Plagnol, Leroy et Clodong s’entendent pour maintenir l’opacité sur les comptes publics

mairie de Saint MaurLa meilleure preuve de la sincérité d’un élu ce sont les actes, pas les mots et hier les actes ont parlé.

Hier soir le conseil municipal a permis de lever tout doute sur l’entente entre Plagnol, Leroy et Clodong pour maintenir l’opacité sur les comptes publics et préparer les élections municipales.

Au conseil du 27 juin c’était la surenchère entre Nicolas Clodong et Jacques Leroy pour être celui qui serait le plus opposé au document de campagne “Agir pour Saint-Maur” réalisé par le maire aux frais de la mairie.

Voilà ce qu’a dit à ce conseil Nicolas Clodong : ” Ce document tant sur le fond que sur la forme est profondément choquant. Il symbolise tout ce dont les Saint-Mauriens ne veulent plus : l’autosatisfaction, le gaspillage, l’indifférence et l’inertie par rapport aux problèmes concrets des habitants. C’est pourquoi un certain nombre d’entre eux ont tenu, ce soir, à titre de symbole à vous rapporter l’exemplaire de cette luxueuse plaquette pour exprimer leur mécontentement. Il y en a ici à peu près 160 que l’on vous reporte aujourd’hui à titre de symbole. (…) de grâce, terminez le travail, ne gaspillez pas l’argent des contribuables.” Belle tirade !

Pour Jacques Leroy c’était encore plus fort puisque le 27 juin il annonçait en plein conseil : ” nous considérons que cette dépense ne doit pas être prise en charge par la ville de Saint-Maur. Nous demanderons que soit mis au vote dans cette Assemblée le fait que la dépense de ce document ne soit pas inscrite au budget de la ville et ne soit pas prise en charge par les finances communales. Je tenais donc à vous le préciser.” Evidemment il n’a rien demandé.

Justement, hier, au point 42 de l’ordre du jour, nous avions proposé le vote du conseil municipal demandant à ce que le Maire, prenne en charge personnellement les frais de son document et rembourse la ville. Mais les “Nous” qui étaient si virulents en juin se sont tous évaporés et ont tous quitté la salle au début du point pour ne pas débattre et surtout ne pas voter… Voilà comment hier soir la ville vient de perdre des dizaines de milliers d’euros que nos impôts viendront combler car des élus n’ont pas le courage d’assumer leurs positions.

Alors on peut certainement trouver mille raisons au fait que Plagnol, Clodong et Leroy s’entendent autour de la défense d’un système financier et de marchés publics opaques qui ne date pas d’hier et que chacun d’eux connait bien, puisqu’ayant tous été en charge des finances à des moments où la presse a souvent dénoncé des façons de faire peu orthodoxes sur les dépenses, les marchés publics, les frais de cabinet, etc. 

Nous avions proposé d’autres points au débat et au vote :

Les frais de représentation du maire qui refuse de donner les justificatifs des 72 000 euros qu’il a touché : Nicolas Clodong n’a peut-être pas voulu que le maire mette ses menaces à exécution, lui qui a régulièrement rappelé sur ce thème que le propre frère de Nicolas Clodong, alors au cabinet du maire de la ville pendant le précédent mandat avait des notes de frais astronomiques qu’il pourrait rendre publiques (Conseil Municipal du 16 juin 2011 : M. LE MAIRE “Et dans le budget, chaque année. Monsieur CLODONG, avant mon arrivée, les seuls frais de bouche de votre frère, directeur de cabinet, les seuls frais de bouche de votre frère étaient supérieurs.“). Et Jacques Leroy en tant qu’adjoint aux finances à qui il revient normalement de contrôler ces dépenses et ne l’a jamais fait ne se sentait peut-être pas à l’aise non plus.

Les délégations du maire l’autorisant à dépenser jusque 200 000 euros sans passer par la commission d’appel d’offre et à qui on reproche de n’avoir pas informé les élus de certains marchés passés : Jacques Leroy, dont on retrouve la signature au bas d’une décision de dépense de près de 100 000 euros qui justement n’a jamais été présentée aux élus (Dossier CIAPS voir article à venir) n’était pas forcément le plus à l’aise pour voter cela. Sans compter que la signature de Jacques Leroy se retrouve également sur les documents liés à l’enquête du marché de communication (voir l’article)

Hier soir les masques sont tombés, chacun sait désormais qu’il y a des liens d’intérêts croisés entre Plagnol, Leroy et Clodong et que pour la prochaine municipale le bulletin de l’un sera peut-être le bulletin de l’autre puisque certains d’entre-eux évoquent déjà ouvertement des arrangements possibles entre les deux tours.

 

Vous avez été nombreux à m’envoyer des demandes par mail pour que cet article soit en version “imprimable”. Voici le lien pour charger le PDF et l’imprimer. CLIQUEZ ICI

173 comments on “Plagnol, Leroy et Clodong s’entendent pour maintenir l’opacité sur les comptes publics

  • jfvc , Direct link to comment

    et votre séjour à St Anne ou votre passage certes bref a laissé un fort souvenir à tout le personnel de psychiatrie ? Mémoire bien sélective….

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Continuez SVP le cocktail insultes / puérilité il fait monter votre crédibilité vers les sommets !

  • vv , Direct link to comment

    VIVA la Révolution….de Palais….
    Que pensez vous les deux Muppet Show des derniers bruits qui cours sur le compte des affaires municipales.
    On a l’impression que le temps s’est arrêté.
    Est-ce le calme avant la tempête?

  • Le Curieux , Direct link to comment

    C’est fait !

    Le chiffre de 4 citoyens sur 5 mécontents de leur Président est ATTEINT !

    Et demain ?

  • jfvc , Direct link to comment

    Mon coup de gueule…..vous député, maire ,conseillers municipaux ou autres élus locaux saintmauriens, n’êtes-vous pas gênés quand dans la rue vos anciens camarades de jeux et leurs enfants insultent une ministre de la république ,la traitant de guenon ? Silence qui en dit long…..

    Petit message à Le Cucu = un sondage de ce week-end montre que 4 français sur 5 détestent F.Copé….Et alors ???
    Les politiques ne sont pas là pour être aimés, ce n’est pas du show-bizz…ils sont là pour préparer notre avenir ! Et AUCUN ne le fait à ce jour….

  • Le Curieux , Direct link to comment

    La différence, justement, est que JF Copé n’est pas Président de la République !

    S’il lui arrivait d’être ridicule cela n’aurait pas de portée.

    Quand le Président se ridiculise (affaire des kosovo/italo/roms Leonarda an C°) il ridiculise et abaisse la République française héritée de nos aïeux.

    Au fait, pour des gens persécutés dans leur pays (lequel? On ne sait exactement), ils n’ont pas l’air inquiets devant les caméras !

    Il faut vraiment être d’une extrême naïveté pour gober leurs salades !

    Pour ce qui est de la Ministre de la Justice, sans approuver le vocabulaire employé, on doit se souvenir que les exécuteurs des basses œuvres n’ont jamais été populaires dans notre beau pays.

    Ceci explique sans doute cela !

  • jfvc , Direct link to comment

    Même si je me sens concerné par tout celà, mes aïeuls n’en ont rien à foutre car pour grande partie d’entre eux ,ils vivaient ailleurs(Belgique,Luxembourg,Espagne,Portugal et même Afrique) car comme de plus en plus de Français, je suis immigré de seconde génération….ce qui ne m’empêche pas d’adhérer aux valeurs républicaines , bien au contraire et ne vous déplaise.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Après le recul du week-end sur la taxation de l’épargne, nouvelle « reddition en rase campagne » du Premier Ministre sur l’éco-taxe.
    Décidément le Maréchal BAZAINE a fait des émules !
    Quant a DUFLOT et Consorts, ils avalent gentiment les couleuvres et continuent d’ « aller à la soupe »
    Finalement, un chèque rondelet chaque mois c’est toujours bon à prendre !

  • NiNa , Direct link to comment

    Vous êtes tous les 2 illisibles et inaudibles…

    et pendant ce temps là… vous lui offrez un boulevard… c’est trop drôle.., et elle se marre de plus en plus !

  • Le Curieux , Direct link to comment

    @ Nina
    D’abord, il vaut mieux faire rire que faire pleurer !
    Ensuite il faut connaitre le Maréchal Bazaine qui, après une brillante carrière militaire, se rendra sans condition avec plus de 200 000 soldats a METZ ouvrant aux Prussiens la possibilité de renforcer le siège de PARIS ce qui entrainera la reddition quasi immédiate de la Capitale et la défaite cause de la perte de l’Alsace et d’une partie de la Loraine.
    De ce fait, pendant près d’un siècle “faire Bazaine” sera synonyme de “baisser son pantalon pour ……”

  • NiNa , Direct link to comment

    Arrêtez vos salades et ouvrez les yeux !!! Ce blog est en train de mourir du fait de vos omniprésences de 2 vieux à l’ego en soif de reconnaissance.

  • Le Curieux , Direct link to comment

    On ne peut répéter continuellement “Marine, elle se marre” sur l’air des lampions !
    Comme le fait dire Edmond ROSTAND à Cyrano de Bergerac avant la tirade du nez “C’est un peu court jeune homme !”

  • jfvc , Direct link to comment

    Quelle bien curieuse question ? Sans doute celle de quelqu’un qui ignore la raison d’être d’une telle association loi 1901 et qui ne s’est pas donné le mal d’en regarder la mission qu’elle s’est assignée dont même le nom ANTICOR est pourtant explicite….

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Mission 1 : servir de tremplin à des carrières politiques
    Mission 2 : promouvoir les “juges rouges” en complément de l’action de l’actuelle Garde des Sceaux par ailleurs membre d’ANTICOR.
    La boucle est bouclée !

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Faire la preuve de la neutralité d’ANTICOR en prenant ses informations sur le propre site d’ANTICOR est du plus haut comique !
    Vieille méthode Communiste.
    Quand il était pris en défaut Georges MARCHAIS démontrait la véracité de ses informations en disant “D’ailleurs cela a été dit au…..Congrès du Parti..!”
    Les personnes qui ont suivi les cours de “dialectique” du Parti ne s’en remettent généralement pas. La preuve !

  • jfvc , Direct link to comment

    a ce stade ,l’absurdité relève de la médecine…

    Ou mieux trouver les statuts tels que déclarés en préfecture que sur le site d’une association loi 1901 et soumise à la CNIL ?

  • Le Curieux , Direct link to comment

    L’art de “brouiller le pistes !

    Qu’est-ce que la CNIL vient faire là-dedans ?

    ANTICOR est soumis à la CNIL ?

    Bien sur ! Comme toutes les personnes ‘”physiques” ou “morales”….Le Front National, le Parti Communiste, l’Association des fumeurs de cigares, la Pédale Charentonaise etc…etc…

  • jfvc , Direct link to comment

    à St Maur , çà tourne au règlement de compte dans un climat (F) haineux…..LAMENTABLE.

  • jfvc , Direct link to comment

    Le Conseil constitutionnel censure la validation des emprunts toxiques

    Posted: 30 Dec 2013 07:27 AM PST

    La loi de finances pour 2014 disposait notamment, en son article 92, paragraphe II, que ” Sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, sont validés les contrats de prêt et les avenants à ces contrats conclus antérieurement à la publication de la présente loi entre un établissement de crédit et une personne morale, en tant que la validité de la stipulation d’intérêts serait contestée par le moyen tiré du défaut de mention du taux effectif global prescrite par l’article L. 313-2 du code de la consommation, dès lors que ces contrats et avenants indiquent de façon conjointe :

    1° Le montant ou le mode de détermination des échéances de remboursement du prêt en principal et intérêts ; 2° La périodicité de ces échéances ; 3° Le nombre de ces échéances ou la durée du prêt.

    Sous prétexte de défense de l’intérêt général, le projet de loi visait à attribuer à titre rétroactif un caractère légal aux « crédits structurés » vendus aux collectivités locales par Dexia et d’autres banques. Ces crédits, présentés comme de simples prêts, transformaient les collectivités locales emprunteuses en assureurs des banques prêteuses, les couvrant pour des risques de change ou de taux auxquels elles pouvaient être exposées par ailleurs.

    Le 14 novembre, Karine Berger (PS) déclarait en Commission des Finances : « Tout de même, si l’on adopte cette mesure, c’est l’ensemble des crédits actuellement accordés aux entreprises en France – soit 500 milliards d’euros environ – qui ne pourront plus faire l’objet d’un recours ! ». Charles de Courson (UDI) ajoutait : « Je maintiens que cet article revient à blanchir des banques ayant commis une faute, ce qui n’est pas acceptable ».

    Cédant au lobbysme bancaire, le gouvernement avait cependant obtenu du législateur le maintien de cet article, qui vient d’être censuré par le Conseil constitutionnel.

    Celui-ci a jugé que l’article posait deux difficultés. D’abord, son champ d’application était extrêmement large : il s’appliquait à toutes les personnes morales, publiques ou non, et à tous les contrats, qu’ils soient ou non structurés.

    En outre, les critères retenus pour définir la validation n’étaient pas en adéquation avec l’objectif affiché de répondre au « risque » résultant de l’éventuelle généralisation des motifs du jugement précité du tribunal de grande instance de Nanterre. Celui-ci avait jugé, dans une affaire opposant le département de Seine Saint-Denis à Dexia, que les taux d’intérêts de trois contrats de prêts devaient être annulés au motif que les documents de confirmation ne comportaient pas la mention, obligatoire, du taux effectif global. En conséquence, le taux d’intérêt légal, très inférieur à celui prévu par les contrats, devait s’appliquer

    Le Conseil constitutionnel a donc jugé que cet article 92 paragraphe II portait une atteinte injustifiée aux droits des personnes morales ayant souscrit un emprunt, et l’a déclaré contraire à la Constitution.

    Le combat d’Anticor, appelant les collectivités locales concernées à engager devant la justice la responsabilité des banques prêteuses, reste donc d’actualité. Et notre estime pour ce gouvernement n’en sort pas grandie.

    You are subscribed to email updates from http://www.anticor.orgwww.anticor.org

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *