Petit point budgétaire…

Depuis que le budget a été rejeté Henri Plagnol et Jacques Leroy ne cessent de dire que c’était un très bon budget, le meilleur même depuis des années selon Jacques Leroy. Ce dernier annonce d’ailleurs que c’est lui qui a réussi à établir ce budget, mais c’est Henri Plagnol, le maire, qui n’a pas été en mesure de le faire voter… Le roi du « c’est pas moi, c’est lui » a encore frappé… oubliant certainement qu’il est premier adjoint, qu’il soutient le maire depuis le début, qu’il ne s’est jamais opposé à une seule des décisions, ni dans les réunions publiques, ni dans les réunions d’élus, et même quand la majorité des élus l’ont fait, il n’a rien dit. Et aujourd’hui il veut nous faire croire que lui n’y est pour rien… que ce n’est encore une fois pas de sa faute…

Il va peut-être nous dire également que ce n’est pas lui qui a présenté le compte administratif  le 25 juin 2009 où, plus d’un an après l’élection, il nous annonçait « Aucun emprunt structuré à plusieurs phases de la ville n’est considéré comme toxique (risque de taux d’intérêts à 2 chiffres) »… Oui, il n’y avait donc aucun emprunt toxique en 2009 selon Jacques Leroy… c’est ce qu’il nous a expliqué à tous, et là, il était le seul, avec le maire, à avoir les éléments de ces prêts. Les autres élus n’ont jamais eu connaissance des modalités de ces prêts, ni ceux signés du temps de Nicolas Clodong, ni ceux signés au début du mandat, donc impossible pour nous de savoir lesquels étaient ou non toxiques, on devait s’en tenir à ce que nous disaient le maire et son adjoint aux finances… Nicolas Clodong, l’ancien adjoint aux finances, nous avait également annoncé qu’il n’y avait pas d’emprunts toxiques, pire que cela aurait été « coupable » de ne pas les signer… Je pense que l’erreur a surtout été de faire confiance à de tels élus ! Nicolas Clodong et Jacques Leroy sont deux élus aux finances qui ont été incapables de voir les risques des emprunts toxiques avant de les signer et nous allons tous devoir payer leurs erreurs dans nos impôts pendant des années ! Malgré cela, ils n’hésitent pas à être candidats pour les prochaines municipales et à nous expliquer qu’il faut leur confier la gestion de la ville… on croit rêver… 

Regardons l’évolution depuis 2008 pour mieux comprendre l’évolution budgétaire :

En 2008 : les recettes des impôts locaux étaient de 45 millions d’euros, les frais de personnel de 53 millions d’euros, les dépenses de fonctionnement de 22,3 millions, la dette de 248,6 millions d’euros, les charges financières de 4,5 millions d’euros et l’autofinancement de 10,5 millions d’euros.

Dans le budget 2013 : les recettes des impôts locaux sont prévues à 60 millions d’euros (+15 millions), les frais de personnel à 63 millions d’euros (+10 millions), les dépenses de fonctionnement à 25,7 millions (+2,5 millions), la dette à 262,3 millions (+13,8 millions), les charges financières de 10,140 millions d’euros (+ 6 millions) et l’autofinancement de 15,7 millions d’euros (+5 millions).

Oui, ces chiffres font peur et sont clairs… comment peut-on, malgré 15 millions de hausse d’impôts, financer une hausse importante des frais de fonctionnement (frais de personnel +10 millions et de frais généraux de 2,5 millions et les charges financières de 5,5 millions d’euros), et un autofinancement en hausse de 5 millions… La réponse est simple : quand on décide de ne pas faire d’économies sur le fonctionnement, en plus d’une hausse d’impôts massive, il faut limiter l’investissement, vendre les « bijoux de familles », et recourir à l’emprunt (presque autant sur le simple budget 2013 que sur la totalité depuis 2008) !

Faire des économies, une notion qui semble avoir été oubliée dès le budget 2010, tout en nous expliquant qu’on continuait à en faire…

Voici un graphique simple pour récapituler les différentes variables budgétaires depuis 2007 :

Si on regarde ces courbes, on voit que les impôts ont grimpé continuellement depuis 2008, que les dépenses de fonctionnement ont augmenté fortement depuis 2010, notamment les dépenses de personnel qui représentent le plus gros des dépenses de fonctionnement. On voit que les Cessions d’actifs (vente de terrains ou de maisons appartenant à la ville) représentent une part non négligeable des recettes qui ont permis d’équilibrer le budget. On voit également que les investissements sont en dent de scie et globalement en chute.

Et on nous dit que c’est une belle réussite ?

Tout le monde sait équilibrer un budget par une hausse d’impôts et une vente des bijoux de famille liée à une baisse d’investissement. Là où les élus sont efficaces, c’est quand ils arrivent à maitriser les dépenses, cherchent partout l’optimisation en matière d’organisation, de fonctionnement municipal. Malheureusement nous en sommes loin.

C’est en grande partie cela qui a fait dire stop à une grande majorité d’élus au conseil municipal d’octobre 2012. En effet, lors de ce conseil, le maire et son adjoint aux finances nous demandaient d’augmenter les dépenses de plusieurs centaines de milliers d’euros (200 000 euros rien que pour la communication) et augmenter les impôts des entreprises de 23 %. C’est une preuve de bonne gestion de faire cela ? C’est préparer l’avenir ? Le tout sans aucune concertation et sans vision politique globale. Nous avons dit non et nous avons eu raison de le faire. La preuve, quelques semaines plus tard, on nous présentait un nouveau projet où il n’était plus question de dépenses mais d’économies ! Si l’approche des comptes était sincère, si tout correspondait à une gestion réfléchie, comment les sommes demandées au vote quelques semaines peuvent devenir inutiles si vite ?

On nous dit que le budget 2013 est un bon budget car il n’y a pas de hausses d’impôts… L’an dernier, avant qu’en octobre nous nous opposions à la dérive des impôts, vous avez entendu parler d’une future baisse d’impôts ou d’un simple arrêt de la hausse ?… Si les impôts n’augmentent pas cette année, c’est justement car nous avons dit STOP.

On nous dit que c’est un bon budget car il y a 15 millions d’autofinancement… Mais on oublie de rappeler que l’autofinancement n’a augmenté en fait que d’un million d’euros par an depuis 2008, soit bien moins que les impôts, et qu’il a été largement financé par les cessions d’actifs (ventes de terrains et de maisons), alors qu’on nous présentait cela comme une prouesse de gestion ! C’est vrai qu’il est bon que l’autofinancement soit élevé car cela limite le recours à l’emprunt, mais il devrait être le reflet d’une politique budgétaire rigoureuse, ce que l’adjoint aux finances n’a malheureusement pas fait.

