Réunion de compte-rendu de mandat de Sylvain Berrios

Jeudi 20 juin, à 20h, à l’école Bled se tiendra la première réunion de compte-rendu de mandat du député Sylvain Berrios.

Comme il s’y est engagé, Sylvain Berrios tient à partager son travail avec les électeurs.

6 mois après son élection, il fera un donc une première réunion publique. En parallèle de cette réunion, le premier “journal du député” est actuellement distribué dans la circonscription relatant les points importants de ce début de mandat. Vous l’avez certainement eu dans votre boîte, la distribution par les militants est en cours. Si vous ne l’avez pas encore, vous pouvez venir jeudi soir ou contacter la permanence au 01.48.89.52.73 ou le télécharger ici 

Cette réunion sera l’occasion de revenir sur les grands débats qui ont eu lieu à l’Assemblée jour et nuit (mariage pour tous, logement, amnistie sociale, rythmes scolaires, etc.) et parler des sujets à venir (métropole de Paris, Quotient familial, …) et, pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, de parler et rencontrer Sylvain Berrios. Je sais que beaucoup d’entre-vous ont déjà eu l’occasion de le croiser dans la circonscription la semaine ou le week-end. En effet, en plus d’être un des députés UMP les plus présents à l’Assemblée, il reste très présent sur la circonscription, preuve que les deux ne sont pas incompatibles, au contraire…

Ecole Bled (89 Avenue Carnot, 94100 Saint-Maur-des-Fossés)

174 comments on “Réunion de compte-rendu de mandat de Sylvain Berrios

  • natacha , Direct link to comment

    @Harry C: ne soyez pas insultant parce que si je peux avoir de l’humour je sais aussi répondre aux abrutis que je rencontre…. et j’ai l’impression que je viens de tomber sur un gros poisson là….

  • NiNi , Direct link to comment

    C’est sûr que les “jeunes” qui dévalisent et brutalisent les passagers d’un RER, eux, on les laisse en liberté !

  • Harry C , Direct link to comment

    @Natacha , je n’ai mentionné aucun nom , Visiblement vous vous ête reconnue , et ça c’est votre affaire , pas la mienne 😉

  • natacha , Direct link to comment

    …vous dites que Nina et moi c’est le muppet show, je vous réponds sur le ton de l’humour et vous me traitez d’idiote..Vous savez quoi on va arrêtez de communiquer ensemble car je pense qu’on a du mal à trouver une fréquence commune…;)

  • Le Curieux , Direct link to comment

    Quand bannira-t-on l’insulte sur ce BLOG ?

    Quand notre Webmaster fera-t-il respecter son propre règlement ?

  • astéroïde , Direct link to comment

    Et alors jflh, mon commentaire sur les cocos aurait pu en inrtéresser plus d’un au conseil municipal.
    Veuillez remettre mon commentaire.

  • marianne , Direct link to comment

    A l étroit dans ma toute petite maison d adamville je recherche plutôt vers le parc quelque chose de plus grand. Oh surprise la maison d un ëlu pourtant nouvellement prpriétaire était à louer. Trop cher pour moi mais quand mëme, quel scoop’ faukonyaka je vous laisse la paternité de vos propos je ne me permettrai pas les propos que vous utilisez pour qualifier une personne. Maítrisez votre subconscient. Pour le reste il n y à qu à aller vérifier. Eh oui, des personnes l ont fait.

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    Cette réunion s’est très bien déroulée, dans une salle comble avec des questions directes et nombreuses. Le député n’a éludé aucune question et aucun thème, les gens sont partis ravis. Voilà un travail de parlementaire efficace.

  • astéroïde , Direct link to comment

    Jflh, l’auto-satisfaction à ce point ça peut rendre sourd.

  • jfvc , Direct link to comment

    voilà le type de compte rendu des conseils municipaux de 2014 qui nous attendent si Sylvain est élu maire…..NO COMMENT !

    Prochain CS= ce jeudi 27 juin à 20h……

  • Jean-François Le Helloco , Direct link to comment

    Mon commentaire n’avait que pour but de clore des débats qui partaient dans tous les sens. Vous avez sur cet article des documents a télécharger vous retraçant le travail du député depuis son élection.

  • jfvc , Direct link to comment

    encore de la propagande….c’est les échanges de la réunion de jeudi qui nous intéressent !

  • Pierre Delavaquerie , Direct link to comment

    @JFVC : Quand on est interessé par une réunion on fait le déplacement (et on peut même poser des questions dérangeantes !) … surtout qu’à l’heure de la réunion, jeudi dernier, tu postais des commentaires sur Facebook preuve que tu avais moins d’obligations que ce que tu prétends. Que ne ferais tu pour étancher ta soif de tout critiquer, tout le temps, toujours, quand même ! (à part Nicolas Clodong, qui est ton chouchou depuis qu’il t’a nommé photographe officiel pour son tract ! Ah, ce JFVC, flattez le et il sera doux comme un agneau 🙂 ).

  • jfvc , Direct link to comment

    on peut être loin et communiquer via son iPhone….Mr le spécialiste !Retourne à ton fan club du député…..tu l’auras ton susucre. Sans doute que la flatterie te conviens à toi….alors gaffe au fromage?

  • le Petit Prince , Direct link to comment

    @ Scoop

    Ca me fait plaisir de voir comment vous, et vos nouvelles copines, vous vous êtes appropriés cette page de blog Spécial Berrios, pour parler de la place excessive que la voiture a prise en ville. (je sais combien le sujet vous est cher). Tout à fait d’accord pour regretter que les bancs soient en passe de disparition. Autrefois fois, il y avait les loueuses de chaises… Puis le Préfet Rambuteau les a mise au chômage en installant des bancs fixes et autres jolies fontaines…
    Triste qu’on se gargarise ainsi, aujourd’hui, des aménagements minables d’une place Rimini, jadis une (vraie) petite place ; c’est à dire un lieu de la ville. Les bancs publics C’est bon pour souffler. Par ailleurs, il peut s’y dérouler tellement de choses qu’on pourrait vraisemblablement écrire une dissertation. Un peu comme l’importance des animaux de compagnie ; véritables liants sociaux, intergénérationnels.
    L’autre jour, j’ai failli écraser un petit jeune à vélo, en sortant la Lamborghini. Comme vous, je ne me ferai jamais à ces “doubles sens cyclables” que la France est a ma connaissance le seul pays à avoir adopté des américains. Hier encore, caché par la voiture qui me précédait, j’ai failli retrouver un autre marmot sur le capot, avenue Victor Hugo.
    Sachant qu’il y a des axes stratégiques comme ça, pour les écoliers, je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire qu’il convient de revenir à des rues “réservées aux riverains” ; un concept qui date du temps où “impossible n’était pas français” et où on ne se contentait pas d’un simple balisage au sol. (comme dirait ma mère “the time when air was clean and sex was dirty”)
    J’ai pensé à vous, l’autre soir à l’école des châlets, à l’occasion de la réunion portant sur la gare et le quartier de Saint-Maur Créteil. Au moment des questions du public quelqu’un a parlé de rendre la rue Bobillot piétonne et de permettre aux commerces bordant la place de prendre possession de la place. (vous vous rendez compte faire une “place” de quelque chose qui avait été imaginé comme un lieu de transition voué à l’apparat ?) Alors que l’exposé n’avait jusqu’à là suscité que peu d’enthousiasme, cette remarque a été l’occasion pour tout le monde présent (n’est-ce pas JFLH ?) de comprendre à quel point la population est en décalage avec ses élus et ses urbanistes… A quel point nous voulons une ville vivante et nous pas du stationnement partout, des boîtes aux lettres en bordure de chaussées, des McDrive,… Un moment émouvant.

    (je ne fais probablement que passer sur se blog. Si jamais vous êtes boulevard de Créteil, on se trouve un banc ? Ou à défaut on fait comme en Angleterre : on fait un don à la ville. “sur ce banc, Scoop et LPP refaisait le monde”

  • Scoop , Direct link to comment

    @Le Petit Prince. J’aime bien votre prose. Et j’aime bien votre position. Celle que vous prenez, non pas celle que vous (nous) donne Internet en vous (nous)”localisant”, de plus en plus malgré vous (nous) et contre votre (notre) gré.
    Facebook et ses amis espions ne sont après tout qu’une caricature grotesque d’une vie de quartier “normale”, où l’on se retrouve entre générations, voire où l’on se rend spontanément service, où l’on ne s’écrase pas les uns les autres. Une vie de quartier que l’on ne remplacera pas et à laquelle on reviendra et que l’on cultivera avec amour.
    L’entraide aujourd’hui, ce sont les petits vieux qui nettoient la Porshe de Madame au passage, qui la Lamborghini préférée de Monsieur…
    L’ambiance s’est transformée subrepticement dans cette ville dont nous parlons. Elle a basculé vers le négatif très précisément lorsque les trottoirs ont été rongés de moitié pour devenir des enclaves à voiture. Il n’y a ainsi même plus besoin de se faire renverser pour devenir de la viande à pneu. Lorsque j’étais petit (et prince à la fois) j’avais appris ce qu’est un espace public et avais cru comprendre que espace public signifie au service du public, non au service de la voiture.
    Pour ce qui est du blog spécial Berrios, non seulement je m’y suis accroché, mais je pense sans rougir, avoir été l’un de ceux qui ont largement contribué à sa réputation. En d’autres temps, avec l’un de mes amis que vous devez peut-être connaître, nous constations que nous en étions les principaux animateurs. Le débat, alors, ne portait pas sur la monoparentalité berriosienne. Ce blog tenait une place réelle et vivante et le débat y était normal et âpre.
    Tout cela permettrait-il de mieux percevoir la nécessité d’un média local utilisant le réseau et dédié à l’information sur la ville dans laquelle vous avez l’honneur de rouler ainsi bien entendu que des propositions pouvant provenir directement des habitants, sans que ce soit nécessairement celle d’une “équipe” de spécialistes de haut niveau de la science du vélo en ville (pour ne citer que cet exemple). Si vous désirez mettre en place les moyens techniques, je puis vous aider. Votre rôle sur place consisterait à recouper et vérifier les informations, rôle indispensable mais que je ne saurais en aucun cas tenir. Il est temps que les habitants participent directement à sauver leur ville. Mais pour cela, il faut qu’ils se prennent par la main, autrement les manettes se retrouveront entièrement sous les pieds et les mains du même homme.

    P.S.: Ce qui est heureux est le fait que étant donné que ” je me cache derrière un pseudo”, un certains nombres d’animaux politiques ne me considèrent plus comme un interlocuteur valable.
    P.S. 2.: On accepte aussi les enfants et les mamans pour essuyer les voitures, pas uniquement les anciens. Ces derniers doivent déjà plonger s’engouffrer entièrement dans les poubelles container afin de les maintenir propres.

  • Le P , Direct link to comment

    INTERET DOUBLE SENS CYCLABLE

    D’après le FFUB: “Le double-sens cyclable raccourcit les distances à parcourir à vélo, et garantit une sécurité avérée du fait d’une meilleure visibilité réciproque des protagonistes. Il est aussi avantageux pour la collectivité, car il se met rapidement en place, sans travaux lourds de voirie.
    Il n’y a pas forcément besoin d’une voie cyclable séparée.
    Un bilan positif pour la sécurité

    Le contresens cyclable fait peur. C’est pourtant un aménagement très sûr, très répandu en Europe du Nord, et aussi à Strasbourg. Depuis peu, il se développe dans les agglomérations de Lille, Bordeaux, Grenoble…

    Reprenons la conclusion de la présentation de Frederik DEPOORTERE, de Bruxelles-Capitale, lors de la Rencontre (2010) « Partage de l’espace viaire dans les villes cyclables européennes », à l’Agence d’urbanisme de Lyon : « L’investissement de voirie le moins coûteux qui change le plus la configuration d’une ville pour les vélos, c’est la généralisation du double-sens cyclable ».

  • Scoop , Direct link to comment

    Quand serons-nous capables de penser une ville et la circulation dans cette ville un peu plus par nous-mêmes en se remémorant ce qu’on est en train de vivre, et non à travers les seuls échos de rapports études et diverses généralités glanées à droite à gauche ? Ces reportages ne sont-ils pas seulement le reflet de notre paralysie mentale si on les prend pour argent comptant ?
    La théorie générale du “réchauffement climatique” s’est-elle appliquée de façon vérifiable à la France ce printemps et cet hiver dernier ? On trouvera certes des personnes pour dire que oui 😉 car si ça se refoidit c’est bien la preuve que ça se réchauffe, n’est-ce pas ?
    Eh bien, il serait temps, au niveau de cette localité de rétablir la possibilité de “réchauffer” les rapports humains. Vive les piétons !

  • le Petit Prince , Direct link to comment

    @ Scoop
    C’est terrible ces réponses de “boy-scouts”… On va continuer ensemble par mail.

  • Scoop , Direct link to comment

    Pas gentil pour les scouts ça ;-), (eux apprennent généralement comment se repérer dans un espace) !
    On peut parfaitement bien comprendre, je crois, que nos contemporains qui habitent Saint-Maur n’ont pas capté à quel point il est difficile de s’y repérer à cause du dessin général des rues. Car elles ne se coupent pas réellement à angle droit, malgré les apparences. Cette perte de repère y facilite les accidents.
    Mon père, conducteur on ne peut plus prudent, sans accidents, et qui roulait très doucement en faisant attention, a pourtant eu un seul (accident). C’était à Saint-Maur. Sa voiture a embouti un vélo qui roulait à contre-sens. Heureusement aucune vilaine conséquence pour le cycliste, mais pas pour son vélo… A cette époque c’était interdit bien entendu également pour les cyclistes, d’emprunter les contresens.
    Je crois que même la presse berriosienne peut être utile pour communiquer avec nos concitoyens.
    @Le petit Prince, ceci dit, entièrement d’accord pour continuer de discuter en aparté d’autres moyens d’amener à la surface des idées concrètes pour le mieux-vivre des habitants…

  • Le petit prince , Direct link to comment

    @ Scoop
    Je rebondis sur le mot « repère » que vous employez : ma nièce, lorsqu’elle vient nous voir se demande systématiquement comment les gens font pour se repérer dans cette ville, où tout « se ressemble ». Ça n’a a priori pas de lien direct avec l’angle des rues mais c’est intéressant comme réaction… Cela semble monter combien la structure de notre ville déroge de celle d’une ville qui s’est constituée naturellement. (Inutile de vous dire que je n’ai pas cru utile de l’emmener à Bonneuil ou encore à Créteil)
    Quand, à côté de cela, j’entends ma fille aînée (collégienne) se répéter plusieurs fois par jour ( véridique ) combien c’est désastreux ce qu’on ose construire de nos jours ; ou encore ma fille cadette retenir sa respiration au passage d’une voiture au Diesel voire s’apitoyer devant autant d’insouciance par rapport à certains sujets écologiques ; je me dis qu’il faudrait qu’on envisage peut-être plus sérieusement de se laisser gouverner par des personnes instinctivement responsables comme nos enfants. Et puis vous conviendrez que Neverland c’est quand même plus joli que Péquenaudland…

  • Scoop , Direct link to comment

    Le repérage à Pequenaudland est quasiment impossible, ou très difficile, pour toute nouvelle personne, nouvelle dans la ville comme dans la vie (les enfants)…
    Le manque de repère spatial, géographique, mais en sus culturel, est devenu une constante à Saint-Maur. Ceci à un point tel que l’on n’a plus l’impression d’appartenir à cette ville et qu’il ne s’agit plus d’un lieu de référence.
    La politique “Village” tout en rabotant et en déstructurant sciemment le tissu culturel existant à l’époque, avait apporté ce repère géographique indispensable : on appartenait à une ville caractérisée par le fait qu’elle représentait “un ïlot de verdure”. Mais cette stratégie “villages”, chaque quartier chantant sa particularité, s’est étouffée d’elle-même, et probablement inconsciemment, dés qu’elle s’est organisée pour que les piétons cèdent le passage sur les trottoirs aux garage des voitures avec des places améngées spécialement pour elles.
    Les obstacles s’accumulent sur les dits trottoirs. Ce sont les cyclistes qui viennent gêner les piétons sans que cela soit désormais répréhensible. Ce sont les containers à poubelles, qui ont été présentés comme un progrès.
    La politique “villages” était intéressante étant donné qu’elle prenait en compte le fait que Saint-Maur n’a pas de centre (pas de repères). Elle a plusieurs centres… Donc, la ville est dédiée naturellement aux piétons. Ce sont les piétons qui définissent les quartiers… Mais elle avait ses exigences dont la principale était de maintenir les voies de cheminement des piétons dans leur largeur normale.
    La première erreur a donc été la prise en main par la mairie de la culture qui était autrefois davantage une émanation populaire. La seconde erreur a signé l’enterrement de la politique “villages” et c’est le sacrifice des trottoirs. Les containers à poubelle récemment ajoutés n’ont fait que souligner cette banalisation qui évidemment retire encore plus les repères.
    Le Petit Prince, figurez-vous que j’avais oublié Neverland ! Je crois que je ne fonctionne pas par accumulation. (ni accumulation, ni cumul !) Je n’en vois pas la nécessité à notre époque où la connaissance est devenue accessible dans les “nuage”s.
    Les enfants fonctionnent souvent spontanément sans besoin d’ accumuler. Accumuler fige les idées,les transforme en objets, en organisations pesantes, plus ou moins efficaces. Si nous les écoutons, nous sommes gagnants.
    Ils sont, eux, le bon repère. Or la plupart des gens viennent habiter à Saint-Maur afin de pouvoir “élever” leurs enfants dans des conditions convenables. Alors, il y a là quelque chose qui va plus loin que le simple paradoce, mais qui paraît contradictoire. Car votre fille traduit le même sentiment que le mien quand j’avais son âge, par rapport à Pequenauland.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *