là ! On rêve non on cauchemarde en ce moment dans l’éducation nationale !!!!

  2. b-a-ba dit :

    Oui bien sûr nous pouvons utiliser nos 108 heures de concertation. Seulement vous êtes très loin de la réalité car ces heures sont largement épuisées et dépassées en fin d’année. Donc oui je trouve normal que l’éducation nous dégage du temps pour traiter de ces nouveaux programmes et du socle commun.
    Vous trouvez que l’Education Nationale se moque des mairies et des parents en imposant un lundi. Je trouve que la mairie se moque des enseignants en leur imposant de réserver leur repas de cantine 1 mois à l’avance.

  3. Gérard dit :

    Le problème de fond reste que ces programmes sont déjà écrits, arrêtes et ficelés et que l’éducation nationale essaye de se rabibocher avec son plus fort électorat bien mis à mal par la réforme des 4,5 jours !

    La ficelle semble un peu grosse, on verra si les enseignants tombent dans le panneau !

    Après mélanger des sujets nationaux (ou académiques) et locaux n’aident pas à rendre la chose très claire !

  4. Le Curieux dit :

    Une photo vaut mieux qu’un long discours

    https://twitter.com/cyrilbonnet/status/507868575483183104/photo/1

  5. denau dit :

    C’est risible et triste car cela fait 2 ans et demi que l’on supporte qu’il soit à coté de la plaque.

    Maintenant il en remet une couche contre les familles. Venons leur dire, Stop à la phamiliphobie de ce gouvernement, dans la rue à Paris et à Bordeaux dimanche 5 octobre.

    De nombreux députés y seront présents, notre député maire y sera t’il présent ? Pourra t’on compter sur la présence de notre 2ième adjoint ?

  6. Le Curieux dit :

    Une deuxième photo vaut mieux qu’un long discours

    http://24heuresactu.com/2012/05/23/quand-hollande-passe-pour-un-simple-desprit-photo/

    Et la FRANCE dans tout ça !

  7. denau dit :

    Plan égalité NAJAT : congés parental des mères réduit à 18 mois, congé parental des pères augmenté à 18 mois, c’est l’égalité NAJAT.

    Prochaine étape : grossesse des mères réduite à 4,5 mois, grossesse des pères augmentée à 4,5 mois, c’est l’égalité NAJAT.

  8. […] Berrios, le député-Maire de Saint-Maur a fait voter à l’unanimité (gauche comprise !) un voeu au conseil municipal demandant de déplacer cette matinée au samedi matin. Il a écrit à la Rectrice, à la Ministre, […]

  9. jfvc dit :

    il fait des lettres comme Henri Plagnol le faisait ! Bref on change de maire, mais l’incapacité demeure !NO FUTUR pour notre cité….

  10. Gérard dit :

    aahhhh jfvc, l’homme qui ronchonne dans la pratique permanente…

    Pourquoi ne pas aller commenter sous le dernier article…Ah mais bien sûr vous ne pourrez pas dire que le maire ne fait rien !!!

  11. NaNa dit :

    Ils ne changeront jamais les Dupondt… le premier nous envoie des photos dont le tout internet sait qu’elles sont truquées et le second nous assène ses commentaires… même de retour de New York il ne ait pas écrire le mot futur en anglais… Pas de commentaire, mort de rire… Pas de passé, pas d’avenir…

    J’en profite pour souhaiter bon vent vers l’ailleurs à Gérard Allouche que je connaissais depuis plus de 35 ans…
    Salut Gérard, tu m’as fais bien rire.
    Je t’embrasse.

Faire une réponse