On nous dit que le budget 2013 est bon car il prévoit des dizaines de millions d’euros d’investissement… Mais pourquoi ne pas dire haut et fort que chaque année, entre les millions d’investissements inscrits sur le papier du budget et la réalité il y a un écart de dizaines de millions d’euros car les travaux ne sont pas faits ! Par exemple en 2010 on n’a fait que 34 % des dépenses prévues. Ce sont donc des investissements et des travaux prévus qui ne sont pas faits donc qui se feront peut-être l’année d’après… ou d’après… Ce report d’investissements de plusieurs millions d’euros, permet artificiellement d’améliorer le budget. En effet, les sommes sont reportées sur l’année suivante, donc l’année suivante, on peut prévoir un peu moins d’investissements, on nous revend les mêmes projets chaque année… et comme l’année suivante on ne réalisera pas tout non plus… on repousse ainsi les chiffres et les projets. Tout cela n’est donc que chiffres sur le papier… Si les travaux ne se font pas, c’est aussi le signe d’une désorganisation globale des marchés publics de la ville. Les écarts entre le vote par le conseil municipal d’un appel d’offre et la désignation de la société attributaire sont trop longs et cela peut poser des gros problèmes. Par exemple, pourquoi aujourd’hui on ne sait pas encore si le réfectoire de l’école des Tilleuls sera réalisé cet été ? Ce n’est pas en raison du non-vote du budget, c’est surtout à cause du fait que la société qui devra réaliser le réfectoire n’était toujours pas désignée ! Si elle l’avait été dans les temps, c’est à dire avant le mois d’avril, il n’y aurait pas de problème pour planifier les travaux. idem pour la piscine des canetons, et bien d’autres investissements. Voilà comment on peut annoncer des millions d’investissements dans un budget et que nous pouvons toujours rouler sur des routes pleines de trous.

On nous dit que nous n’avons pas proposé de budget alternatif… Mais un budget c’est une vision globale avec une administration entière qui va dans le bon sens. C’est à dire avec un pilote dans la mairie, un maire présent, qui suit les dossiers, qui impulse cette politique. Nous avons malheureusement un maire qui ne vient pas à Saint-Maur tous les jours… On est bien loin du maire « à plein temps » que nous a annoncé Henri Plagnol après sa défaite législative. On nous a proposé de venir à des « conférences budgétaires » animées par un maire adjoint aux finances qui n’a rien arbitré durant ces réunions, certainement en raison du désormais officiel « c’est pas moi, c’est lui » qui le caractérise… Comment imaginer qu’en 2 heures de réunion, sans aucun document préparatoire, sans même avoir l’analyse détaillée des dépenses des années précédentes, on peut juger un budget et le modifier autrement qu’à la marge en supprimant telle ou telle petite chose ? Déjà par le passé les élus ont regretté de ne pas être associés en amont à la réalisation du budget qui du coup ne reflète pas une politique globale. Alors oui, au nom de l’équipe, en faisant malheureusement confiance au maire et à son adjoint aux finances, plusieurs budgets ont été votés mais au final, l’analyse détaillée et la perte de confiance nous obligent à ne plus le faire.

Alors que le parquet de Créteil a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons de malversations dans le marché de communication (enquête confiée à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE)ciblant des présomptions de favoritisme, de détournement de fonds publics, de prises illégales d’intérêt et de faux et usage de faux). Alors que le maire et son adjoint aux finances nous ont caché les vrais coûts de festivals comme Rock Sur Marne, allant jusqu’à nous donner des chiffres minorés et des explications invraisemblables, comment croire désormais ce que l’on nous présente ? Petit exemple : le maire annonce en conseil municipal qu’il accepte, si c’est le souhait du conseil municipal, de supprimer Rock Sur Marne et Saint-Maur en toute libertés… Cela représente donc plus d’un demi-million d’euros d’économies… pourquoi cela n’a pas été enlevé des comptes que l’on nous a demandé de voter ? C’était enlevé avant ? Alors pourquoi ne pas l’avoir écrit sur les documents de présentation du budget que l’on a reçu ? Et on nous parle de « sincérité » du budget…

On nous dit que ce budget sera validé par le Préfet et la Chambre Régionale des comptes car c’est un bon budget… Le Préfet et la Chambre Régionale des Comptes ne sont pas là pour porter un jugement sur la politique locale et sur les choix financiers, sauf s’ils sont illégaux ou manifestement hasardeux et disproportionnés. Ils ont pour mission de vérifier que ce budget est : légal au sens des dépenses obligatoires qui doivent y être inscrites, et qu’il est équilibré car les villes ne peuvent pas présenter un budget en déficit. Donc ce budget a toutes les chances d’être validé sur ces critères. Après on aurait pu avoir un autre budget avec moins de frais de fonctionnement, plus d’investissements qui aurait aussi été équilibré et sincère. Ou un budget avec plus d’économies de fonctionnement et moins de recours à l’emprunt qui aurait aussi été équilibré et sincère… Cependant, je pense que certaines dépenses d’investissement, manifestement chères risquent d’être retirées de ce budget et permettre de diminuer le recours à l’emprunt. Attendons le retour du Préfet…

Un budget qui ne prépare pas l’avenir

Ce budget est un budget de fin de mandat qui n’a d’autre but que de préparer une réélection pour le maire et son adjoint aux finances (reste à savoir s’ils seront ensemble ou séparés…). Rien ne dit qu’il aurait été réalisé comme l’annoncent les chiffres… On se croirait revenus en 2007 quand le prédécesseur de Jacques Leroy, Jean-Bernard Thonus, était en campagne avec son adjoint aux finances de l’époque Nicolas Clodong. Un budget qui prévoit des dépenses importantes pour faire des réalisations à inaugurer pendant la campagne. Un budget qui augmente la dette en un seul exercice de presque qu’autant que depuis le début du mandat ! Mais surtout un budget qui ne prépare pas l’avenir… Car ce n’est pas l’avenir politique des élus que doit préparer un budget mais l’avenir de la ville. L’an prochain la réforme des rythmes scolaires va coûter cher (pas loin d’un million d’euros par an), l’amende Duflot pour les logements sociaux très cher (près de 7 millions d’euros), les obligations en terme d’intercommunalité sont aussi à préparer (le maire de Nogent a comparé Saint-Maur à la Grèce du Val de Marne), et on doit lancer le Plan Local d’Urbanisme… Et tout cela est prévu ? NON et cela ne semble inquiéter personne.

Voilà un bon nombre des raisons de notre vote contre ce budget.

Ce que je trouve regrettable c’est que le maire et son premier adjoint aux finances qui n’ont plus de majorité, ont fait le choix de se maintenir en place, de garantir leurs indemnités et avantages, au détriment de l’intérêt collectif de la ville. Henri Plagnol avait annoncé que sans majorité il se retirerait, mais encore une fois ce n’était que des mots… Un budget réaliste, sincère, équilibré, différent qui aurait pu être voté par le conseil municipal évitant tous ces désagréments préfectoraux. Mais ils ont de la chance, malgré le non vote du budget, l’essence de leurs voitures de fonction est toujours réglée, leurs indemnités également, les collaboratrices qui les accompagnent sur le terrain dans cette campagne et les prennent en photo pour leurs pages facebook sont toujours payées, ce seront juste les élèves qui risquent d’avoir un an de plus à patienter pour avoir leur nouveau réfectoire…

40 comments on “Petit point budgétaire…

  • Julien , Direct link to comment

    C’est le problème des budgets sans vision d’avenir..

    Un budget ne se fait pas d’une année sur l’autre, il se fait sur une mandature, voire deux avec une vision d’avenir…

    La masse salariale, les investissements, etc… ne peuvent être des variables d’ajustement mais des composantes d’un projet…mais pour cela il faut aimer Saint-Maur, connaître sa ville, avoir envie de la défendre, de la construire, de la modeler et cela ne se fait pas sans travail…

    Pour le réfectoire de la maternelle des Tilleuls, on nous parle de la Toussaint, au plus tard Noel….

  • Catherine , Direct link to comment

    Ne vous en faites pas Julien, ce réfectoire, comme d’autres projets seront sans doute inaugurés en grandes pompes juste avant les élections.
    Un peu comme fut un temps, une nouvelle bibliothèque ou encore un ascenseur public!
    Il faut bien que certains puissent se faire mousser du travail des autres. Et sur les photos officielles ils seront bien devant, en gommant ou floutant les autres comme ils le font depuis quelques mois.
    Sans parler des sur-humains qui arrivent à se créditer eux-mêmes des photos sur lesquelles ils figurent! Dédoublement de personnalité sans doute 🙂

  • vv , Direct link to comment

    « Car ce n’est pas l’avenir politique des élus que doit préparer un budget mais l’avenir de la ville »

    Que voilà une belle phrase ce texte est un vrai pamphlet de propagande.

    Il montre d’ailleurs les mauvaises intention de celui qui l’a mis en ligne: sous l’air d’un ange gardien celui-ci est un loup dans la bergerie.

    Demandons lui ce qu’il pense de son ami SB « le magnifique » et de leurs avenir politique commun.

    Donc si je comprends bien les anciens de la majorité n’ont pas voté le budget non pas parce qu’il était temps de mettre les grandes manoeuvres électorales en place non, il n’y avait pas de tout une échéance électorale qui a tout declanché (au mois de décembre 2012), non tout simplement parce qu’il était mauvais le budget.

    Mais bien sûr Saint-François Le Helloco le parfait vous savez tout mieux que tout le monde.

    Je parie que vous avez mis au moins un mois pour pondre le graphique avec vos explications tronquées et bien tordues à la sauce maison genre « sur la tête de ma mère il nous ont raconté n’importe quoi ».

    Vous deveriez postulé pour le ministère des finances il cherche quelqu’un pour sortir la France de la crise économique dans laquelle comme chacun sait nous a mis l’équipe municipale de Saint Maur et je pense que vous avez tout à fait le profil.

  • Julien , Direct link to comment

    vv : on vous sent aigri, à la limite du rance….Mais allez-y, ouvrez un blog et essayez de trouver des lecteurs…

    Cette obsession à reprocher à Mr Le Helloco de donner son avis et son point de vue SUR SON BLOG m’étonne toujours…Et je le trouve d’une tolérance à cet égard qui m’impressionne également…

  • astéroïde , Direct link to comment

    jflh et les moulins à vent !

    Vous racontez des boniments, avec à l’appui des graphiques en valeurs cumulées, sans fondements.
    Vos coups tordus ne trompent personne.

    Avec naÏveté, vous et vos copains avez tout gobé pendant 4 ans et vous voulez remettre le couvert pour le prochain mandat ? Circulez charlatans !

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    J’ai démontré point par point que la quasi totalité des assertions de jflh concernant le drame de la dette de SAINT-MAUR était faux.

    De là a penser qu’il en est de même pour les autres sujets…il n’y a qu’un pas !

    @ Julien

    Je pense qu’il ne viendrait à l’esprit de personne de dénier le droit à jflh de s’exprimer sur son BLOG.

    Par contre il est normal de souligner que ce qui est présenté comme un BLOG d’information est en fait un site de désinformation et de manipulation.

    Concernant la Dette de la Ville, cela a été amplement démontré !

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    @ Santiago : vous trouverez sur ce site les documents comptables de la ville, sans compter ceux qui sont publics sur le site du ministère des finances. Faites votre propre analyse…
    Pour la dette vous n’avez rien « démonté » de ce que j’ai dit, vous avez juste mis en avant que vous n’avez pas la même approche que moi du dossier ce qui est votre droit le plus strict. Attendons sur la durée pour savoir si les décisions de justice sont confirmées et donc si les villes qui ont gagné confirment cet avantage. En attendant, comme vous aviez des doutes sur la nature « nouvelle » ou « tirage » des emprunts toxiques de 2008 signes par Plagnol/Leroy, la position de juin 2009 sur la « non toxicité » des emprunts vous donne un élément de réponse… Pourquoi ne pas avoir signé des nouveaux emprunts quand on n’avait aucune notion du risque réel ?…

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    .@ jflh

    J’ai clairement mis en lumière les nombreuses inexactitudes que comporte votre analyse d’un sujet que pour l’essentiel vous méconnaissez.

    Vous m’avez indiqué que mon commentaire était inexact sur certains points.

    Tout étant possible, je vous ai demandé lesquelles, parmi mes critiques, n’étaient pas fondées (pour les rectifier ou les jusfifier le cas échéant).

    Vous ne les avez pas cités. Et pour cause dirais-je.

    Je maintiens donc que vos théorie ne sont basés que sur des copier/coller et que ce qu’il vous manque c’est la capacité de synthèse que seule l’expérience peut apporter.

    J’ai pour ma part démontré, a de plusieurs reprises en quoi le « tout judiciaire a priori » était une option dangereuse et donc inadaptée car elle repose sur un « pari » quant à la décision finale des Tribunaux.

    Or je ne pense pas qu’il soit bon de gérer les finances d’une Commune avec des paris.

    C’est ce qu’ont fait le tandem THONUS/CLODONG et les Saint-Mauriens ont vu le résultat !

    Le seul argument que vous apportez est « d’autres le font ».

    Comme Edmond ROSTANT le fait dire à son héros « c’est un peu court jeune homme » ?

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    @ Santiago : ce que j’aime chez vous c’est votre éternel sens de la nuance… vous savez, les autres ignorent… Je vous ai dit que vous aviez fait des erreurs dans vos remarques, je ne vais pas jouer au professeur et vous les lister. Vous ne savez manifestement pas d’où sont venus ces prêts pour les collectivités qui ne sont pas arrivés par hasard. La situation économique des villes et leurs façon d’emprunter liée à des cycles (économiques, politiques, architecturaux, de décentralisation) et le fait qu’un acteur possédait à lui seul un portefeuille client disproportionné a fait que ces crédits sont nés. Et oui, malgré ce que vous dites, les banques ont gagné de l’argent en rééchelonnement des prêts qui arrivaient à terme (et donc plus chargés en capital qu’en intérêts). Oui l’échange de monnaie a été un pari risqué qu’une ville ne devait pas prendre car en plus elle ne gagnait rien en lien avec ces monnaie et donc pouvait gagner ou tout perdre mais pas de demi-mesure… et elles ont perdu.
    après pour le règlement vous avez votre vision, j’ai la mienne. Je pense que la ville a tardé a attaquer les banques, cela aurait pu permettre de gagner en première instance et/ou de négocier dans d’autres conditions. Je reproche le fait que ces contrats, ces négociations ont été faites sans transparence vis à vis des élus que nous sommes. Alors vous direz que c’est de notre faute, nous n’aurions pas dû faire confiance, je vous l’accorde. Mais accordez-nous aussi le fait qu’une fois découvert les abus nous avons réagi là où d’autres nous demandaient de sagement ne rien dire et voter jusqu’au bout du mandat ou partir. Je pense que nous avons fait bouger les choses dans le bon sens. en 2007, Nicolas Clodong, alors adjoint aux finances a procédé au « réaménagement » de près de 120 millions d’euros d’emprunts, annonçant les avoir contracté à taux fixes… Vous aviez raison ce n’était pas des taux fixes. Vous avez raison sur le fait que je n’ai pas creusé plus tôt ces dossiers car il y avait un maire adjoint en charge des finances et un maire qui avaient l’accès aux documents, pas moi. C’est exactement ce qu’ont continué à faire Plagnol et Leroy en prenant de nouveaux emprunts d’une part, et aussi en « réaménageant » des emprunts pour des millions, notamment avec la fameuse caractéristique « commerciale » de ces emprunts toxiques qui consiste à avoir une première phase à taux « bonifié » et non « fixe » qui dure tout le mandat… la partie « toxique » ou « dangereuse » ou « spéculative » ne s’enclenchant que pour le mandat d’après. En faisant cela, déjà on devrait savoir qu’on prépare un mauvais coup pour l’avenir et pour la ville car il n’y a jamais de cadeau de la part d’une banque et surtout quand on fait coïncider ainsi les choses avec le mandat on sait qu’on joue avec le feu. Et ils ne nous l’ont jamais dit et je trouve cela anormal.
    sur ce blog, je donne mon avis. Libre à chacun d’être d’accord ou pas avec moi. Vous dites que c’est de la « désinformation » voir de la « manipulation » alors tout ce qui n’est pas selon vos idées est désinformation et manipulation ? On n’aurait pas le droit d’avoir des idées et des avis différents ? Vous êtes un défenseur de la pensée unique ? Je donne mon avis et je laisse les critiques, c’est cela la démocratie et le débat non ? Ce blog n’a pas d’autre ambition. D’autant que je prends le soin de mettre les sources des documents, voir de les mettre en ligne pour que chacun puisse faire sa propre analyse, ce qui n’est pas le cas de bien des blogs ou bien des journaux. Vous voulez de la manipulation et de la désinformation ? Lisez le magazine municipal, là vous aurez de quoi faire, cherchez l’espace d’expression, cherchez la part laissée à la contradiction… Cherchez sur les autres blogs de Clodong, de Plagnol, de Chupin, et autres un espace qui accepte la critique (je ne demande même pas la votre, bien trop directe et agressive parfois, tout en restant polie), juste des critiques légères… Pas une seule ! Alors merci de garder pour ces gens qui n’ouvrent pas la porte à la contradiction vos mots de « désinformation » ou de « manipulation »…

  • Scoop , Direct link to comment

    D’accord avec Julien (plus haut), et d’accord avec monsieur Le Helloco. D’ailleurs, le fait est que le sieur Plagnol a fait des annonces publiques menaçant du bout des lèvres d’intervenir contre les banques sur le plan juridique, et qu’il n’a strictement rien fait dans ce sens-là. Cela décrit une attitude qui fut aussi la sienne sur la plupart des dossiers qu’il aurait pu traiter soit en tant que député soit en tant que maire.
    Telle est la question en réalité. Nous ne pouvons entrer dans des discussions académiques car nous n’en possèdons pas systématiquement les compétences, mais nous pouvons constater que monsieur Plagnol a trompé tout le monde, sans cesse, pour des raisons véritablement obscures, car il possède l’intelligence sur ces questions, et comme on dit : « il était en capacité ».

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ jflh

    Tout dialogue avec vous sur ce sujet est voué à l’échec.
    Tous les intervenant sur votre blog (Scoop en tête) ont compris où se situent les risques inhérents au portefeuille de crédits « toxiques » souscrits par le tandem THONUS/CLODONG et au-delà, les grandes lignes des actions à entreprendre pour « limiter la casse ».

    Vous NON !

    Pourquoi ? Parce que vous seriez idiot ? NON sûrement pas !

    Parce que vous ne voulez pas comprendre !

    Pourquoi ?

    1/ Parce que vous vous empêtrez dans des propos de « journaleux » qui n’y connaissent rien et :

    – Produisent des théories plus ou moins pertinentes sur l’origine des crédits toxiques proposés aux Communes : ce dont tout le monde se fiche

    – Brodent sur « les banques qui gagnent de l’argent » : ça amuse toujours le « petit peuple »

    – Mais tout comme vous se gardent bien de suggérer un moyen technique susceptible d’arrêter l’hémorragie ! Et pour cause !

    2/ Parce que vous préférez faire des amalgames dans le but de créer une suspicion de culpabilité de l’équipe en place dans la situation actuelle allant même jusqu’à critiquer les mesures prises pour endiguer le risque ! C’est un comble !
    Vous laissez même à penser que des crédits à risque auraient été substitués depuis 2008 à des crédits sains alors que c’est, sauf erreur, le contraire. Ce serait d’ailleurs impossible puisque la quasi-totalité des crédits en cours au moment des dernières élections étaient déjà des crédits toxiques !

    3/ Quant au « tout juridique », au risque de me répéter (pardon a ceux qui comprennent vite) c’est comme si, après avoir été renversé par un véhicule, j’entamais prioritairement une action en justice laissant pendant ce temps mon état de santé empirer de jour en jour.

    La Ville est malade de ses crédits toxiques.

    Il faut en URGENCE soigner le malade afin que le mal n’empire pas. Sous réserve de ne pas dépasser un éventuel délai de prescription, il sera toujours temps de demander éventuellement réparation du préjudice par la voie judiciaire

    VOUS qui cherchez vos réponses sur INTERNET (comme d’autres se croient Docteur en Médecine après avoir lu Doctissimo) cherchez bien…. Vous trouverez d’intéressantes études juridiques faites par des Cabinets d’Avocats de renom desquels il ressort – pour qui sait lire entre les lignes – qu’une issue judiciaire favorable est loin d’être acquise. Pourtant les Avocats ont tout intérêt à aiguiller les victimes dans cette voie.

    Pour le surplus, n’habitant plus à Saint-Maur (situation que je partage avec Scoop je crois), je m’interdis de commenter la politique locale Saint-Maurienne

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    @ Santiago :
    – Non l’origine des emprunts toxiques n’est pas inutile à connaitre car elle permet de comprendre leur développement et c’est important de connaitre les causes pour éviter demain d’autres risques.
    – Oui en 2008 des emprunts toxiques ont été adaptés en toxicité à ce mandat (première phase à taux « fixe » ou « bonifié » de la durée exacte du mandat. Et oui il étaient bien toxiques ensuite de ces adaptations car on a du payer une soulte et voir le taux revu à la hausse pour les passer en taux fixe… Donc oui avant de se mettre à détoxifier la dette de la ville, le tandem Plagnol/Leroy a continuer à la rendre un peu plus toxique… Ils n’ont commencé à prendre conscience du risque qu’une fois la charte Gissler créée… C’est avéré à la lecture des différents comptes administratifs, dans cet article vous avez la conclusion sur les emprunts de l’adjoint aux finances en juin 2009 : aucun risque pour la ville de voir ses taux s’envoler… La suite nous a montré que la réalité était loin de ce qui était annoncé. Ou alors il n’y avait aps de raison de renégocier ces emprunts à un tel prix.
    – Vous ne voulez pas accepter le fait que je puisse avoir raison (ou juste ne pas avoir totalement faux), ou ne voulez pas me lire correctement, mais je reproche à Plagnol/Leroy d’avoir attaqué trop tard les banques, non pas car je pense que la justice est seul moyen de sortir des problèmes, encore que pour l’instant elle est dans le bon sens pour les décisions rendues, mais surtout car la justice engagée permet de se mettre dans une meilleure condition pour négocier si on doit le faire. Je pense que les coûts obtenus pour les négociations, notamment pour les emprunts de Caisse d’Epargne sont prohibitifs… Je pense que la ville l’a compris car elle ne négocie pas dans les mêmes conditions les autres emprunts toxiques des filiales de la même banque… Ne croyez pas que je ne regarde qu’internet, je regarde aussi les dossiers, les vrais…

    – Je salue votre décision, n’étant plus habitant de la ville, ni contribuable de ne pas intervenir sur les questions de politique. C’est louable.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ jflh

    Toujours des suppositions qui ne reposent sur rien de tangible !

    Sur quoi vous basez-vous pour dire que le « prix à payer » pour neutraliser les risques inhérents à tel ou tel crédit est « prohibitif » ?

    Comment calculez-vous le juste « prix à payer » pour, à la fois « neutraliser la valeur temps » à courir et assumer l’évolution de la « valeur intrinsèque » du « sous-jacent » entre la date de souscription et la date d’entrée en vigueur des nouvelles conditions ?

    Et il ne faut pas oublier de tenir compte dans le calcul que le coût d’évolution de la « valeur intrinsèque » est « flat » (Ad valorem) et qu’il faut le convertir en différentiel de taux d’intérêts qui lui est « prorata temporis ».

    Vous, vous voyez cela « au coup d’œil » je suppose ? BRAVO !

    Personnellement, je suis incapable de déterminer « au pifomètre » si c’est :

    Equilibré
    Bon
    Très bon
    Mauvais
    Très mauvais.

    pour l’emprunteur.

    Même avec les connaissances nécessaires il faut du temps pour faire :

    -Une analyse précise de la situation des engagements existants à la date de renégociation
    -Une recherche de prix, taux, etc des différentes monnaies concernées (trois en général) pour pouvoir, en utilisant les formules mathématiques adéquates porter un jugement. (désolé si celà parait complexe mais j’ai simplifié au maximum)

    Et cela ne peut s’improviser !

    J’en reste là !

    Chacun se fera son opinion !

    Les lecteurs finiront par se lasser d’entendre redire, pour vous seul, les mêmes évidences.

  • Scoop , Direct link to comment

    Bigre, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas commenter la politique locale, étant absent, alors que nous en possédons pleinement les moyens ! D’où proviennent de telles limitations et de tels interdits ?
    Cela me donnerait presque envie de m’y remettre.
    Néanmoins, et pour ma part, je commenterai la politique locale tant que j’en aurai envie. Je tiens à le préciser, non par désaccord formel avec Santiago, mais tout simplement parce que c’est « LE SAINT-MAUR QUE NOUS AIMONS » :-), n’est-ce pas.

    En outre, nul n’étant prophète en son pays, il ne faudrait pas s’étonner que je devienne un petit peu prophète alors que je ne suis plus dans mon pays. C’est une situation intéressante. Je me demande si je pourrais être appointé en tant que prophète par le cabinet du maire.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Scoop

    Tout a fait d’accord sur la formule « LE SAINT MAUR QUE NOUS AIMONS », ce Saint-Maur ou j’ai cécu si longtemps et ou j’ai tant d’amis.

    Mais, même si je ne vois pas comment jflh peut savoir si j’y paie ou non des impots, je ne me vois pas donnant un avis sur l’opportunité de construire une chèche ici plutot qu’une piscine là où un parking là-bas.

    Celà dit j’ai écrit que je m’interdisait……je n’ai pas écrit que je l’interdisait à quiconque !!!

  • NiNa , Direct link to comment

    Avoir le blog d’un « élu » local animé en majorité de posts par des personnes qui n’habitent pas St Maur.., c’est surprenant.
    Décidemment, St Maur doit avoir bien des charmes pour continuer à s’y intéresser autant après en être parti.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Nina

    J’avais effectivement choisi de vivre à Saint-Maur, il y a longtemps « parce que je lui trouvais bien des charmes » on peut le dire ainsi.

    Si maintenant je n’habite plus à Saint-Maur pour des raisons familiales, il n’est donc pas anormal de « s’y intéresser », comme vous dites, et ce d’autant plus que j’y compte de nombreux amis notamment du fait de mes diverses activités dans le secteur associatif.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Scoop

    Je suppose que vous avez noté que jflh considère que « n’étant plus habitant de la ville, ni contribuable (il est louable) de ne pas intervenir sur les questions de politique ».

    J’espère que vous appréciez ce commentaire à sa juste valeur.

  • Scoop , Direct link to comment

    Ici la Papouasie… Ici la Papouasie… Les Saint-Mauriens parlent aux Saint-Mauriens…
    Habiter Saint-Maur n’est pas non plus un passe-droit pour dire n’importe quoi. Encore moins, pour faire n’importe quoi… Et, sur ce dernier point, je pense que vous serez peut-être d’accord, Nina.
    @Santiago, franchement, peu me chaut que jflh considère ci ou ça concernant les gens qui n’habitent plus à SM. J’y ai habité plus longtemps que beaucoup parmi ceux qui débarquent aujourd’hui n’y habiteront jamais. Je pense à l’édile actuel, qui lui n’habite nulle part et qui est ainsi un aventurier qui a pris malencontreusement les clés de la ville et qui aurait mieux fait de les rendre selon ce qu’il avait indiqué.

  • Scoop , Direct link to comment

    Je répète que je considère que monsieur Le Helloco fait globalement du bon travail pour la ville dans laquelle il a choisi d’habiter et que pour cette raison, il est violemment attaqué sur sa personne et ses méthodes. Certes, ses méthodes ne sont pas parfaites, mais possèdent un grand mérite, celles d’apporter un espoir.
    J’espère vrivement qu’il trouvera sa récompense en temps utile auprès des électeurs, lui, et un autre, ils se sont lancés dans la bataille en n’écoutant finalement que la voix de leurs convictions. On a dit que tous deux qu’ils se battaient pour un stapontin. Cela peut-être vrai, si ce n’est qu’il s’agit-là d’un argument lapidaire, et on sait d’où il provient.
    @Sphinx, je tiens à vous remercier particulièrement. La qualité de votre analyse et votre recul font chaud au coeur. Il n’y a aucun besoin d’être nombreux pour défendre une idée juste.

  • jfvc , Direct link to comment

    D’accord…..mais l’info est uniquement ciblée sur l’attaque des adversaires aux municipales !
    Ainsi la très grave panne d’électricité du 5 mars dernier qui priva notre hopital d’électricité 10h durant (avec déménagement par le SAMU de tous les malades graves….) et qui a fait l’objet d’un rapport »RETEX » (visible sur mon mur FB = https://www.facebook.com/jeanfrancois.vancampo?hc_location=timeline ) ,n’est évoqué nul part?????????????
    Le quotidien ne concernerait plus nos élus ?

  • Scoop , Direct link to comment

    @jfvc, vous avez raison, mais cela fait un sacré bout de temps que le quotidien ne concerne plus les élus de Saint-Maur. Au moins 35 ans !

  • jfvc , Direct link to comment

    mais améliorer notre quotidien ,n’est-ce pas la mission première de nos élus ????????????????????????

  • Scoop , Direct link to comment

    « Nos » élus se trouvent dans les sphères, je le répète depuis 35 ans… Ils font de la métaphysique, d’où les très importantes erreurs que nous avons pu noter telles que la dette. Pour cause de métaphysique, les conséquences de ces erreurs ne sont pas prises en compte dans le mandat courant. Maintenant, il y a des déclarations de bonnes intentions de la part de la plupart des impétrants pour le prochain mandat. S’occuper du quotidien… Mais je trouve que des gens comme Jean-François Le Helloco, à leur manière, ont déjà pris clairement position contre cette métaphysique et la cage dorée qui l’accompagne. En dénonçant cette « métaphysique », il s’avère qu’au passage on met le doigt sur des pratiques défectueuses, pour ne pas dire délictueuses. Les attaques en retour sont donc virulentes, mais peu justifiées.
    Lorsque monsieur Le Helloco, par ailleurs, fait un article sur un sujet qu’il connaît, et qui n’est pas politique, (comme le ping pong), vous remarquerez par ailleurs, qu’il y a déjà moins de commentaires… Il a parfaitement raison de dire en substance : « très bien, d’accord avec vous, mais que font les personnes de bonne volonté par rapport au quotidien, ne serait-ce que pour informer nos concitoyens ? » Lorsqu’il y a quelque chose qui concernent vraiment le quotidien, ce sont des initiatives privées. Vous sur FB, ou moi, autrefois, par rapport à la CPAM. C’est pourquoi, je vous le dit, nous ne casserons pas d’un coup de baguette magique cette gangue métaphysique qui nous interdit de voir en face la réalité que nous vivons au quotidien. Il s’agit d’accomplir d’un long travail de préparation. Je trouve que certains, tels jflh, ont pris le parti d’y participer.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Scoop

    Je note avec intérêt que jflh est compétent en matière de ping-pong.
    Je l’en félicite.
    Ma connaissance du sujet étant plus que primaire, je me garderai bien de lui apporter la contradiction dans un domaine où, dites-vous, il excelle.
    Si j’entrais dans ce schéma, même en cherchant sur INTERNET je suis sur que j’écrirais des âneries.
    C’est pourquoi, sur un sujet comme celui-ci, je m’abstiens !

  • Scoop , Direct link to comment

    @Santiago, je m’efforce de contribuer à démontrer qu’il n’y a rien de personnel dans le processus qui se produit à SM et qui doit nécessairement se produire, et qui est un processus de décantation, heureusement en progrès depuis que les électeurs ont pu réaliser que la figure patriarcale du maire n’est plus du tout faite pour les rassurer concernant leur sécurité (y compris et surtout financière).
    Ce processus peut commencer à « éclore », je le pense parce certains l’ont déclenché. Il est naturel que ces quelques rares personnes se montrent parfois malhabiles ou que les analyses qu’elles livrent soient incomplètes. Nous n’avons pas à leur faire le moindre cadeau pour ce qui concerne la partie incomplète ou inachevée de ces analyses. Sur ce plan-là je salue le fait que vous placiez votre compétence au service des habitants, faute qu’elle ait été acceptée, en son temps par les élus concernés, mais pas pour des raisons liées seulement à leur personnalité. Plutôt pour des raisons liées à un système dont la chute est désormais annoncée. Mon propos complète le vôtre. Quoique modestement, il consiste à dire que cette ville ne peut en aucun cas faire l’économie d’analyser ce qui l’a menée à se trouver face à ces problèmes de dette. Jflh, lui s’est retrouvé en plein milieu de la bataille. Il a fini par faire des choix, qui sont les bons, à mon avis. Il fallait à tout prix dénoncer ce qui est totalement insupportable. Il n’y a pas d’autres choix. Le système local dont nous parlons porte en lui sa fin. Il est parvenu au bout extrême de sa course. Il est malheureux qu’il ait perduré aussi longtemps.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Scoop

    Comme je vous l’ai indiqué, je n’entre pas dans la politique Saint-Maurienne.

    Pour ce qui est de la situation financière de la ville je diverge avec jflh car il ne nous apporte pas une « analyse incomplète » comme vous dites, mais un ramassis de copier / coller qui ne peuvent apporter que des conclusions erronées.

    Sur ce sujet je ne vois d’ailleurs pas l’ébauche d’une évolution :

    – Quand j’ai dit à Nicola CLODONG que ses données étaient fausses (et que Saint-Maur allait droit dans le mur) il m’a pris pour un imbécile et a continué à asséner ses contrevérités ! Bien entendu, il a encore moins agit pour tenter de « retourner la situation » ce qui, avec un coût limité pouvait encore être fait.

    On connaît le désastre qui a suivi pour les finances de la Ville !

    – Quand je dis maintenant à jflh que ce qui lui tient lieu de raisonnement est erroné, il me prend pour un imbécile et continue de ressasser des contrevérités

    S’il avait en main les finances de la Ville, avec la même cécité, le désastre continuerait de prendre de l’ampleur.

    Alors où est le changement ?

    Enfin je me permettrais de préciser par modestie et souci de la vérité, qu’il est exagéré de dire que « j’ai placé mon expérience au service des habitants ». J’ai fait œuvre de vulgarisation, rien de plus. J’espère seulement que cela apporte à tous ceux qui ont le désir sincère de comprendre la situation, quelques éléments leur permettant d’avoir une vision éclairée.

  • Scoop , Direct link to comment

    Tout en respectant votre modestie… Il s’agitbien néanmoins d’un éclairage, que vous apportez-là, concernant la problématique financière. Et ainsi, elle se situe bien au service des habitants, pour qui veut en profiter, bien entendu.
    Je n’ai jamais lu nulle part que jflh vous prenait pour un imbécile. Simplement, il ne vous donne pas raison sur toute la ligne. Je ne m’estime pas suffisamment compétent pour en discuter mais je suis d’accord avec lui au moins sur un point : le fait qu’il regrette que les recours juridiques n’aient pas été engagés quand il en était encore temps pour que cela soit pertinent dans une démarche de néociation, et comme cela avait d’ailleurs été plus ou moins annoncé.
    Cependant, ce qui me paraît le plus important, c’est la démarche globale de jflh, en vue de dénoncer l’insupportable dans tous les compartiments de l’organisation de la vie municipale. Il s’avère, comme il l’a démontré, que produire un effort pour que les choses soient plus claires aux yeux de tous attire sur soi les foudres. Mais le temps de la « placardisation » du problèmes, technique à la mode pendant les 35 dernières années, est révolu.
    Il faut prendre conscience que Internet est grandement utile dans ce cas à cette communauté auparavant trop isolée. Et que le blog de monsieur Le Helloco a eu du succès parce que c’était celui qui dénonçait le mieux, et le plus clairement, les abus qui sont pratiqués et le fait que le public s’en trouve lésé.
    Pour ce qui est de monsieur Clodong, on ne choisit pas où l’on est né, ni d’où l’on vient. Ila pu être héritier d’une certaine morgue que tout le monde pratiquait en tant qu’élu, et qui était la seule justification de l’action de ces élus. Ce qui serait souhaitable serait le fait qu’il reconnaisse ces erreurs du passé, le fait de demeurer à l’écoute aurait pu sauver la situation. Mais il est profondément ridicule de lui faire porter le chapeau à lui tout seul. Monsieur Clodong est un homme qui possède des grandes qualités qu’il ne faudrait pas occulter pour autant. Il est vrai que sa qualité première n’est pas la communication pour le moment et que sur ce plan-là, c’est monsieur Le Helloco qui s’en sort le mieux. Ce dernier, en revanche, est tenu de faire les progrès que cela implique, c’est à dire travailler à supprimer de son langage les pratiques de la langue de bois qui lui ont été enseignées par son passage militant au RPR. Nul n’est parfait (à part moi)… Mais je suis de plus en plus convaincu qu’il est l’un de ceux qui feraient un bon maire.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    Scoop

    Merci pour votre première phrase. Cela ne peut que faire plaisir !
    Elle indique aussi « au service des habitants pour qui veut en profiter ». J’ai peur que cela n’ exclu jflh qui ne souhaite pas « améliorer sa connaissance » mais assouvir prioritairement la haine qui le ronge depuis qu’il a été mis au placard (que ce soit justifié ou non) !

    Vous dites que vous êtes d’accord avec lui sur un point « le fait qu’il regrette que les recours juridiques n’aient pas été engagés quand il en était encore temps ».

    Voyons cela :

    1/ Qui prétend qu’il ne serait plus temps pour une action juridique ? Pour l’heure il n’y a pas prescription. Mais il faudra effectivement tenir compte de la date butoir qui approche, comme je l’ai écrit.

    2/ Sur le « dépôt de plainte pour être en position de force pour renégocier ». J’ai toujours dit « pourquoi pas ». Si cela ne fait pas de bien, cela ne peut pas faire grand mal. Mais ATTENTION !

    – Je n’ai jamais écrit que la renégociation était la voie du salut.
    – J’ai écrit qu’il fallait d’urgence utiliser les outils techniques adaptés pour juguler le risque. Or ceux-ci peuvent être acquis auprès de l’Etablissement prêteur (cela s’appelle en pratique renégociation) ou auprès d’une autre banque. On peut appeler cela « couverture » ou plutôt « endiguement » car avec le temps écoulé il est probable que la « couverture » est devenue impossible car trop onéreuse.
    – Pour ce qui est du dépôt de plainte « comme moyen de pression » : pourquoi pas ! Mais il ne faut pas se leurrer, les prêteurs savent très bien que les contrats signés concrétisent « la volonté des parties » ce que les Tribunaux ne peuvent « ignorer » puisqu’ils jugent « en Droit » et non « en équité ». Les prêteurs savent aussi que le temps travaille contre les emprunteurs qui, en attendant une décision définitive qui durera 10, 12 ans ou plus, ne peuvent « couvrir » ni « endiguer » le risque. En résumé, ce serait les menacer avec un « sabre de bois ». Pas très efficace face à des Pros.

    3/ jflh n’ayant à ma connaissance aucune responsabilité flagrante dans la souscription de ces financements absurdes, je déplore qu’il fasse des amalgames regrettables entre les errements de la mandature précédente et ce que font les élus actuels. Or aucun des documents dont j’ai eu connaissance ne me permet de dire que la crise héritée n’a pas été traitée « au mieux ».
    Mon objectivité n’ayant jamais été prise en défaut on peut compter sur moi pour critiquer toute action malencontreuse qui pourrait être entreprise.
    La seule critique que je m’autorise concerne une augmentation de la part municipale des impôts locaux trop modeste pour l’année 2009 et suivantes ce qui a freiné la « dynamique de couverture du risque » mais là, on sort d’une analyse purement technique.

    4/ Pour mémoire je n’ai jamais écrit qu’une action juridique pour obtenir réparation du préjudice devait être écartée. Par contre, je réitère que, pour l’heure ce n’est le « remède » dont le malade (Saint-Maur) a besoin.

    5/ Pour ce qui est de Monsieur CLODONG, j’ai pour habitude de ne jamais porter de jugement sur les personnes mais seulement sur leurs actes, leurs écrits et leurs paroles. Je ne ferai pas pour lui d’exception à cette règle en dépit du caractère irrévérencieux des propos qu’il a tenu à mon égard déclarant « que je ne connaissais peut-être pas les méthodes modernes de financement ! » Je vous laisse juge !
    Cela dit, je n’ai jamais écrit que ce Monsieur était dénué de compétences qu’il ne m’appartient d’ailleurs pas d’évaluer.
    J’ai écrit, et je réitère que quand on a été publiquement le « Chantre » de ces « Crédits miracles » souscrits pour des durées absurdes dans les conditions que vous connaissez, les quels vont coûter des dizaines de millions d’EUROS aux Saint-Mauriens on a la pudeur de quitter la scène publique locale.

    J’ai été un peu long mais…je crois que c’était nécessaire !

  • Scoop , Direct link to comment

    @Santigo, je vous remercie pour ces précisions. Je ne trouve pas que vous ayez été trop long. S’expliquer est difficile d’autant que rien n’est simple et personne ne saurait s’affranchier de la pensée complexe.
    Je ne crois vraiment pas que monsieur Le Helloco soit « rongé » par une haine quelconque. Un tel argument relève d’une pensée simplificatrice, que j’évoquais. Et j’ose dire que cela ne peut donc pas venir de vous. J’en conclus que ce genre d’argument est téléguidé. Je vous explique ma pensée à ce sujet : pour neutraliser la menace qui pèse sur la carrière du maire, il faut que tout le monde puisse s’entendre sur une victime. Il y a quelqu’un qui est idéal pour jouer ce rôle, c’est Jean-François Le Helloco. J’oserai même dire qu’il a presque été placé au poste qu’il occupait, avec trois ou quatre délégations, parce qu’en tout état de cause, il s’agissait de pouvoir le neutraliser comme cela fut fait pendant longtemps concernant tous les autres élus adjoints au maire. Il était nouveau, en effet, et il ne connaissait pas la « musique » locale (pour ainsi dire).
    Ce fut l’une des nombreuses et magistrales erreurs d’appréciation de monsieur Plagnol, qui, en fin de compte, lui également n’a toujours pas compris comment se jouait la musique sur le plan local.
    Il fallait donc avoir un bouc émissaire sous la main au cas où ça chaufferait. Et voilà, à force de mentir à plein régime, ça c’est mis à chauffer ! Néanmoins le fin connaisseur de la manipulation qu’est monsieur Plagnol, le parrain de l’UMP locale, à l’époque, n’a même pas imaginé, fort de sa science dans ce domaine :
    – que le cave se rebifferait
    – qu’un bouc émissaire est un roi en puissance.
    Par contre, faute de haine qui le ronge, ledit cave est peut être littéralement outré de la gestion plus que dillettante des affaires locales. Je le suis bien, moi, qui dénonce progressivement ce système et le déshabille systématiquement depuis cinq ans maintenant, sans jamais avoir varié. Pourtant, je n’ai strictement aucune haine vis à vis de monsieur Plagnol. C’est une question orgeuil personnel : je préfère constater des faits. Libre à chacun, s’il le souhaite de désigner un coupable… A ce propos, je peux déjà apporter une réponse définitive : le coupable n’est pas monsieur Le Helloco. Alors pourquoi serait-il en permanence sur la selette, tout comme si, n’est-ce pas, c’était lui le responsable de la situation difficile que traversent les Saint-Mauriens.

  • pinkpanthere , Direct link to comment

    Pour ma part je trouve jflh trés clair et je salue le travail de longue haleine qu’il effectue pour nous tenir informés. Je le crois volontiers, même si bien évidemment il a ses propres convictions politique, et cela peut parfois rendre ses explications tendancieuses. En revanche Santiago à vous lire depuis un moment, vous manquez totalement d’objectivité! Scoop je suis assez d’accord avec votre raisonnement.

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ pinkpanther

    Je vous laisse libre de vos opinions.
    Mes propos sont strictement « techniques » et dans ce genre de domaine, il n’y a malheureusement, pas de place pour l’improvisation ou la fantaisie.

    N’entre en ligne de compte que des critères purement objectifs car, comme je l’ai écrit je m’interdis de rentrer dans les arcanes de la politique locale ne vivant plus à Saint-Maur.

    Celà dit, si vous avez des solutions alternatives dûment argumentées, pour résoudre l’équation de la dette toxique de la ville, je serais très intéressé pour les connaitre.

    Cela fait des mois que j’explique le fonctionnement de ces crédits insensés et les moyens de « limiter la casse » je peux volontier y revenir encore….a moins que le lecteur ne se lasse !!!

  • pinkpanthere , Direct link to comment

    Merci Santiago de me laisser libre de mes opinions! Mais je n’ai pas d’opinion, juste des ressentis à la lecture de vos post. Et je dois dire que lorsque vous précisez que vous « vous interdisez de rentrer dans les arcanes politiques », je ris!!!

  • SANTIAGO , Direct link to comment

    @ Pinkpanthere

    Amusez-vous bien !

    J’espère que, pendant ce temps, les personnes en charge des finances municipales prennent les mesures opportunes pour juguler les risques hérités des crédits souscrits par l’ancienne équipe ! Sinon il vous faudra appliquer la phrase de Monsieur de Beaumarchais :

    « je me presse de rire de tout avant d’être obligé d’en pleurer »

    Bon Week-End

  • jfvc , Direct link to comment

    Parait que Santiago/Le Curieux s’est fait remonter les bretelles par ses amis ??? MDR .

  • Le Curieux , Direct link to comment

    ENFIN UNE BONNE NOUVELLE !

    Rien que dans les familles avec enfants (5 personnes en moyenne), 1 300 000 foyers soit 6 500 000 français sont RICHES !

    Si l’on ajoute les foyers riches sans enfants à charge, on atteint une quantité astronomique de Français RICHES !

    Si l’on ajoute tous les FUMEURS que l’on surtaxe parce qu’ils sont RICHES !

    Ceux qui boivent du vin ou de la bière qui peuvent aisément payer de nouvelles taxes puisqu’ils sont RICHES !

    Les buveurs de SODA (surtaxé) puisqu’ils sont RICHES !

    Etc…Etc… : Merci de compléter la liste !

    Presque tous les Français sont riches !

    Conclusion 1 : En moins d’un an le Gouvernement a fait reculer la PAUVRETE dans notre Pays dans des proportions jamais atteintes !

    Conclusion 2 : les Français sont des ingrats quand ils mettent le Président et le Premier Ministre au plus bas des sondages durant la V eme République !

  • Le Curieux , Direct link to comment

    DEUXIEME BONNE NOUVELLE !

    Le Gouvernement vient de trouver un nouveau « gisement » de plus de 13 Millions de RICHES en France !

    Il s’agit des retraités !

    Il va, bien entendu, s’empresser de les surtaxer en utilisant les tours de passe-passe dont il a le secret comme : « je n’augmente pas le taux d’imposition mais…..J’augmente l’assiette de calcul ! »

    C’est du « déjà vu » !

    Bien entendu il ne dira pas non plus pourquoi le système de retraite français est un désastre :

    – Créé par le Front Populaire il portait en germe dés son origine son « échec programmé ».

    – Il a obtenu un sursis grâce au « baby boom »

    – La majorité Socialo / Communiste de 1981 lui a donné, par pure démagogie dogmatique le coup de grâce

    Aujourd’hui, un gouvernement aux abois va tenter, sous des prétextes fallacieux, d’en faire une vache à lait.

    Les VRAIS réformes, les ECONOMIES dont le pays a besoin c’est pour quand ?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *